Navigation – Plan du site
22 | Hadrumetum – Hidjaba - Gabriel Camps (dir.)
H15

Haliardi

J. Desanges
p. 3328-3329

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Ptolémée (IV, 3, 6, éd. C. Muller, p. 640) mentionne des Haliardi “sous” les Sabourboures (cf. Suburbures*) et près de la plaine de Sittaphi. C. Müller (ibid.) a proposé de corriger l’adjectif Sittaphios en Sitiphios. Il s’agirait donc de la plaine de Sitifis* (Sétif), en Maurétanie, alors même que Ptolémée, IV, 3, concerne la grande province d’Afrique du Haut-Empire.

2Il faut toutefois tenir compte du fait que les Sabourboures sont situés par le Géographe (ibid., p. 639-640) sous le mont Thammès où prend source le fleuve Roubrikatos (Ptol., IV, 3, 6, p. 634), lequel se jette dans la mer à 25’ à l’est d’Hippo Regius* (Annaba) et à 30’ à l’ouest de Thabraca* (Tabarka). Ce positionnement, très approximatif, ne laisse guère d’autre possibilité que d’identifier ce fleuve avec l’oued Mafragh ou son affluent, l’oued el-Kebir. Le Thammès pourrait dès lors être recherché parmi les Monts de la Medjerda. Mais cette hypothèse s’accorde mal avec ce que nous savons de la position des Suburbures, du moins ceux qui étaient qualifiés de regiani, sous Vespasien : ils sont en effet attestés par l’épigraphie (cf. notamment A.E., 1957, 175) dans la région de Tigisis (Aïn el-Bordj), à environ 45 km au S.S.-E. de Cirta* (Constantine). En fait, le texte de Ptolémée est d’interprétation difficile. Il classe les tribus de l’Africa* par bandes à partir du littoral en s’enfonçant dans les terres. Or dans la bande précédente, en principe plus occidentale, sont mentionnés des Mousouni (cf. Musuni*), dont l’épigraphie prouve l’implantation dans la région de Thelepte (Medinet el-Kdima), et la bande suivante comprend les Libyphéniciens* et le pays “byzacite” (cf. Byzacium*).

3Il semble donc que Ptolémée situe la plaine de Sittaphi et les Haliardi dans le centre ou le centre-sud de la Tunisie actuelle. Mais comme la présence de fractions de Musonii (Musuni), de Musulamii* et de Suburbures est attestée par des sources antiques dans la région de Sitifis (Sétif), on peut imaginer, mais sans certitude, que Ptolémée a indûment transporté la plaine de Sétif en Africa, voire sur les confins occidentaux du Byzacium.

4Du point de vue linguistique on serait tenté de rapprocher, au prix d’une métathèse qui n’étonnerait pas chez Ptolémée, le nom des Haliardi de celui du fleuve Ardalio, qui coule, selon Orose (VII, 36, 6), entre Theueste* (Tebessa) et Ammædara* (Haïdra) et correspond donc vraisemblablement à l’oued Haïdra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Haliardi », Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3328-3329

Référence électronique

J. Desanges, « Haliardi », in Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1643

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page