Navigation – Plan du site
23 | Hiempsal – Icosium - Gabriel Camps (dir.)
H
H56

Honaïn

G. Marçais
p. 3486-3489

Entrées d’index

Mots clés :

Oran, Région
Haut de page

Texte intégral

1Sur la côte d’Oranie, à 52 kilomètres de la frontière marocaine, se creuse une baie à laquelle des hauteurs escarpées donnent des allures de fjord. Une plage en occupe le fond et, derrière la plage, l’enceinte d’une ville se dessine, escaladant les pentes de la montagne. Cette ville, ou plutôt cette coquille de ville vidée de son contenu, c’est Honaïn, dont le nom figure à maintes reprises chez les chroniqueurs et les géographes du Moyen Âge.

2Nul centre antique ne paraît l’avoir précédée, à moins que ne se situe là la petite ville de Gypsaria qui semble avoir porté aussi le nom d’Artisiga.

3Aucune trace archéologique ou épigraphique ne permet d’affirmer qu’il s’agisse d’une seule et même agglomération. La plage d’Honaïn était protégée par deux oueds dont la confluence détermine un plateau triangulaire sur lequel s’élève la ville.

4Bien que sa situation semblât devoir faire de ce port le débouché naturel de Nédroma, c’est de Tlemcen, devenue la capitale du Maghreb central, que la ville tirait sa richesse.

5Une tour de guet devenue citadelle (Hsin) fut élevée par les Idrissides au xe siècle ; c’est à cette construction que succéda la casbah dominant la ville qui sort de l’ombre au xie siècle et fait d’abord figure de forteresse parmi celles qui jalonnaient le littoral et protégeaient la terre d’Islam contre les attaques éventuelles des flottes chrétiennes. Simple tour de guet, sans doute, mais qui, ajoute le géographe El-Bekri, “domine un bon mouillage très fréquenté par les navires”. Au milieu du xiie siècle, Idrisi, dans le livre qu’il composa pour son maître Roger II, le roi normand de Sicile, la décrit comme une cité florissante, ceinte d’un solide rempart et dont les bazars sont le siège d’un commerce actif.

Plan d’Honaïn par Georges Marçais.

Plan d’Honaïn par Georges Marçais.

Vestiges de la Porte de la Mer (photo G. Marçais).

Vestiges de la Porte de la Mer (photo G. Marçais).

6La région était entrée dans la grande histoire avec l’accession d’un de ses fils, Abd-el-Moûmin, au commandement des Almohades, avec la fondation de sa dynastie et grâce au rôle que ce chef d’empire attribua aux gens de sa tribu, les Koûmiya. Toutefois ce fut le xiiie siècle qui vit Honaïn prendre son plein développement économique et qui lui conféra une valeur stratégique de premier plan, par le fait qu’elle devint le port de Tlemcen, capitale des Abd-el-Wâdides.

7Le port d’Honaïn est, au cours des xiiie, xive et xve siècles, équipé d’un arsenal et de chantiers de construction navale.

8Deux jours de navigation suffisaient pour se rendre au port d’Alméria, alors une des villes les plus riches d’Andalousie, fière de ses chantiers de construction navale et de ses ateliers d’industrie textile. Honaïn, où abordaient les voyageurs et où se débarquaient les précieuses cargaisons, était le point de départ d’une des principales routes de pénétration africaine. Cette route nord-sud, passant par Tlemcen, gagnait le Tafilalet et aboutissait au Soudan, à ce fabuleux pays des Noirs, où les pacotilles d’outre-mer s’échangeaient contre les denrées les plus convoitées, l’or, les gommes odorantes et les beaux esclaves.

9La possession d’Honaïn et du chemin qui, traversant les hauteurs, l’unissait à Tlemcen, bien qu’aucun travail d’art n’en marquât le tracé, présentait un intérêt aisément concevable. Les rois de Fès, dont l’annexion de Tlemcen fut la constante préoccupation, avant même d’assiéger la capitale ennemie, occupaient la ville maritime par où les Tlemcéniens pouvaient recevoir renforts et ravitaillement. C’est même à l’un de ces sultans marocains, le puissant Abou’l-Hassan, que l’on est tenté d’attribuer tout ou partie des remparts et la mosquée dont un fragment du minaret signalait naguère l’emplacement.

10La décadence de Tlemcen, capitale berbère, devait compromettre l’importance stratégique d’Honaïn. Elle gardait toutefois son rôle économique. Sa fortune trouva même un aliment nouveau, quand la prise d’Oran par les Espagnols eut fait dériver vers son port la venue périodique des bateaux vénitiens. Elle était fort accueillante aux marchands d’Europe. Au début du xvie siècle, Léon l’Africain, dans le texte italien que nous avons conservé, la déclare “assai gentile e adorne di civilita”. Il a encore vu les citadins s’activant au tissage de la toile de chanvre et de coton. Il y a visité des demeures plaisantes aux chambres décorées de faïence et dont une treille ombrage la cour.

11C’étaient là les derniers beaux jours d’une vie paisible. Honaïn, suivant la destinée qui entraînait toutes les cités maritimes de l’Algérie turque vers les profits rémunérateurs et méritoires de la piraterie, était devenue elle aussi un nid de corsaires barbaresques.

12Cette nouvelle menace qui pesait sur le libre usage de la mer devait provoquer des réactions de l’Espagne. Deux attaques dirigées contre Alger en 1516 et en 1519 avaient échoué. Le Peñon, le fort bâti sur un îlot devant la capitale de la Régence, avait capitulé en 1529. Les Espagnols furent plus heureux à Honaïn ; ils s’en emparaient par surprise en 1531, et l’archevêque de Tolède pouvait célébrer cette victoire de la chrétienté dans une lettre écrite à Charles Quint. La prise de la ville donnait de l’air à la garnison d’Oran. Il en coûterait peu pour conserver cette conquête avantageuse. Il en coûtait encore trop. Le corps d’occupation, abandonné à lui-même, ne recevait ni solde ni secours. Les gens du pays ne voulaient rien vendre, et l’on ne trouvait pas une sardine à acheter, “bien qu’elle abondât dans le pays”. En 1534, Honam fut évacuée et elle connut dès lors une longue décadence sans histoire.

13Celle qu’elle avait vécue durant le Moyen Âge et jusqu’au début des temps modernes s’inscrit encore dans le site ennobli de ruines. Non loin de la plage s’élève un plateau rocheux haut d’une trentaine de mètres, que couronnent les robustes remparts de la citadelle. Une seule entrée coudée et voûtée donne accès dans l’enceinte de cette casba. Une citerne aménagée dans le roc assurait l’alimentation des défenseurs.

14En avant du plateau, au pied de l’escarpement se creuse le port. Son bassin rectangulaire, dont le périmètre est très reconnaissable avec les quais qui le bordaient, mesure environ 50 mètres sur 85. La mer, dont il est maintenant séparé par la plage, venait sans doute battre jadis les murs qui le protégeaient, à moins qu’un canal ne permît d’arriver aux navires, qui y entraient en passant, mâts dressés et voiles tendues, sous la grande arche de sa porte.

15La terre a rempli le bassin, qui est devenu le jardin du garde-forestier. Les carrées de salades verdissent entre les quais de béton où venaient, aux beaux jours, s’amarrer les felouques et les galères. Mais la Porte de la Mer dressait encore, il y a quelques années, un de ses pieds droits et l’amorce de sa baie, que brodaient des entrelacs de galons et un beau décor floral sculpté dans la pierre rose.

16L’Afrique du Nord ne conserve, sauf erreur, que trois autres vestiges de ces ports fermés du moyen âge berbère : en Tunisie, celui de Mahdiya, dont l’arche d’entrée s’est effondrée dans le chenal ; en Algérie, celui de Bougie, dont on connaît la Porte dite Sarrazine ; au Maroc, celui de Salé, dont la porte encore intacte compte parmi les plus beaux monuments de l’architecture hispanomauresque. Celui d’Honaïn est à peu près contemporain de ce dernier et ne devait pas lui être inférieur.

17La ville, elle-même, s’étendait en arrière de cet élément vital que constituait le port. Les remparts de pisé se développent, assez bien conservés, avec leur chemin de ronde, flanqués de sept grosses tours carrées sur le front de mer, escaladant en ligne droite la hauteur, qui, du rivage, s’élève vers le Sud, barrant le ravin qui se creuse à l’Ouest. Chacune des faces était percée d’une porte. Celle de l’Est a gardée ses pieds droits décorés d’entrelacs et le départ de son arc de briques. A l’intérieur de la place, dans ce qui fut la basse-ville, subsistent des ruines que l’on désigne avec vraisemblance comme un hammâm. Non loin de là la Grande Mosquée du xive siècle a perdu le noyau du minaret qui en fut le dernier vestige.

18À ces restes du passé berbère de la cité s’ajoute un témoin éloquant de son occupation éphémère par les Espagnols. À proximité de la face Ouest de l’enceinte, dont un large fossé creusé de main d’homme la sépare, s’élève la base d’une tour en pierre de taille et le départ de son escalier en colimaçon. Elle protégeait la place contre les attaques des montagnards, dont le sombre pays s’étage et occupe le fond du tableau. Elle dit l’insécurité où vécurent pendant quatre années d’alertes et de misère, les Chrétiens campés sur la terre hostile.

19Enrichissant le précieux enseignement que nous fournissent Honaïn, son port, sa citadelle et ses remparts, cette dernière ruine confère à ce beau paysage de la côte algérienne un charme mélancolique. Elle évoque le souvenir d’une aventure héroïque et stérile.

Haut de page

Bibliographie

Devina A., Les États de l’Occident musulman aux xiiie, xive et xve siècles, Alger, 1984.

El-Bekri Abou-Obeïd, Description de l’Afrique septentrionale, trad. de Slane M.-G, ed. revue et corrigée, Paris, Albin-Maison-Neuve, 1965.

Ibn Hawqal, “Configuration de la terre”, Trad. de Slane, Journal asiatique, 1842.

Ibn Marzouq, trad. Lévi-Provençal, Hesperis, V, 1925.

Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, Trad. de Slane, Alger, 1852, t. II, p. 170, t. III, p. 425.

Primaudaie E. de, Documents inédits sur l’occupation espagnole en Afrique.

Marçais G., La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Âge, Aubier, Paris, 1946.

Marçais G., “Le Makhzen des Beni Abd-el-Wâd”, Bull. trim. de la Soc. de Géogr. et d’Archéol. d’Oran, t. LXI, 1940, p. 51.

Marçais G., “Recherches d’archéologie musulmane : Honaïn”, Revue africaine, t. LXIX, 1928, p. 333-350.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan d’Honaïn par Georges Marçais.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1604/img-1.png
Fichier image/png, 287k
Titre Vestiges de la Porte de la Mer (photo G. Marçais).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1604/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Marçais, « Honaïn », Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3486-3489

Référence électronique

G. Marçais, « Honaïn », in Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1604

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page