Navigation – Plan du site
23 | Hiempsal – Icosium - Gabriel Camps (dir.)
H
H53

Himyar/Himyarites

C. Robin
p. 3471-3474

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Tribu d’Arabie méridionale qui se constitue en royaume vers 110 av. J.-C. et unifie progressivement tout le sud de la péninsule Arabique. Selon certains généalogistes maghréhins, imyar serait l’ancêtre des Berbères Kotama (Kutāma) et Sanhadja (anhāja). Le royaume imyarite a sa capitale à afār (à 130 km au sud de an‘ā’) où se trouve le palais royal de Raydān. Dans les langues antiques de l’Arabie méridionale, écrites avec un alphabet consonantique, imyar est appelée Hmyrm ; en ge‘ez, c’est amēr et en grec Homèritai ou Ameritai. imyar, qui est la vocalisation arabe du nom, ne semble pas représenter exactement la prononciation antique qui devait être “umayr” ou “amayr”.

2À l’origine, le territoire imyarite se limite à la moitié sud du Yémen occidental, entre ‘Adan et Ḏẖamār ; mais bientôt imyar prend le contrôle du royaume de Saba’ (moitié nord du Yémen occidental ; capitale Marib) et prend pied en Afrique (Périple de la mer Erythrée, paragraphes 16, 23 et 31). De longues guerres aux iie et iiie siècles, pendant lesquelles Saba’ retrouve son indépendance, s’achèvent par le succès de imyar, qui annexe définitivement Saba’, puis le aramawt, entre 275 et 300. Cette première unification de l’Arabie méridionale – on dirait aujourd’hui du Yémen – est menée à bien par le roi Sammir Yuhar‘is. C’est ce Sammir qui est mentionné incidemment, en 328, dans l’inscription funéraire d’Imru’al Qays, “roi de tous les Arabes”, à an-Namāra en Syrie du Sud.

3Dès le début du iiie siècle, les souverains sabéens et aramawtiques avaient étendu leur influence sur les tribus arabes du désert, voisines du Yémen. Les imyarites poursuivent la même politique et imposent bientôt leur loi à toute l’Arabie centrale et occidentale, devenant la principale puissance de la péninsule pendant plus de deux siècles (de 300 à 525), comme le rappellent deux inscriptions royales gravées sur les rochers de Ma’sal al-Jum, à 240 km à l’ouest-sud-ouest d’ar-Riyā.

4La dynastie imyarite adopte officiellement le monothéisme à la fin du ive siècle : les deux premières inscriptions reflétant cette adhésion, dont les auteurs sont le roi Malkīkarib Yuha’min, en corégence avec ses fils Abīkarib As‘ad et Ḏẖara”amar Ayman, datent de janvier 384 ap. J.-C. La terminologie utilisée dans ces textes ne permet pas de reconnaître à quelle religion la dynastie s’est convertie, mais les traditions arabes islamiques mentionnent explicitement le judaïsme, prépondérant alors en Arabie occidentale.

5L’orientation pro-chrétienne et pro-byzantine du dernier roi imyarite régulier, Ma‘dīkarib Ya‘fur, en contraste avec la politique internationale beaucoup plus prudente de ses prédécesseurs, amène sur le trône un juif extrémiste nommé Yūsuf As’ar Yaṯẖ’ar (entre juin 521 et mai 522), qui rompt avec Byzance et son allié abyssin et persécute les chrétiens autochtones. L’exécution à Najrān, en novembre 523, de plusieurs centaines de croyants, parmi lesquels al- āriṯẖ b. Ka‘b (en grec Aréthas), provoque une grande émotion dans le monde chrétien. Les conséquences sont immédiates. Les autorités religieuses d’Alexandrie en Égypte et l’empereur byzantin Justin Ier (518-527) demandent au souverain abyssin Elesbaas (Kālēb Ella Abea) d’intervenir militairement. De nombreux navires sont rassemblés et d’autres sont construits pour franchir le détroit d’al-Mandab. L’armée, montée sur 70 embarcations, débarque en Arabie et écrase les forces imyarites du roi Yūsuf, qui est capturé et exécuté selon certaines sources, ou meurt en se précipitant à cheval dans la mer selon d’autres. La défaite et la disparition de Yūsuf se placent entre 525 et 530. Le royaume imyarite cède la place à un protectorat abyssin et la population est convertie de force au christianisme. La tribu de imyar disparaît au haut Moyen Âge, grignotée par les groupes arabes nomades originaires principalement de Maḏẖḥij, qui s’installent sur son territoire ou à sa périphérie.

6Aucun monument imyarite n’a survécu, si on excepte la fameuse digue de Marib : la capitale, notamment, n’est plus que ruines, après les destructions des Abyssins et les atteintes du temps. Cependant l’histoire de imyar est assez bien connue, grâce à une centaine d’inscriptions, presque toutes rédigées en sabéen, et aux traditions d’époque islamique.

7Il est assuré que la langue parlée par les imyarites n’était pas le sabéen (langue sudarabique apparentée à l’arabe et à l’éthiopien classique), mais une langue occupant une position intermédiaire entre le sabéen et l’arabe. Deux inscriptions préislamiques, et diverses citations du parler imyarite qui survit encore au xe siècle ap. J.-C, dues notamment au savant yéménite al- asan al-Hamdānī (893-971), fondent cette conviction.

8L’écriture utilisée par les imyarites est une variété évoluée de l’alphabet que les savants occidentaux appellent “sudarabique” et les traditions arabes “musnad”. Elle compte vingt-neuf consonnes (les vingt-huit de l’arabe plus un s latéral) et un trait pour séparer les mots, et ne note que les consonnes et les voyelles longues en position finale, à l’aide des consonnes w, y et h. Elle est connue sous deux formes. Dans la première, dite “monumentale”, les caractères dérivent de formes géométriques simples, comme le cercle, le rectangle et la croix, et ne sont pas attachés les uns aux autres ; cette écriture est utilisée pour les textes destinés à durer, gravés dans la pierre ou coulés dans le bronze. Dans la seconde, appelée “cursive” ou “minuscule”, les lettres ont un tracé plus relâché et sont fréquemment prolongées par un appendice qui s’allonge sur la ligne d’écriture. L’alphabet consonantique sudarabique a son origine au Levant, comme le prouvent un ordre des lettres original (attesté d’abord en Syrie et en Palestine, puis en Arabie méridionale et en Éthiopie) et sept ou huit lettres qui ont la même forme et la même valeur que des lettres des alphabets ougaritique (Syrie) et phénicien. Il est très différent de l’alphabet arabe, qui a les mêmes ancêtres lointains, mais dérive probablement du syriaque.

9Le nom de imyar n’apparaît pas dans le Coran, mais il brille d’un vif éclat dans les traditions arabes relatives à la période pré-islamique. Cette célébrité posthume s’explique aisément. Dans les luttes politiques des débuts de l’Islam, les Yéménites, souvent en rivalité avec les Quraysites (la tribu du Prophète Muammad) et les Arabes du nord de la péninsule justifiaient leurs prétentions en invoquant la grande antiquité de leur civilisation – prouvée par tant de monuments et de vestiges – que le nom de imyar représentait à lui seul dans la mémoire collective ; Qurays, en revanche, avait pour unique titre de gloire le fait d’avoir donné naissance au Prophète.

10Ces affrontements amenèrent les traditionnistes à collecter les souvenirs plus ou moins précis que les tribus du Yémen et celles de l’Arabie déserte avaient conservés du passé préislamique, notamment nombre d’anecdotes sur les rois et des fragments poétiques souvent remaniés ; ils favorisèrent bientôt l’apparition d’amplifications épiques, qui attribuaient à quelques souverains imyarites des conquêtes fabuleuses en Asie, avec des motifs sans doute empruntés au Roman d’Alexandre. Il en est ainsi de Sammir Yuhar‘ish et d’Abīkarib As‘ad, dont le nom a déjà été cité. On pourrait aussi mentionner Sayf ibn ḏẖī-Yazan, un prince qui s’opposa à l’occupation abyssine et y mit fin dans les années 570, devenu le héros d’un cycle épique.

11Les noms d’autres princes, comme ceux d’Abraha ḏẖū l-Manār et d’Afrīqus, à qui certains traditionnistes – cités notamment par Ibn Ḵẖaldūn – attribuent des expéditions au Maghreb, paraissent en revanche totalement légendaires. On ne saurait donc accorder le moindre crédit aux anecdotes selon lesquelles cet Afrīqus serait l’éponyme de l’Ifrīqiyya, aurait donné leur nom aux “Berbères” (en s’exclamant à l’écoute de leur langue : “Quelle barbara [charabia] est la vôtre”) ou aurait laissé au Maghreb deux branches de la tribu de imyar, les Kutāma et les anhāja (Histoire des Berbères, I, pp. 28, 168, 176, 207 et 291 ; II, p. 2). C’était déjà, pour l’essentiel, l’opinion d’Ibn Khaldūn, pour qui “toutes ces hypothèses sont erronées et bien éloignées de la vérité”, en accord sur ce point avec Ibn azm (ibid., I, pp. 182-185).

12L’hypothèse d’une origine imyarite des Berbères continue à exercer sa fascination sur de nombreux chercheurs maghrébins. Certains ont cru pouvoir lui rendre un peu de crédit en soulignant la parenté formelle des écritures tifinagh et sudarabique monumentale. En réalité, cette parenté, qui se limite à quelques signes de formes semblables, est illusoire : pour supposer une origine sudarabique des tifinagh ou une même origine pour les deux écritures, il faudrait qu’un nombre appréciable de lettres aient la même forme, mais aussi, la même valeur, ce qui n’est pas le cas. En fait, le sudarabique et les tifinagh se servent de formes géométriques dépouillées, mais banales, de sorte qu’il n’est pas surprenant de retrouver les mêmes figures (avec des valeurs différentes) dans les deux alphabets.

13Les légendes sur l’origine imyarite des Berbères, relativement tardives, répondaient certainement au désir des Maghrébins de se trouver des ascendants prestigieux en Arabie. Pour cela, les imyarites présentaient l’avantage d’offrir un héritage symbolique en déshérence. Dans la boucle du Niger, le même désir d’une origine prestigieuse a fait rechercher là aussi des ancêtres en Arabie du Sud. Les prétentions de la dynastie salomonide d’Éthiopie, qui se considère comme la postérité de Salomon et de la reine de Saba’, répondent aux mêmes exigences, mais dans ce cas, c’est vers la Bible qu’on s’est tourné et non vers les légendes arabes, mais avec ce résultat curieux que c’est encore le Yémen qui offre le matériau de départ.

L’alphabet sudarabique

14L’alphabet sudarabique compte 29 consonnes comme il a été dit. Avec des caractères faciles à distinguer les uns des autres et un trait pour séparer les mots, sa lecture est particulièrement facile. L’ordre des lettres est intéressant. Originaire de Syrie, mais abandonné dans ce pays au profit de l’ordre ougaritique qui sera suivi par le phénicien, le grec, le latin, l’hébreu, l’araméen et l’arabe, il devient une caractéristique des écritures sémitiques méridionales, le sudarabique et l’éthiopien qui en dérive :

L’alphabet sudarabique.

L’alphabet sudarabique.

15Cet alphabet est complété par sept symboles numériques, employés exclusivement avant J.-C. :

16À l’origine, le sudarabique peut s’écrire de droite à gauche ou de gauche à droite, avec cependant une préférence marquée pour le sens droite-gauche. Celui-ci s’impose définitivement avant même l’époque de Karib’îl le Grand (vers 700 av. J.-C.) ; mais pour les textes de plusieurs lignes, il est possible de commencer dans le sens normal (droite-gauche), puis de changer de sens à chaque ligne. Cette disposition, qui évoque le mouvement d’un bœuf labourant un champ, est appelée pour cette raison “boustrophédon”. Elle facilite la lecture des textes composés de lignes très longues qu’on voit sur certains monuments. Le boustrophédon est abandonné plusieurs siècles avant J.-C. Désormais, le sudarabique s’écrit de droite à gauche, sens qui est également celui de l’arabe, du syriaque, de l’hébreu, mais non pas celui de l’éthiopien.

Haut de page

Bibliographie

Briend J. et Robin Ch., “Sheba, I. Dans la Bible ; II. Dans les inscriptions d’Arabie du Sud” Supplément au Dictionnaire de la Bible, Fascicule 70, Paris, Letouzey et Ané, 1996, col. 1043-1254.

Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, traduite de l’arabe par le baron de Slane, nouvelle édition publiée sous la direction de Paul Casanova, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, quatre tomes, 1925, 1927, 1934 et 1956 (publié par Henri Pérès).

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’alphabet sudarabique.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1597/img-1.png
Fichier image/png, 93k
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Robin, « Himyar/Himyarites », Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3471-3474

Référence électronique

C. Robin, « Himyar/Himyarites », in Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1597

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page