Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I65

Iolaos

N. Benseddik
p. 3767-3769

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Religion
Haut de page

Texte intégral

1Étroitement lié au héros grec Héraklès, dont il était le neveu, ainsi qu’au dieu phénicien Melqart, Iolaos est une figure mythique complexe. Fidèle compagnon d’Héraklès aux exploits duquel il fut souvent associé, il l’aida notamment à débarrasser la Libye de ses bêtes féroces ; d’après une légende, il eut alors à ressusciter l’Héraklès tyrien (Melqart), tué par Typhon, en lui faisant humer le fumet d’une caille rôtie. Cette relation privilégiée justifie la présence du nom Iolaos à côté de celui d’Héraklès parmi les dieux invoqués dans le traité conclu en 215 av. j.-c. entre Hannibal et Philippe V. Iolaos est l’interpretatio graeca d’une divinité phénico-punique très liée à Melqart : Sid ou Eshmun. Si le rapport à la Sardaigne et les théonymes doubles sd-mlqrt et sd-Tnt militent en faveur de l’identification avec Sid, de solides arguments appuient l’hypothèse Eshmun. La légende grecque qui rapporte la résurrection d’Héraklès (Athénaeus, Deipnosophistai, 10, 47, 392d. Zenobius, paroemiographi, 5, 56) et concerne en fait Melqart et non le héros grec permet d’établir que le Iolaos du traité est probablement quelque divinité phénicienne guérisseuse associée à Melqart ; un tel pouvoir guérisseur, que ne possède pas le Iolaos grec, évoque Asklépios, le dieu grec guérisseur par excellence, communément identifié à Eshmun. D’autre part, Melqart et Eshmun étaient déjà associés dans le traité entre Asarhaddon d’Assyrie et Ba’al de Tyr (677 avec j.-c), suivis d’Astarté, tout comme Astarté précède immédiatement Héraklès/Melqart et Iolaos/Eshmun dans le serment d’Hannibal. Il s’agit bien, dans un ordre différent, du groupe tyrien Melqart-Eshmun-Ashtar- devenu au ve siècle, sous l’influence de la littérature grecque, Héraklès-Iolaos-Astarté-. A considérer le conservatisme de cette énumération, l’existence des théonymes doubles ‘smn-mlqrt et mlqrt-’smn, l’importance du temple et donc du culte d’Eshmun à Carthage, le Iolaos du “Serment d’Hannibal” (Polybe, VII, 9, 2) ne peut être qu’Eshmun. Il y a lieu de rappeler ici que smn, “graisse”, qui joue un rôle dans la résurrection d’Héraclès, se retrouve dans le nom ‘smn, Eshmun. Si le Serment invoque Eshmun sous le nom de Iolaos et non sous celui d’Asklépios, c’est en raison de la dimension de dieu poliade, soucieux du bien-être collectif comme des besoins individuels, qu’il partage avec Melqart, et non de sa dimension de dieu guérisseur et secourable. On constate, une fois encore, qu’une même divinité sémitique peut s’identifier ou s’assimiler à plusieurs dieux grecs ou romains, chaque identification s’établis-sant, selon le besoin, sur la base d’un élément commun.

2On a reconnu Iolaos sur un rasoir carthaginois qui montre Héraklès sur une face et un jeune homme tenant une plante et des oiseaux sur l’autre.

3C’est peut-être à Iolaos que Cesaera (Cherchel) doit son toponyme punique de Iol.

Rasoir carthaginois représentent Hercule/Melquart et Iolaos

Rasoir carthaginois représentent Hercule/Melquart et Iolaos
Haut de page

Bibliographie

Barre M.L., The God-list in the treaty between Hannibal and Philip V of Macedonia, Baltimore, 1983

Baudissin W.W.G., Adonis und Eshmun, Leipzig, 1911, p. 282-308

Benseddik N., Le culte d’Esculape en Afrique, thèse de doctorat d’État, Paris-IV-Sorbonne, 1995 (en cours de publication)

Bonnet C, Melqart. Cultes et mythes de l’Héraclès tyrien en Méditerranée, Studia Phoe-nicia 8, Leuven-Namur, 1988, p. 20, 179, 180, 183, 250-252

Lipinski E., Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, s.v., Iolaos (A. Roobaert), Brepols, 1992, p. 230

Pauly A., Wissowa G., Real-encyclopädie der classischen Altertumwissenschaft, IX, col. 1846

Picard C, Sacra Punica. Étude sur les masques et rasoirs de Carthage, Karthago, 13, 1966, p. 55-88

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rasoir carthaginois représentent Hercule/Melquart et Iolaos
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1583/img-1.png
Fichier image/png, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

N. Benseddik, « Iolaos », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3767-3769

Référence électronique

N. Benseddik, « Iolaos », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1583

Haut de page

Auteur

N. Benseddik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page