Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I56

Indigo

C. El Briga
p. 3729-3731

Entrées d’index

Mots clés :

Ahaggar, Touareg
Haut de page

Texte intégral

1Indigo, segni en tamahaq, est un mot d’origine haoussa d’après Ch. de Foucauld (Dictionnaire Touareg-Français, t. IV, p. 1810). C’est une matière colorante bleu foncé extraite des tiges et des feuilles de l’indigotier. Cette plante se présente sous plusieurs aspects, soit sous forme herbacée, soit en arbrisseau ne dépassant pas la hauteur de 1,50 m. L’indigotier est une légumineuse papillionacée à feuilles pennées dont les fleurs d’un rouge vif sont en grappes ou en épis. Les fruits sont des gousses allongées et cloisonnées intérieurement entre les graines. On connaît quelque 300 espèces d’indigotiers regroupées dans la zone intertropicale ; quelques-uns poussent dans les régions méditerranéennes.

2Sur le plan commercial, la production d’indigo est classée d’après l’origine géographique. C’est ainsi que sera distingué l’indigo d’Asie aux nombreuses variétés qui sont le plus recherchées et qui rappellent que l’indigo doit son nom à l’Inde. Les grandes zones de production sont le Bengale et la côte de Coromandel. Les autres variétés asiatiques sont aussi célèbres, celles de Java comme celles de Chine. L’ensemble de cette production est d’origine agricole ; il en est de même de l’indigo américain, principalement l’Indigofera tinctoria au Guatemala. Aujourd’hui l’Afrique ne produit que de faibles quantités d’indigo alors que ce colorant n’est nulle part aussi prisé et utilisé que dans l’ethnie touarègue.

3Originaire de l’Inde, l’indigo se répandit vers l’Ouest, gagnant le Yémen et l’Égypte, peut-être dès les temps pharaoniques, sûrement à l’époque gréco-romaine ; les géographes arabes du Moyen Âge témoignent de la progression de sa culture jusque dans l’ouest du Continent. À ce mouvement continental contrôlé par les Arabes fait face une voie maritime, tenue par les Portugais qui répandent la culture de l’indigo le long du littoral atlantique et dans l’archipel des îles du cap Vert. Dès le xvie siècle, l’indigo est cultivé en Amérique centrale et son usage se répand dans l’Europe ; aujourd’hui il souffre de la concurrence des colorants chimiques, mais tant que les Touaregs resteront fidèles au port du voile, son avenir semble assuré.

4Associé au voile* de tête que portent tous les Touaregs et d’autres Sahariens non berbères, tels les Kounta de l’Adrar des Ifoghas, les Touaj du Tamesna, les Bera-bich de l’Azawad, l’usage de l’indigo est un phénomène culturel aux origines mystérieuses. La tagoûlmoust est la pièce de coton avec laquelle le Targui entoure sa tête et cache sa bouche. L’étoffe la plus employée et la plus recherchée est l’alechcho qui est une fine cotonnade imprégnée d’indigo qui laisse sa trace sur la peau. La tagoûlmoust est longue de 1,50 m à 4 m. Sa largeur est plus constante, elle est faite de bandelettes de 5 à 6 cm de large cousues bord à bord. Ces cotonnades proviennent toutes de la région de Kano (Nigéria), qui exerce le monopole sur le commerce saharien de l’indigo.

5Les géographes arabes savaient que les “voilés” du Sahara occidental appartenaient au groupe sanhadja et que ces Sahariens avaient construit l’empire almoravide qui était aussi celui des almo-laththimoun (les porteurs de litham). Nous ne pouvons affirmer que ce voile de tête était teint à l’indigo, comme celui des Touaregs.

6L’archéologie a heureusement apporté quelques documents qu’il serait difficile de rejeter. Au cours de ses recherches sur les sépultures anciennes de l’Aïr, F. Paris découvrit dans un tumulus d’Iwelen* les restes d’une femme qui avait été revêtue d’une tunique de laine de trois couleurs, bleu, rouge et vert. L’usage de l’indigo en vue d’obtenir la coloration bleue est tout à fait vraisemblable. La sépulture d’Iwelen a pu être datée, par le C 14, de 116 ans, ce qui, après correction, correspond à une période comprise entre 680 et 880 après j.-c.

Indigofera tinctoria (d’après P. Ozenda)

Indigofera tinctoria (d’après P. Ozenda)

Touareg de Gourma. La taguemoust a été teinte à l’indigo.(Photo H. Claudot-Hawad)

Touareg de Gourma. La taguemoust a été teinte à l’indigo.(Photo H. Claudot-Hawad)
Haut de page

Bibliographie

Gast M., Collections ethnographiques. Touareg Ahaggar, AMG, Paris, 1959.

Lhote H., Les Touaregs du Hoggar, Payot, Paris, 1944.

Nicolas F., “Le voilement des Twareg”, Contribution à l’étude de l’Aïr, FAN, 1959, p. 497-503.

Ozenda P., La flore du Sahara septentrional et central, CNRS, 1958.

Paris F, Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l’islamisation, ORSTOM, Paris,1996.

Pitot A., “Contribution à l’étude de la flore”, Contribution à l’étude de l’Aïr, IFAN, 1959, p. 31-81.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Indigofera tinctoria (d’après P. Ozenda)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1574/img-1.png
Fichier image/png, 246k
Titre Touareg de Gourma. La taguemoust a été teinte à l’indigo.(Photo H. Claudot-Hawad)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1574/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. El Briga, « Indigo », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3729-3731

Référence électronique

C. El Briga, « Indigo », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1574

Haut de page

Auteur

C. El Briga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page