Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I49

Impératif

(voir aussi Aspect, Indices de personnes, Verbe)
S. Chaker
p. 3703-3705

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Au plan morphologique, l’impératif berbère ne se distingue des autres formes du verbe, notamment des thèmes d’aoriste, que par un paradigme d’indices de personnes particulier, dont l’inventaire est à la fois particulier et lacunaire puisqu’il est réduit aux deuxièmes personnes (“tu” ; “vous” masc. ; “vous” fém.) ; par exemple, en kabyle :
-- Øddu va !
--t ddut allez ! (masc.) [on peut rencontrer des variantes régionales en -et, -yat, -ut...]
--mt ddumt allez ! (fém.) [on peut rencontrer des variantes régionales en -met]

2Comme l’écrivait déjà Basset (1952), il est donc difficile, au plan grammatical du moins, de le considérer comme un mode particulier puisque le thème d’impératif est quasiment toujours le même que celui de l’aoriste (simple ou intensif), qui, lui, est une forme dont la flexion personnelle est tout à fait complète et régulière.

3Cette connexion entre l’impératif et l’aoriste, thème verbal généralement considéré à la fois comme non-marqué et comme le plus polyvalent (Galand 1977, 1987, 1988 ; Bentolila 1981, Chaker 1983, 1984, 1995a et b) n’est certainement pas fortuite : dans le développement historique de la langue berbère, l’aoriste est à l’origine de formes généralement modales, à valeur de non-réel, de potentiel ou d’injonctif. Il n’est pas surprenant que le même thème ait pu servir de base, en association avec une série particulière d’indices de personnes et une marque intonative, à la formation de l’impératif.

4Le paradigme particulier des indices de personnes de l’impératif manifeste très clairement son caractère “basique”, voire très archaïque :
- la 2e personne (“tu”) est caractérisée par un zéro morphologique, le marquage de l’impératif n’étant alors porté que par l’intonation, situation quasi naturelle puisqu’on s’adresse au protagoniste direct de l’échange linguistique ;
- la 2e personne du pluriel masculin (“vous” masc.) est marquée par un suffixe -t, morphème bien connu et polyvalent en chamito-sémitique ; on en trouve des traces nettes en berbère comme marque de pluriel nominal (cf. “Genre”, EB, XX) ;
- la 2e personne du pluriel féminin (“vous” fém.) est très distinctement constituée par le morphème de pluriel (t) et une marque de féminin, certainement très archaïque (m), que l’on retrouve dans la série des pronoms personnels indépendants et affixes :
kay, kecc toi (masc) // kem(m) toi (fém.) (< k + m)
[pronoms personnels indépendants]
-k te (masc.) // kem te (fém.)
[pronoms personnels affixes du verbe, régime direct]
-ak à toi (masc.) // am à toi (fém)
[pronoms personnels affixes du verbe, régime indirect]
-k ton (masc.) // -m ton (fém.)
[pronoms personnels affixes du nom = possessifs]

5Tout indique donc une formation très ancienne de l’impératif berbère tel qu’on le connaît en synchronie puisqu’il mobilise des moyens morphologiques très simples et manifestement archaïques.

Haut de page

Bibliographie

Basset A., La langue berbère, Londres, 1952.

Basset A. et Picard A., Éléments de grammaire berbère (Kabylie-Irjen), Alger, 1948 (notamment p. 33-43).

Bentolila F., Grammaire fonctionnelle d’un parler berbère, Aït Seghrouchen..., Paris, 1981 (p. 46-51, 212-213).

Benveniste É., Problèmes de linguistique générale, I/II, NRF-Gallimard, Paris, 1966/1974.

Brockelmann C, Grundriss der vergleichenden Grammatik der Semitischen Sprachen, Berlin, 1908/1913, (I) et (II).

Brockelmann C, Précis de linguistique sémitique, Paris, 1910.

Chaker S., Un parler berbère d’Algérie (Kabylie) : syntaxe, Université de Provence, 1983, (p. 92-95, 189-192, 330-331, 373-377).

Chaker S., Textes en linguistique berbère (introduction au domaine berbère), Paris, CNRS, 1984, (Cf. notamment chap. 7).

Chaker S., Linguistique berbère (études de syntaxe et de diachronie), Paris/Louvain, Peeters, 1995/a.

Chaker S., Quelques faits de grammaticalisation dans le système verbal berbère, Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, 1995/b, n.s., V, 1997 (“Grammaticalisation et reconstruction”), p. 103-121.

Cohen D., Les langues chamito-sémitiques, Le langage, NRF-Gallimard (“La Pléiade”), Paris, 1968.

Cohen D., Études de linguistique sémitique et arabe, Mouton, La Haye, 1970.

Cohen D., Problèmes de linguistique chamito-sémitique, Revue des Études Islamiques, XL/1, 1972.

Cohen D., La phrase nominale et l’évolution du système verbal en sémitique. Étude de syntaxe historique, Peeters, Louvain/Paris, 1984.

Diakonoff I.M., Afrasian languages, Nauka, Moscou, 1988.

Galand L., Continuité et renouvellement d’un système verbal : le cas du berbère, BSLP, LXXII/1, 1977.

Galand L., Les emplois de l’aoriste sans particule en berbère, Proceedings 4th International Hamito-Semitic Congress., 1987.

Galand L., “Le berbère”, Les langues dans le monde ancien et moderne, (3e partie : Les langues chamito-sémitiques), Éditions du CNRS, Paris, 1988, p. 207-242.

Leguil A., Structures prédicatives en berbère. Bilan et perspectives, L’Harmattan, Paris, 1992.

Penchoen Th., Étude syntaxique d’un parler berbère (Aït Frah de l’Aurès), Studi Magrebini V, Naples, 1973, § 1.3,4.5.

Penchoen Th., Tamazight of the Ayt Ndhir, Los Angeles, 1973, § 3.1.3, 3.1.4.

Prasse K.-G, Manuel de grammaire touarègue, IV-V, Copenhague, 1974 (B. Préfixe d’état, p. 11-33).

Willms A., Grammatik der südlichen beraberdialekte (Süd-Marokko), Hamburg, 1972.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Impératif », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3703-3705

Référence électronique

S. Chaker, « Impératif », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1563

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page