Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I46

Ilyân

Y. Modéran
p. 3684-3686

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Personnage semi-légendaire, peut-être le dernier représentant d’un pouvoir romain au Maroc au moment de la conquête arabe.

2Ilyân, ou Yulyân selon certaines sources (ainsi l’Akhbâr madjû˚a, texte espagnol du xe siècle, qui ne laisse guère de doute sur son identité avec un Iulianus romain et précise d’ailleurs qu’il était chrétien), aurait été associé à la fin du viie et au début du viiie siècle aux épisodes essentiels de la soumission à l’islam des cités côtières du nord du Maroc, et au passage des Arabes en Espagne. Les auteurs musulmans, les seuls à l’évoquer, nous offrent cependant des traditions très différentes, et difficilement compatibles, quant à sa localisation, son époque exacte, ses fonctions et l’autorité dont il relevait.

3Selon Ibn al-ûiyya, qui écrivait en Espagne au xe siècle, Yulyân n’aurait été qu’un marchand qui trafiquait avec l’Espagne et au Maroc, et avait l’habitude de ramener de ce pays des chevaux et des faucons au dernier roi des Wisigoths, Ludhrîk (Rodéric, 710-711). Pour les plus anciens historiens arabes de la conquête du Maghreb, Ibn ′Abd al-Hakam et Al-Balâḏẖûrî (ixe siècle), Ilyân gouvernait les cités des deux rives du détroit de Gibraltar, notamment Algésiras et Ceuta, au nom des Wisigoths. Mais Rodéric ayant abusé de sa fille, il entra en contact avec âri, placé par Mûsâ ibn Nusayr à la tête de la garnison de Tanger, récemment soumise, et il lui fit passer le détroit, ouvrant ainsi l’Espagne à l’islam (711). Pour d’autres historiens, plus tardifs, comme Ibn al-Aṯẖîr, Al Nuwayrî et Ibn ′Abd al-Halîm (′Ubayd Allâh), Ilyân état au contraire, à l’arrivée des conquérants, le gouverneur de Tanger et, précisent Ibn ′Iḏẖâri et Al Nuwayrî, c’était un prince des Rûm, c’est-à-dire un gouverneur byzantin. Certains de ces auteurs l’associent également à l’expédition de Mûsâ au Maroc (vers 705) ou à la geste de âri en 711, mais plusieurs, notamment Ibn al-Aṯẖîr, en font un contemporain du célèbre raid de ′Uba ibn Nâfi′ au Maroc, vers 681-682 : après l’avoir soumis d’une manière exceptionnellement pacifique, ′Uba aurait obtenu de lui des informations sur les peuples berbères du Sud, et il se serait ensuite remis en marche. Enfin, pour Ibn Khaldoun, encore plus déconcertant, c’est en tant qu’émir des Ghumâra, c’est-à-dire chef berbère, que Yulyân aurait fait sa soumission à ′Uba... D’autres auteurs combinent différemment encore certains éléments de ces récits, d’où un nombre important de variantes supplémentaires, qui finissent par rendre le dossier d’une extrême confusion.

4De nombreux historiens, de l’Espagne musulmane (comme E. Lévi-Provençal) aussi bien que du Maghreb (le dernier en date étant A. Siraj), ont néanmoins tenté d’extraire de ces textes une réalité historique. Sans se prononcer clairement sur la rencontre avec ′Uba, peut-être légendaire comme toute sa randonnée au Maroc (R. Brunchwig 1942-1947), ils choisissent, en accord avec la majorité des sources, d’identifier en Julien un gouverneur des anciennes cités romaines du nord du Maroc, de Tanger à Ceuta, probablement revêtu du titre de comte que lui attribuent certains textes, et qui aurait été en fonction au début du viiie siècle, au moment où se prépara la conquête de l’Espagne. Mais au service de qui ? Cette question, qui constitue en fait le principal intérêt de l’histoire de Julien, parce qu’elle pose le grand problème de la situation politique du Maroc à la fin de l’Antiquité, reste malheureusement aujourd’hui toujours aussi obscure : si la majorité des textes, de Ibn ′Abd al-Hakam à Léon l’Africain, associent en effet Ilyân et le nord du Maroc à l’Espagne wisigothique, des auteurs non négligeables (comme Al-Nuwayrî), en font un Byzantin. Or nous savons que Septem (Ceuta) était effectivement encore byzantine au début du viie siècle d’après Georges de Chypre ; d’autre part, tous les textes arabes qui évoquent la première expédition en Afrique, en 647, signalent que le gouverneur byzantin Grégoire était alors maître du pays entre Tripoli et Tanger ; enfin, l’intérêt manifesté par le Liber Pontificalis pour la chute de Septem pourrait suggérer que la ville était alors toujours perçue comme partie intégrante de l’empire. Pour C. Diehl, ces indices autoriseraient à penser que “Julien fut le dernier représentant en Afrique de l’autorité du basileus” (L’Afrique byzantine, p. 587). Cette thèse manque cependant d’arguments décisifs. Peut-être, pour concilier toutes les données, pourrait-on plutôt supposer, après les défaites catastrophiques des Grecs dans la partie orientale de l’Afrique dans les années 643-698, un ralliement de Septem et Tingi aux Wisigoths, devenus beaucoup moins “barbares” aux yeux d’un Romain depuis leur conversion au catholicisme. Un tel rapprochement n’aurait fait que reproduire une situation administrative qui était celle de la Tingitane au Bas-Empire, lorsqu’elle appartenait au même diocèse que l’Espagne. Mais ce n’est qu’une hypothèse : faute de disposer de données archéologique ou de textes grecs ou latins explicites, il paraît en définitive réellement impossible de trancher. La seule certitude semble être que les deux anciennes cités romaines de Tanger et de Ceuta existaient toujours au moment de l’arrivée des Arabes, avec une population chrétienne, et une activité commerciale probablement importante avec l’Espagne.

Haut de page

Bibliographie

Sources arabes : se référer désormais à la liste et au recueil des textes dans :

Siraj A., L’image de la Tingitane. L’historiographie arabe médévale et l’antiquité nord-africaine, Rome, 1995.

Études

Diehl C, L’Afrique byzantine, Paris, 1896.

Gateau A., “Ibn al-Hakam et les sources arabes relatives à la conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne”, Revue tunisienne, 1936, p. 57-83, surtout p. 77-83.

Brunschwig R., “Ibn al-Hakam et la conquête de l’Afrique du Nord par les Arabes”, Annales de l’Institut des Études Orientales (Alger), tome VI, 1942-47, p. 108-155.

Lévi-Provençal E., Histoire de l’Espagne musulmane, tome I, Paris, 1950.

Siraj A., “De Tingi à Tandja : le mystère d’une capitale déchue”, Antiquités africaines, t. 30, 1994, p. 281-302.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Y. Modéran, « Ilyân », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3684-3686

Référence électronique

Y. Modéran, « Ilyân », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1560

Haut de page

Auteur

Y. Modéran

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page