Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I22

Idrisi

C. El Briga
p. 3636-3637

Entrées d’index

Mots clés :

Maroc, Moyen Âge, Personnage
Haut de page

Texte intégral

1Le plus célèbre des géographes arabes d’Occident, al-Idrisi, dit aussi al-Siculi en raison de sa participation à la cour des rois normands Roger II et Guillaume Ier de Sicile. Son origine chérifienne et son appartenance à l’une des branches de la famille idrisside n’ont jamais été mis en doute. Ses ancêtres étaient passés d’Afrique en al-Andalus, mais il semble bien qu’il naquit à Ceuta aux environs de 1100. La date de sa mort n’est pas connue avec plus de précision, elle serait survenue à Cordoue vers 1165. On sait aussi qu’il se rendit en Asie mineure avant de se fixer en Sicile.

2Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui contribuèrent à une renommée qui fut considérable. On lui doit un traité très savant sur les drogues, mais son œuvre majeure est celle qui lui assura l’amitié et la protection de Roger II ; il s’agit d’un ouvrage géographique à tendance encyclopédique, dont le titre traduit de l’arabe est le suivant : Livre de divertissement de celui qui désire parcourir le monde. Cette œuvre considérable, pour laquelle il bénéficia de la collaboration de sa sœur, est connue sous le titre plus bref de “Livre de Roger” (Ktab Rudjer) et c’est sous cette appellation qu’il est connu et cité à partir de 1154, la seule date assurée de la vie d’Idrisi. Dès 1592, un résumé de cet ouvrage est imprimé à Rome.

3Plusieurs fois remanié et résumé, le Livre de Roger est aussi connu sous une forme abrégée, Le Petit Idrisi, qui reprend l’essentiel de l’œuvre maîtresse. La qualité de ces livres vient de l’excellence de la documentation dont s’entoura Idrisi. Le point de départ de cet ouvrage multiforme et débordant de science est le planisphère en argent que Roger II avait commandé à Idrisi. Cet ouvrage étant achevé, le roi décida de confier au même Idrisi la rédaction d’un commentaire détaillé du planisphère.

4Il existe deux versions abrégées du Livre de Roger, celle d’Istanbul et celle de Tunis. Ces textes sont illustrés de cartes, à raison d’une pour chacune des sections des sept “climats” retenus par Idrisi à la suite des géographes grecs auxquels il ajouta un huitième situé au sud de l’Équateur.

5On attribue aussi à Idrisi un autre ouvrage géographique dont le titre même est contesté. Ce serait selon certains “Les jardins de la civilité et divertissement de l’âme” ; selon d’autres érudits, le titre serait “Royaumes et Routes”...

6La vie et l’œuvre d’Idrisi apportent la preuve qu’à la cour de Roger II et de Guillaume Ier, il était possible à un esprit de sa qualité de participer sans difficulté au syncrétisme qui triomphait dans cette Sicile normande encore tout imprégnée de culture musulmane mais qui n’avait pas totalement oublié ses racines franco-normandes et gréco-latines.

Haut de page

Bibliographie

Amari, Storia dei Mulsumani di Sicilia, t. III, p. 662-658

Doisy et de Goeje, Description de l’Afrique et de l’Espagne

Blochet, “Contribution à l’étude de la cartographie chez les Musulmans”, Bull, de l’Académie d’Hippone, 1898

Leclerc, Histoire de la médecine arabe, t. II, p. 65-70

Seybold C.F., “Idrisi”, Encyclopédie de l’Islam

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. El Briga, « Idrisi », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3636-3637

Référence électronique

C. El Briga, « Idrisi », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1528

Haut de page

Auteur

C. El Briga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page