Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I21

Idris II (791-828)

E.B.
p. 3635-3636

Entrées d’index

Mots clés :

Maroc, Moyen Âge, Personnage
Haut de page

Texte intégral

1La disparition d’Idris Ier parut d’autant plus grave qu’il ne laissait pas de successeur direct. L’avenir de la dynastie ne reposait plus que sur l’existence précaire de l’enfant que portait Kanza, l’une des femmes berbères d’Idris. Deux mois après la mort d’Idris Ier, Kanza mettait au monde un enfant de sexe masculin qui reçut le même prénom que son père, Idris II, et fut le véritable organisateur du premier royaume chérifien du Maroc. En attendant, l’enfant fut confié au fidèle Rachid qui fut assassiné sur ordre du gouverneur aghlabite, Ibrahim ben Aghlab. Il s’ensuivit une période troublée au cours de laquelle Berbères et Arabes se disputaient le pouvoir. Afin d’éviter de nouvelles intrigues, le jeune imam âgé de onze ans fut solennellement proclamé dans la mosquée de Walila où il reçut le serment d’allégeance des principaux chefs berbères.

2À dix-huit ans, Idris II se sentit assez puissant pour faire exécuter le cheikh awreba Ishak ben Muhammad, qui avait fait la fortune des Alides depuis l’arrivée d’Idris Ier à Walila en 786. Deux autres actions marquèrent le début du règne :
- il réunit à nouveau les chefs de tribu berbères et leur demanda de renouveler leur serment de fidélité ;
- il décida de bâtir une ville qui serait la capitale de son royaume.

3C’est en 809 qu’il fonda, en face de Medina Fas, la ville d’Idris Ier, sa propre capitale qu’il nomma Al-Aliya (la Haute). Elle était entourée d’un rempart et possédait un hôtel des monnaies dans la résidence d’Idris II. C’est dans cette ville nouvelle que s’établirent de préférence les familles arabes venues, à l’appel d’Idris, d’al-Andalus et de Tunis.

4En 814, un événement important modifia la composante démographique des deux cités : huit cents familles andalouses, chassées de Cordoue à la suite d’une rébellion contre Al-Hakam Ier, s’établirent dans la ville d’Idris Ier qui fut entourée de rempart comme l’était déjà Al-Aliya. Ainsi, en ce début du ixe siècle, Fès était une ville double qui donnait une image assez exacte de la politique d’Idris II. Tout au long de son règne, il s’efforça de maintenir un équilibre précaire entre les différents apports ethniques et culturels ; après avoir accueilli les Andalous, il ouvrit les portes d’Al-Aliya à de nombreuses familles kairouanaises. En même temps, il se rapprochait des Berbères qu’il avait écartés du pouvoir au début de son règne.

5Sur le plan militaire, Idris II poursuivit la politique d’annexion de son père, étendant toujours plus loin les limites de son royaume. Une des plus fameuses des expéditions conduites par Idris II fut celle de 812-813 chez les Masmouda, qui aboutit à la prise de Nfis. L’année suivante, il contraint à la soumission Mohammed ben Khazer, chef des Zénètes de la région de Tlemcen. Un royaume agrandi, équilibré dans ses composantes culturelles et ethniques, tel était ce premier État chérifien à la mort d’Idris II en 828.

Haut de page

Bibliographie

Al -Bakri, Kitab al Masalik

Basset R., “Idris Ier”, Encyclopédie de l’Islam, E. I, p. 478

Fournel E.J., Les Berbères

Gautier E.F., Le Passé de l’Afrique du Nord, Paris, Payot, 1964

Ibn Abi Zar, Rawd al Kirtas

Ibn Idari, Bayan al-Mughrib

Ibn Khaldoun, Kitab al-Ibar

Julien Ch.-A., Histoire de l’Afrique du Nord, t. II, Paris, Payot, 1952

Marçais G, La Berbérie et l’Orient musulman au Moyen Age, Paris, Aubier, 1946

Terrasse H., Histoire du Maroc, des origines à l’établissement du Protectorat français, Casablanca, 1949

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., « Idris II (791-828) », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3635-3636

Référence électronique

E.B., « Idris II (791-828) », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1527

Haut de page

Auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page