Navigation – Plan du site
24 | Ida – Issamadanen - Gabriel Camps (dir.)
I17

Ida

(Id-aw)
S. Chaker
p. 3619-3620

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique, Tribu(s)
Haut de page

Texte intégral

1Préfixe de pluriel fréquent dans l’ethnonymie berbère marocaine (domaine chleuh) : Id-aw-Semlal, Id-aw-Tanan, Id-aw-G°nidif, Id-aw-Kensus, Id-aw-Zed-dut, Id-aw-Zekri, etc.

2La graphie française habituelle (ida-ou) résulte d’une fausse coupe, car il s’agit en fait d’un morphème préfixe de pluriel nominal – sans doute une marque de collectif à l’origine -, bien attesté dans de nombreux dialectes berbères, y compris en combinaison avec des noms communs :

Touareg

Ed, idd/d, “Cette marque [...] fournit le pluriel de tous les noms qui n’ont pas de pluriel régulier ou dont le pluriel est difficile à concevoir, p. ex. le pl. de noms propres de personnes et de lieux, le pl. des animaux domestiques d’une même couleur, des noms étrangers non assimilés, etc.” (Prasse 1974, p. 62-63).

Ghadames

3End, “élément invariable, employé en préfixe de nom pour exprimer le pluriel. Le nom qui suit garde la forme de sg.” (Lanfry, II, n° 1091, p. 234). Karl Prasse (1974, p. 63) considère la forme de Ghadames comme secondaire, le /n/ serait issu d’une dissimilation phonétique (edd > end). Certains faits chleuhs (Id-awzal coexiste avec Ind-awzal) pourraient infirmer cette analyse et conduire à poser une forme primitive ind ou end, sans doute à rapprocher du préfixe touareg, actuellement totalement figé : end- dans end-éhe, “hier” (= l’autre nuit).

Chleuh

4On retrouve, au moins localement, la situation décrite par K. Prasse pour le touareg méridional puisque, à côté des nombreux ethnonymes, le préfixe id y est aussi attesté en combinaison avec des noms communs, notamment des emprunts à l’arabe ou des noms dont le pluriel n’est pas évident (Laoust 1936, p. 12) :
xali “oncle maternel” (emprunt arabe) > id-xali “oncles maternels”
bab “maître” > id-bab “maîtres”.

5Dans les ethnonymes marocains, on a donc affaire à la forme de pluriel de la séquence aw/w-X (fils de X) qui doit être segmentée en : Id-aw-X- pl. + fils de X.

6Ainsi, Id-aw-Semlal (les “Idaw-Semlal”) est la forme de pluriel de u-Semlal (“fils de Semlal” = homme originaire des Idaw-Semlal).

7C’est ce même complexe (d + aw) que l’on retrouve, avec une réalisation phonétique spécifique, en touareg (tamhâhaq), dans les noms de lignages : dag(g), par ex. Dag(g) Ghali, tribu imghad de l’Ahaggar (Cf. Dag(g), EB 2 ; Foucauld 1952,III : 1440).

Haut de page

Bibliographie

Laoust E., Cours de berbère marocain (dialectes du Sous, du Haut et de l’Anti-Atlas), Paris, 1936 (2e édition).

De Foucauld Ch., Dictionnaire touareg-français, Paris, 1952,I : 177 et 221 ;II : 692 ; III : 1440 sq.

Lanfry J., Ghadames, I & II, Alger, Le Fichier Périodique, 1973.

Prasse K.-G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), 1974, IV-V. Nom : 62-63 et 270-271.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Ida », Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen, Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 3619-3620

Référence électronique

S. Chaker, « Ida », in Encyclopédie berbère, 24 | Ida – Issamadanen [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1521

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page