Navigation – Plan du site
25 | Iseqqemâren – Juba - Salem Chaker (dir.)
J
J10

Jeux

E.B.
p. 3873-3874

Texte intégral

1Le mot jeu désigne une activité spécifique aux hommes. Il n’existe pas de société qui ignorerait toute activité ludique. De cette universalité résulte la multiplicité des figures, symboles et instruments nécessaires à cette activité.

2Le jeu est soit individuel, soit collectif. Il échappe aux règles de la vie sociale, mais il est évident qu’il demeure en étroite relation avec la société qui l’a accepté.

3On retiendra la classification des jeux proposée par R. Gallois dans le volume de la Pléiade consacré aux Jeux et Sports(1967). Il distingue quatre classes de jeux : ceux qui sont définis par la « compétition », ceux qui sont soumis au hasard, ceux qui subissent un simulacre et ceux qui recherchent un vertige. Nombreux sont les auteurs qui tentèrent de déterminer l’origine des jeux. Pour certains, inspirés par le darwinisme, le jeu s’explique comme une nécessité biologique en relation avec le développement de l’enfant (théorie « rudimentaire »).

4Les populations du Maghreb et du Sahara connaissent un grand nombre de jeux. À un fond berbère certainement très ancien auquel appartiennent des ensembles de signes de lettres gravées sur des monuments (comme le Medracen*) ou sur les dalles du forum de certaines villes qui se lisent selon plusieurs sens, s’ajoutent les lignées de cupules appartenant à des jeux de pions présents dans toutes les campagnes et souvent creusées à la surface de pierres de taille romaines, ces jeux de cupules ne sont pas toujours durables ; les joueurs se contentent souvent de les aménager dans le sable. Ces jeux à cupules sont, avec la kura(takurten berbère), les plus répandus dans tout le Maghreb et le Sahara. Jeux d’adresse d’une très grande antiquité, les osselets ont parfois été placés dans les tombes. Il arrive même que les astragales soient remplacées par de petits cailloux de dimensions régulières.

Jeu de la Koura (balle de chiffon frappée à l’aide d’un bâton) pratiqué par de jeunes bergers des Hautes plaines d’Algérie au Sud de Mascara. Photo M. Gast.

Jeu de la Koura (balle de chiffon frappée à l’aide d’un bâton) pratiqué par de jeunes bergers des Hautes plaines d’Algérie au Sud de Mascara. Photo M. Gast.

5Doivent être mis à part les jeux d’origine étrangère comme les cartes à jouer et les tarots connus dans les villes portuaires.

6Les jeux sont si nombreux et divers chez les Berbères qu’il est difficile de les nommer et décrire tous, d’autant que ce type d’activités n’a pas fait l’objet d’études systématiques ; le plus souvent, c’est au hasard des monographies ethnographiques et des collections de textes berbères que l’on peut trouver des informations relatives aux jeux pratiquées dans une région donnée.

7En l’absence de travaux de synthèse sur les jeux chez les Berbères, on se limitera à proposer ci-dessous quatre cas régionaux, très éloignés géographiquement et écologiquement les uns des autres : la Kabylie, d’après une description originale de Boulifa (1913 ; seul le texte kabyle était disponible) ; le Maroc central (Ayt Mgild) d’après Claverie ; l’oasis de Tabelbala (sud-ouest du Sahara algérien), d’après la remarquable monographie de D. Champault, et une région touarègue qui a fait l’objet d’investigations récentes sur le sujet (notamment par E. Bernus et D. Casajus).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeu de la Koura (balle de chiffon frappée à l’aide d’un bâton) pratiqué par de jeunes bergers des Hautes plaines d’Algérie au Sud de Mascara. Photo M. Gast.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1498/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., « Jeux », Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 3873-3874

Référence électronique

E.B., « Jeux », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1498

Haut de page

Auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page