Navigation – Plan du site
8 | Aurès – Azrou - Gabriel Camps (dir.)
A325

Austoriani / Austur

J. Desanges
p. 1169

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tribu(s)
Haut de page

Texte intégral

1Tribu ou confédération de tribus, qui apparaît dans l’histoire sous le règne de Valentinien et de Valens. Ammien Marcellin les signale en 364 (XXVI, 4, 5 ; cf. XXVII, 9, 1) en train de dévaster, « avec plus de violence qu’à l’ordinaire », la Tripolitaine, et notamment les territoires de Lepcis et d’Oea (Tripoli). Ces troubles ont duré plusieurs années (XXVIII, 6, 2 ; 4 ; 10, etc.). Philostorge (H.E., XI, 8) évoque de graves destructions opérées, tant en Libye et même dans une partie de l’Egypte à l’est, que dans l’Africa à l’ouest, par les Mazices et les Auxôriani à l’extrême fin du ive siècle. Il précise à cette occasion que les Auxôriani vivent entre la Libye et les Afri (ou habitants de l’Africa). C’est peut-être le nom des Austoriani qui se cache derrière celui des Saturiani, contre lesquels une constitution du 20 juillet 399, adressée au préfet du prétoire d’Italie et d’Afrique, ordonne une sévère répression (Cod. Theod., VII, 19, 1). Cependant cette assimilation a été mise en doute avec de forts arguments (cf. J. Burian, « Die einheimische Bevölkerung Nor-dafrikas », II, dans F. Altheim et R. Stiehl, Die Araber in der alten Welt, V/l, Berlin, 1968, p. 279-283 ; T. Kotula, « Der Aufstand des Afrikaners Gildo und seine Nachwirkungen », Das Altertum, XXXIII, 1972, p. 173). Entre 408 et 423, leur « fureur » fut réprimée par Flavius Ortygius, comte et duc de Tripolitaine, selon une inscription de Lepcis Magna (I.R.T., 480 ; J.M. Reynolds, « The Austuriani and Tripolitania in the Early fifth Century », The Society for Libyan Studies, VIII, 1976-77, p. 13). Par la suite, les Austoriani s’attaquèrent à la Cyrénaïque. En 411, ils sont signalés par Synésius qui redoute que, grâce à leurs chameaux, ils ne prolongent leurs razzias jusqu’en Egypte (Catast., II, p. 291, 1. 4-5, éd. Terzaghi). L’évêque les mentionne à plusieurs reprises comme une des calamités de la Cyrénaïque (Epist., XLI, p. 55, 1. 12-13, éd. Garzya, et p. 56, 1. 2 ; LXXVIII, p. 138, 1. 4-5 ; Catast., II, p. 287, 1. 13-14 ; p. 289, 1. 12-15). Enfin, peu avant 449, sous Théodose II, les Ausoriani (sic) reprirent leurs raids en Cyrénaïque (Priscos de Panion, 14, dans Fragm. histor. Graec, IV, p. 98).

2Désormais, on n’entend plus parler des Austoriani ; mais Corippus, au vie siècle, mentionne des Austur (Joh., II, 89 ; 91 ; 209 ; 345 ; IV, 816 ; VII, 283), au cours des campagnes de Jean Troglita. Ces chameliers (II, 93-96) sont probablement à assimiler aux Austoriani. S’il en est ainsi, comme il paraît que les Austur n’étaient pas éloignés des Syrtes (IV, 819), cette population serait restée implantée au milieu du vie siècle à peu près dans l’aire où elle était apparue deux siècles plus tôt.

Haut de page

Bibliographie

Catani E., « Nota Sinesiana : Epist. CXXII ; Katast. III, 302B », Quad. d. Arch. d. Libia, XIII, 1983, p. 108-109, n. 30.

Mattingly D.J., « The Laguantan : a Libyan tribal Confédération in the Late Roman Empire », Libyan Studies, XIV, 1983, p. 96-108 (assimile les Austoriani et les Laguatan : tentative audacieuse).

Roques D., Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 273-277 et passim.

id., « Synésios de Cyrène et les migrations berbères vers l’Orient (398-413) », C.R.A.I., 1983, p. 660-677 (séduisant, mais audacieux).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Austoriani / Austur », Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou, Aix-en-Provence, Edisud, 1990, p. 1169

Référence électronique

J. Desanges, « Austoriani / Austur », in Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou [En ligne], mis en ligne le 20 avril 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/149

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page