Navigation – Plan du site
25 | Iseqqemâren – Juba - Salem Chaker (dir.)
J
J05

Jatte

G. Camps
p. 3854-3856

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans les céramiques protohistoriques, particulièrement celles provenant des sépultures, il est une forme très caractéristique et fréquente qui a reçu le nom de jatte. Ce sont des bols plus ou moins profonds mais toujours carénés. On entend par là des poteries qui, au cours du façonnage, ont subi une modification du profil ; la potière, en ajoutant de nouveaux colombins à l’ébauche tronconique, agit de l’extérieur avec l’estèque de telle façon que le bord de l’ébauche s’incline vers l’intérieur suivant un angle déterminant une arête ou carène bien marquée sur le flanc du récipient. L’ébauche offre alors un aspect très caractéristique : elle semble constituée de deux parties indépendantes, deux troncs de cône opposés par leur base. À cette forme biconique, primaire, s’ajoute la forme cylindro-tronconique qui est obtenue de la même façon, mais l’estèque appuie moins sur le bord de l’ébauche tandis que la main gauche maintient plus fermement de l’intérieur la paroi ainsi redressée. La forme du vase est alors celle d’un tronc de cône surmonté d’un cylindre. Cette partie supérieure peut connaître une autre transformation au cours du façonnage et présenter une concavité bien marquée qui caractérise les poteries carénées à bord évasé.

2Dans le mobilier céramique des sépultures paléoberbères, la jatte tient une place importante. C’est la poterie la plus commune, elle représente 35 % du mobilier céramique de Bou Nouara, 27 % de celui de Roknia*, 8,5 % de celui de Gastel*. Seule la carène permet de distinguer ces jattes des bols. Dans la poterie modelée actuelle, bols et jattes sont confondus sous le même nom : mešreb ou gennuš. Cependant, certaines vaisselles s’écartent plus nettement des bols par leurs dimensions et leur faible profondeur (jatte type B).

3Les jattes de type A1 sont des bols carénés biconiques ou cylindro-tronconiques. Ces jattes profondes ont toujours une hauteur supérieure à la moitié du diamètre maximum. Les jattes A2 ont les mêmes proportions mais un profil plus évolué correspondant à la forme carénée secondaire.

4Les jattes de type B sont plus proches des assiettes ; elles sont plus grandes que les précédentes et certaines ont pu être des poteries domestiques ; leur diamètre est égal ou supérieur à 200 millimètres. Les jattes B1 de forme carénée primaire sont surtout des jattes cylindro-tronconiques. Les jattes B1 sont les plus nombreuses tandis que les jattes B2 à bord évasé sont les plus belles (Bou Nouara, Tiddis, Roknia).

5Le principal intérêt des jattes protohistoriques réside dans la décoration qui orne certaines d’entre elles. La forme même de la jatte invite fréquemment la potière à souligner d’une bande rouge la gorge comprise entre la carène et l’orifice. Ce décor sommaire apparaît sur presque toutes les jattes.

6La céramique modelée contemporaine est restée fidèle à cette vaisselle qui a conservé les techniques de façonnage des jattes antiques mais possède de nos jours un décor beaucoup plus riche.

Haut de page

Bibliographie

Balfet H., Les poteries modelées d’Algérie dans les collections du Musée du Bardo, Alger, 1957.

Camps G., Aux origines de la Berbérie, Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, 1961.

Camps G., Corpus des poteries modelées retirées des monuments funéraires protohistoriques de l’Afrique du Nord, Paris, 1964.

Fayolle V. La poterie modelée du Maghreb oriental, Paris, 1992.

Gennep A. Van, « Études d’ethnographie algérienne, III, Les poteries kabyles », Rev. d’Ethnographie et de Sociologie, II, 1911 p. 287-331.

Gennep A. Van, « Recherches sur les poteries peintes d’Afrique du Nord », African Studies, II.

Gobert E.-G., « Les poteries du paysan tunisien », Revue tunisienne, 1940, p. 119-193.

Gruner D., Die Berber Keramik, Wiesbaden, 1973.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jattes
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1482/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Jatte », Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 3854-3856

Référence électronique

G. Camps, « Jatte », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1482

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page