Navigation – Plan du site
25 | Iseqqemâren – Juba - Salem Chaker (dir.)
J
J04

Jasmin

(yasmîn)
M. Gast
p. 3852-3854

Entrées d’index

Mots clés :

Botanique, Parfum
Haut de page

Texte intégral

1Nom emprunté à l’arabe (yasmîn), lequel est emprunté au persan (yâsamîn, yâsaman). Genre des Oléacées.

2Les jasmins, qui comptent une centaine d’espèces environ, sont des arbrisseaux rameux, dressés ou grimpants, à grandes fleurs de couleur blanche, jaune ou rouge, souvent odorantes, solitaires ou groupées en cymes.

3Le jasmin commun ou blanc (J. grandiflorum et officinal), à fleurs blanches odorantes, est originaire d’Asie. Le jasmin jaune ou d’Italie, à fleur inodore, est indigène en Europe méridionale. Un autre jasmin à fleurs d’un jaune vif et très odorantes, appelé aussi « jasmin jonquille », originaire de Madère, est utilisé en parfumerie avec le jasmin commun, ainsi que le jasmin d’Espagne à grandes fleurs blanches lavées de rose ou de pourpre.

4Deux espèces principales de jasmin sont appréciées en Afrique du Nord : le jasmin commun ou blanc et le jasmin sambac ou jasmin d’Arabie (Nyctanthes sambac) appelé fel en Tunisie. Les enfants et les femmes récoltent les fleurs au mois d’août pour les besoins de la parfumerie ; il faut 8 000 à 8 500 fleurs pour atteindre un kilo et 600 kg de fleurs pour obtenir un kilo d’essence absolue. La parfumerie artisanale de Tunis a dû céder la place aux grandes industries de Grasse au début du xxe siècle qui exploitent en particulier le jasmin Grandiflorum.

5L’engouement des Maghrébins pour le parfum de jasmin est ancien. Le docteur Gobert évoque « une mode orientée par la vie citadine, l’habitude de respirer hors d’un air totalement lavé, dans une atmosphère très chargée des émanations des corps vivants et des déchets de la vie. Cette considération seule nous autorise à mieux comprendre la faveur exceptionnelle dont jouissent, dans et hors de Tunis, les fleurs de jasmin, celles du henné dont les odeurs, de caractère équivoque, se situent à mi-chemin des odeurs animales et des effluves proprement floraux » (Gobert 1961, p. 306). Car l’on trouve dans l’essence distillée de jasmin de l’anthranilate de méthyle et une quantité importante d’indol « doué d’une odeur fécaloïde assez prononcée et très puissante » (idem).

6Si aujourd’hui le commerce livre des petites fioles de parfum d’essence de jasmin, naturelle ou synthétique, très appréciée sur les marchés du Maghreb et du Sahara, le luxe le plus raffiné concerne l’usage de bouquets artificiels de boutons de jasmin fraîchement cueillis que seuls les Tunisiens savent confectionner avec un art consommé durant la période de la floraison. Chaque bouton floral est débarrassé de son calice et piqué sur une tige d’alfa divisée en deux ou quatre, de façon à obtenir un brin très fin. Toutes ces tiges ainsi armées sont groupées en corymbe et nouées d’un fil. Les tiges d’alfa peuvent être remplacées par des aiguilles de pin d’Alep garnies en leur extrémité de boutons de fleurs et liées en bouquet. Les fleuristes ambulants présentent leurs bouquets sur de grandes sparteries, quelquefois emballés par des feuilles de figuier. À Tunis, Sidi Bou Saïd, Hammamet et Nabeul, les hommes dégustant le thé ou le café sur les terrasses l’été, tiennent souvent un bouquet de jasmin qu’ils hument avec volupté tout en causant. Certains le placent entre leur tempes et l’oreille pour jouir en permanence de ces puissantes effluves.

7Les parfums de jasmin sont liés à la Tunisie, à ses plages et jardins, à la douceur de vivre l’été au soleil dans une ambiance euphorisante. Les bouquets de boutons de jasmin ainsi apprêtés s’exportent durant l’été de juillet à septembre, souvent par avion, à Paris, Marseille et Aix-en-Provence et représentent une petite activité saisonnière non négligeable qui occupe des centaines de personnes (surtout femmes et enfants), depuis la cueillette jusqu’à la vente ambulante.

8L’amateur de bouquets de jasmin ne fait guère la différence entre le bouton de jasmin commun et celui du jasmin d’Arabie ou jasmin sambac appelé fel en arabe, au bouton arrondi comme celui de la fleur d’oranger. Son parfum est voisin de celui du jasmin commun, plus fort, plus orangé, davantage chargé en anthralinate de méthyle (découvert en 1898 dans l’essence de néroli, extraite de la fleur d’oranger). Ce jasmin sambac, très sensible au vent, pousse sur la côte à l’abri du cap Bon entre Hammamet et Tunis. Son exploitation demeure régionale, son éventuelle extension n’a fait l’objet d’aucune attention particulière de la part des fleuristes.

Haut de page

Bibliographie

Gobert E.-G., « Tunis et les parfums », Revue africaine, t. 100, 1961, p. 295-322, t. 101, 1962, p. 75-118.

Piesse S., Histoire des parfums, Paris, J.-B. Baillères et fils, 1905.

Vial, Les plantes à parfum en Tunisie, Tunis, 1931.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jasmin
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1480/img-1.png
Fichier image/png, 322k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast, « Jasmin », Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 3852-3854

Référence électronique

M. Gast, « Jasmin », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1480

Haut de page

Auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page