Navigation – Plan du site
25 | Iseqqemâren – Juba - Salem Chaker (dir.)
J
J01a

Jabbaren

G. Camps
p. 3841-3842

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Nom de l’un des plus importants ensembles d’art rupestre du Tassili n’Ajjer situé à l’est/sud-est de Djanet. Plus qu’à une station signalée par le Colonel Brenans, c’est à un petit massif de grés que s’applique ce toponyme. Mis en relief par l’érosion, le massif fut disséqué par des couloirs qui déterminent des quartiers que H. Lhote et ses collaborateurs explorèrent méthodiquement pendant de longs mois au cours de plusieurs missions et qu’ils baptisèrent en leur donnant le nom des scènes les plus intéressantes ou des éléments de la faune représentée. Lors de ses premières missions dans le Tassili, H. Lhote sut s’entourer de jeunes collaborateurs qui exécutèrent avec enthousiasme des centaines de relevés. H. Lhote estime à cinq mille le nombre des figures qui ornent les parois des nombreux abris de Jabbaren. C’est en rassemblant les matériaux de ce site privilégié qu’il proposa une première chronologie de l’art rupestre du Tassili.

2C’est à Jabbaren qu’il détermina le style le plus ancien caractérisé par des personnages dont la grosse tête, dépourvue de cou, repose directement sur les épaules. Les traits du visage ne sont pas figurés, Dans la phase archaïque, ces têtes ne portent que des motifs géométriques. Les grosses têtes sphériques rappellent curieusement l’équipement des scaphandriers ; par la suite prévalut l’appellation de « Martien ». Finalement un qualificatif plus sage fut adopté. Ce style ancien caractérisé par l’absence de cou et la disposition de la tête sur les épaules fut celui des « Têtes rondes ». Certains personnages du site de Jabbaren appartenant à la phase la plus ancienne, ont des dimensions considérables, plusieurs atteignent une hauteur de cinq mètres. On comprend que les Touaregs aient appelé le lieu : Jabbaren, c’est-à-dire les Géants.

3La phase archaïque des Têtes rondes comprend plusieurs styles que H. Lhote classait ainsi :
A. Style des petits personnages cornus, à tête ronde
B. Style des diablotins
C. Style des Hommes à tête ronde (« Martiens », phase moyenne)
D. Style des Hommes à Tête ronde évolué
E. Style des Hommes à tête ronde décadent
F. Style des Hommes à tête ronde à influence égyptienne.

4Après avoir insisté sur les apports égyptiens dans l’art tassilien, H. Lhote oublia peu à peu cette subdivision, illustrée par la célèbre « Scène d’offrandes » de Jabbaren dans laquelle des personnages féminins à tête d’oiseau ont le front orné d’un ureus, motif totalement inconnu en dehors du territoire égyptien. La proue et la poupe de très rares embarcations symétriques font plus référence à des navigations lacustres qu’à une flotte nilotique. Rangée dans la même catégorie des « Têtes rondes subissant une influence égyptienne », la célèbre « Antinea de Jabbaren » ne peut être retenue : le relevé par les dessinateurs recrutés par H. Lhote étant bien trop interprété ; il ne subsiste de cette figure qu’un ectoplasme informe. Quant aux « déesses égyptiennes » à tête d’oiseau, elles eurent un succès considérable au point d’être sélectionnées par André Malraux pour figurer dans la préface de la brillante collection de « l’Univers des Formes » (Sumer, p. 18). Mais l’intérêt qu’on leur portait ne résista pas à l’aveu de leurs facétieux inventeurs. Les déesses à tête d’oiseau disparurent de l’Olympe du Tassili.

5Dans le tableau des différents styles postérieurs aux Têtes rondes qu’il avait reconnus dans l’ensemble du Tassili n’Ajjer, H. Lhote citait ;
G. Style des chasseurs à peintures corporelles. Bovidien ancien
H. Style bovidien classique. Personnage de type hamitique
I. Style des « Juges », période post-bovidienne
J. Style des Hommes blancs, longilignes, post-bovidiens
K. Style de la période des chars au galop volant
L. Style des Hommes bi-triangulaires et du cheval monté.

6Cette deuxième partie du tableau concernait les styles postérieurs aux « Têtes rondes ». Ces phases de l’art tassilien révèlent un développement de la vie pastorale : en premier lieu l’élevage des bovins devient l’activité principale des « Bovi-diens »*. Ces pasteurs ne forment pas une ethnie, ils ne constituent pas un peuple, l’Abbé Breuil avait distingué, chez eux des Bovidiens « à tête discoïde » qui sont les « Hommes à Tête ronde » évolués, des « Bovidiens élégants » qui présentent des caractères méditerranéens indiscutables et sont différents des autres pasteurs qu’il nomme « Bovidiens de style lourd » et qui sont, eux, des négroïdes. Certains parmi eux offrent une parenté certaine avec les Peuls d’aujourd’hui. Le style des « Juges » classé d’abord parmi les post-bovidiens fut par la suite rattaché aux « Têtes rondes ».

7L’introduction des chevaux détermina une nouvelle phase de l’art de Jabbaren. H. Lhote reconnaissait deux styles parmi ces « Équidiens ». Les plus anciens sont des conducteurs de char « au galop volant », ils portent une longue tunique tandis que leurs successeurs revêtent une tunique courte serrée à la taille (style bi-triangulaire). Le cheval est désormais un animal monté ; qu’il serve à la guerre ou à la chasse (principalement au mouflon), l’Équidien combat avec le javelot* et ignore totalement l’arc qui était l’arme préférentielle de ses prédécesseurs.

8Des différents styles reconnus à Jabbaren, ce sont les fresques de style bovidien qui présentent à la fois les plus belles scènes de la vie quotidienne et un apport documentaire de grand intérêt sur la faune domestique.

Haut de page

Bibliographie

Lhote, À la découverte des fresques du Tassili, Paris, Arthaud, 1955.

Lhote H., « Données récentes sur les gravures et les peintures rupestres du Sahara », Simposio internacional de Arte rupestre, Barcelone, 1966, p. 273-290.

Lhote H., Vers d’autres Tassili, Paris, Arthaud, 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Jabbaren », Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 3841-3842

Référence électronique

G. Camps, « Jabbaren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1462

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page