Navigation – Plan du site
25 | Iseqqemâren – Juba - Salem Chaker (dir.)
I
I74

Iunci

(Macomades)
P. Trousset
p. 3806-3812

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tunisie, Ville
Haut de page

Texte intégral

1Les ruines de cette cité antique sont situées à 45 km au sud-ouest de Sfax et à 10 km de Maharès, sur la section nord de la côte du golfe de Gabès. Elles se présentent, en plusieurs ensembles peu distincts, autour des restes imposants d’une forteresse supposée d’origine byzantine et reconstruite par les Aghlabides.

2Une localité littorale, dont l’appellation dans l’antiquité tardive (Ioukè = Inuci)s’est conservée dans le nom actuel du borj Younga (ou Onga selon les cartes plus récentes), est mentionnée par Procope et par Corippe* comme l’une des positions-clés de Byzacène. Selon le témoignage du premier (Guerre contre les Vandales, I, 15, 8, trad. D. Roques, 1990, p. 80), c’était l’un des rares ports offerts par une côte africaine jugée peu hospitalière lors de la reconquête byzantine ; pour le second (Johannide VII, 135), c’était la première forteresse – sans doute une enceinte encore sommaire – sur la route stratégique longeant la Petite Syrte où l’on pouvait trouver refuge en venant de la région de Gabès, comme ce fut le cas pour l’armée de Jean Troglita en 547 après avoir fait retraite depuis Martae (Mareth). Au printemps 548, les tribus berbères révoltées que commandent Carcassan et Antalas* viennent camper devant la ville, mais à l’arrivée de l’armée byzantine, elles gagnent les massifs montagneux de la Byzacène. Le rôle que joue alors Iunci s’explique par l’enceinte qui l’entourait, due sans doute à Solomon, et par sa position de carrefour entre la route du littoral et celle qui conduisait vers l’intérieur, en direction de Sufetula et de la Dorsale tunisienne.

3Quant au nom du site de Iunci,il est sans aucun doute à mettre en relation avec le mot latin qui sert à désigner le jonc, d’autant que le nom local de Bled es-Smara (le pays des joncs) s’applique encore de nos jours aux marais littoraux voisins, à l’ouest du borj Younga, traversés eux-mêmes par un oued es-Smara. Il serait tout à fait naturel que ce toponyme ait été inspiré par la présence d’une immense jonchaie, quand on sait l’utilisation dont cette fibre a fait l’objet, à toute époque, par les pêcheurs de la région, pour leurs pièges, leurs habitations légères, et même, aux dires de Pline (H.N., XVI, 37), pour les voiles de leurs bateaux. De même, dans le voisinage proche au sud-ouest de la ville antique de Iunci,le toponyme arabe actuel de Zabouza (olivier sauvage) perpétue-t-il celui d’une station Ad Oleastrum des itinéraires antiques (Tab. Peut.,VI, 4). Ceci est de nature à indiquer que, dans un environnement devenu depuis lors quelque peu répulsif en raison de l’extension des marais littoraux, l’oléiculture avait pu constituer – avec la pêche et le commerce maritime – un des fondements de la prospérité de cette région des emporia*que les anciens assimilaient à la Petite Syrte.

La forteresse de Younga. Tour d’angle. Photo D. Pringle.

La forteresse de Younga. Tour d’angle. Photo D. Pringle.

Usine de salaison. Photo P. Trousset.

Usine de salaison. Photo P. Trousset.

4Il est désormais acquis, comme l’avait déjà pressenti S. Gsell et comme L. Poinssot (1944) l’a démontré par la suite de manière convaincante, que le nom de Iunci s’est substitué à basse époque à celui plus ancien de Macomades. Les deux noms désignaient bien la même localité située à une dizaine de km au sud-ouest de Maharès et non deux localités différentes, ce qu’avaient conclu jusqu’alors nombre d’auteurs, de Mommsen, Partsch, Tissot à Ch. Diehl (1986, p. 268-269). L’argument décisif de cette démonstration a été la découverte, à deux milles romains du site de Borj Younga, au lieu-dit Oglat el-Khefifia, d’un milliaire daté de Philippe l’Arabe : la mention A Mac (omadibus) m (illia) p (assuum) II permettait d’identifier d’une façon incontestable la Macomades Minores des sources anciennes avec la ville antique, dont les ruines entourent le borj Younga actuel et le tombeau de Sidi Ahmed ben Afsa.

5Une Macomades est, en effet, mentionnée par Pline l’Ancien (H.N., V, 25) dans une liste des oppida libera de la Petite Syrte, par Ptolémée (Macomada) entre Thaenae et Tacape ; elle l’est aussi (entre Thenis colonia et Cellas vicus) par l’Itinéraire d’Antonin (59, 4) avec la mention municipium, ce qui nous renseigne sur le statut de cette cité au début du iiie siècle ; elle l’est enfin par la Table de Peu-tinger (segm. VI, 4) sur la même voie du littoral, entre Thaenae et Ad Oleastrum. Par ailleurs, le nom d’origine punique signifiant en phénicien « Ville Nouvelle », on peut admettre que la Néapolis mentionnée par le Stadiasme de la Grande Mer à 400 stades (74 km) de Tacape (107, G.G.M., I, p. 467) ne faisait qu’une avec la ville en question (Desanges, Commentaire H.N., V, 1980, p. 236). À noter aussi que Macomades est appelée Minores par la Table de Peutinger suivie par le Ravennate (V, 5), ce qui l’oppose à une autre Macomades (Maiores) située dans la Grande Syrte (segm. VIII, 1). Il existait en outre une troisième Macomades en Numidie (sur la voie de Cirta à Theveste) et il semble que c’est à cette dernière qu’il faille rattacher les évêques mentionnés dans les listes ecclésiastiques de 411 et de 484, sous le nom de Macomadienses (Mandouze, Prosop., p. 1270).

6En revanche, sous son nom nouveau, la ville est bien le siège d’un évêché Iuncensis de la province de Byzacène dont le titulaire donastique est Valentinianus à la Conférence de Cartilage de 411 et Tertullius, catholique, en 484 ; au synode byzacénien de 523 réuni à Iunci participe un (Q)uodvoltdeus qui dispute la préséance à Fulgence de Ruspe, lequel avait été moine auparavant, au monastère d’une île voisine « Iuncensi litori proximum », dans l’archipel actuel des Kneiss*. Selon A. Mandouze (p. 955), il n’est pas exclu qu’on puisse identifier Q. avec l’évêque Quodbultdeus, mort à 68 ans, dont on a précisément retrouvé l’épitaphe en mosaïque à Iunci et qui fut peut-être le fondateur ou le restaurateur de l’église où celle-ci a été découverte (Poinssot, 1944, p. 169). Au milieu du ive siècle, le siège épiscopal est occupé par Verecundus, poète et théologien qui fut chargé de représenter le clergé de Byzacène au concile de Constantinople.

7Le site archéologique s’étend en bordure de mer sur près de 3 km, de part et d’autre de la forteresse de Younga. Du nord au sud, on peut voir d’abord de grandes citernes bien conservées, formées de deux galeries voûtées de 8 x 35 m, puis à 1 km environ au nord du borj, les ruines très apparentes d’une tour de guet de forme ronde de 30 m de circonférence, qui devait servir de relais optique (naùr) entre la forteresse et la région de Maharès. À peu de distance du borj se remarquent les vestiges d’une usine de salaisons dont les cuves ont été déchaussées par le recul d’un chenal de marée qui s’est constitué depuis l’Antiquité sur une longueur d’une centaine de mètres et 3-4 m de largeur dans l’axe d’un vallon (Trousset, 1992, p. 326). Sur la rive sud du vallon subsistent une adduction et quelques traces d’un mur d’enceinte : peut-être s’agit-il du rempart urbain dont il est question dans les documents tardifs. Plus au sud, le long de la piste côtière se voient d’autres traces de cuves et, sur l’estran, des alignements de blocs qui pourraient être les témoins d’un aménagement portuaire antique. À 500 m au sud du borj, une sorte de dépression entourée d’un hémicycle en relief où se devinent des fondations de murs semble indiquer l’emplacement d’un théâtre face à la mer.

8Les seules fouilles archéologiques qui aient été effectuées à ce jour concernent trois édifices chrétiens situés dans la zone centrale du site, non loin de la forteresse. Une première église, à 300 m au nord-est de cette dernière, a été dégagée par G.-L. Feuille de 1935 à 1939. C’est un monument orienté est-nord-est/ouest-sud-ouest, construit sur un plan rectangulaire de 55 x 32 m. À chaque extrémité du vaisseau central à cinq nefs se trouvait une abside précédée d’un chœur surélevé. Celle de l’ouest était précédée d’un narthex orné de mosaïques et comportait une crypte sous le chœur où a été découverte une pyxide en ivoire ; c’est à l’est, dans une abside saillante vers l’extérieur et formant le presbyterium, qu’a été retrouvée la tombe le l’évêque Quodbultdeus.

La forteresse de Younga. Photo D. Pringle.

La forteresse de Younga. Photo D. Pringle.

9Un second édifice très dégradé, à 30 m au sud-est du précédent, avait été interprété par Feuille (1948) comme pouvant être un baptistère. Sa disposition intérieure était celle d’une église avec un corps central divisé en trois nefs et une abside dans laquelle se trouvaient de nombreux débris d’un décor de plaques de marbre. Un massif de maçonnerie de forme rectangulaire était interprété comme l’emplacement de la cuve baptismale. Cet édifice qui était d’abord une église aurait été relié par la suite à l’église voisine pour laquelle il aurait fait office de baptistère.

10Un autre ensemble monumental a été fouillé incomplètement de 1947 à 1951 par P. Garrigue, à 300 m du rivage et à 450 m au sud-ouest du fort. Il a fait l’objet d’une nouvelle interprétation par N. Duval (1973) comme un exemple de choix d’église byzantine à contre-abside. C’est une grande église (78 m de long au total, 35 de large à la hauteur du presbyterium), orientée nord-ouest/sud-est. Elle se présente avec un plan cruciforme, sous la forme d’une salle basilicale à trois nefs avec coupole centrale et nef transversale se terminant par deux absides. Une chapelle latérale avec autel flanquait à l’ouest le vaisseau principal ; devant la façade se trouvait un autre édifice à plusieurs nefs dont les rapports avec la grande église (un martyrium plutôt qu’un baptistère ?) restent à définir car dans cette direction, la fouille est restée incomplète. En revanche, les conclusions de N. Duval sont très nettes en ce qui concerne la contre-abside orientale de la grande église : reliée au chœur occidental par un couloir axial, elle a été ajoutée après-coup ; il n’y a pas eu d’inversion d’orientation, l’autel et la chaire épiscopale restant au nord-ouest. Cette contre-abside, dotée d’un synthrotos à deux rangées de banquettes, n’est pas non plus, comme le pensait Garrigue, un « ambon syrien » témoignant d’une influence orientale sur les églises africaines, mais un lieu où, néanmoins, le clergé pouvait se tenir en certaines circonstances, pendant les cérémonies liturgiques. Les éléments de datation fournis par l’architecture à plan centré, par le style et la symbolique des mosaïques et des chapiteaux se rapportent bien au VIe siècle (ou plus généralement à l’époque byzantine) pour l’ensemble de cette basilique III.

11Quant au borj lui-même, c’est un édifice trapézoïdal de 40 x 47,5 m, percé d’une porte aménagée dans un saillant barlong et flanqué de huit tours, les unes rondes ou octogonales, les autres barlongues ou à pans coupés sur les côtés. Le traitement du mur, en particulier les arcades intérieures soutenant le chemin de ronde et les accès aux tours d’angle, témoignent de plusieurs campagnes de construction ou de réfection. L’essentiel serait de l’époque aghlabide, ce fort étant le siège d’un ribâ ; mais, selon N. Djelloul (1999, p. 60), ses structures attestent qu’il fut en grande partie reconstruit à l’époque ziride (xie-xiie siècles). Cependant, l’hypothèse de G. Marçais en faveur d’un ribâconstruit sur des substructions byzantines apparentes – notamment les assises polygonales d’une tour ronde au sud-avait été confortée par les remarques de Ch. Saumagne (1934-35, p. 760-763) et de L. Poinssot (1944, p. 151-164). Elle a été rejetée depuis par D. Pringle (1981, p. 203) qui nie que rien dans la construction ne permet d’avancer une date antérieure au ixe siècle. Certes, le plan de l’édifice n’est pas sans rappeler celui du ribâde Sousse, la tour ronde sur base polygonale n’étant que la réplique d’un dispositif semblable sur base carrée importé d’Orient. Encore toutes les observations de Pringle ne sont-elles pas également convaincantes : la fondation aghlabide ne repose pas directement sur l’extrados de citernes romaines, mais par l’intermédiaire de deux assises de blocs de grand appareil qui pourraient être les témoins d’un état de la fortification antérieur au ribâ.

12De même, les tours polygonales attribuées aux Zirides par Djelloul par référence aux remparts de Sfax n’étaient pas inconnues des architectes byzantins, puisque le Traité de la Tactique en préconise l’emploi (Diehl 1896, p. 152). En Afrique, on le retrouve avec les mêmes dimensions (5 m de diam.) à Tigisis, de même que les tours rondes à Gastal. Enfin, pour autant qu’il s’applique bien au borj de Younga, le nom de Qasr er-Rùm : « le château du Chrétien », qui est cité sur cette côte « où la mer est toujours tranquille » par al-Bâkri (éd. De Slane, p. 72) et par Idrisî (éd. Bresc, 1999, p. 205), est un argument difficile à évacuer comme le fait Pringle (p. 303) qui estime que ce nom « indiquait ceux contre qui et non par qui ce fort avait été bâti ». En revanche, une inscription trouvée à Sidi Gherib non loin de Younga fait allusion à des murailles construites par l’empereur Justin et l’impératrice Sophie (574-578) (Durliat, 1981, p. 63). Il n’est pas exclu qu’il puisse s’agir de la citadelle de Iunci, dont on sait par ailleurs qu’elle portait le surnom de Sofiana (Poinssot, 1944, p. 163). Aussi, en attendant des recherches plus approfondies sur le site, convient-il de laisser ouverte la question des origines de ce monument.

Haut de page

Bibliographie

Diehl Ch., L’Afrique byzantine : Histoire de la domination byzantine en Afrique (533-709), Paris, 1896.

Djelloul N., Les installations militaires et la défense des côtes tunisiennes du xvie au xixe siècle, Paris-Sorbonne, 1988.

Djelloul N., Les Fortifications en Tunisie, Agence du Patrimoine, 1999.

Durliat J., Les dédicaces d’ouvrages de défense dans l’Afrique byzantine, École française de Rome, 1981.

Duval N., Les églises africaines à deux absides, II, Inventaire des monuments, interprétation, Paris, De Boccard, 1973, p. 241-252.

Feuille G.-L., « Le baptistère de Iunca (Macomades Minores) », Cah. Archéol., III, 1948, p. 75-81.

Feuille G.-L., « L’église de Iunca », Rev. Tun., 1940, p. 22-45.

Garrigue P., « Une basilique byzantine à Junca en Bysacène », Mél. École fra. Rome, 65, 1953, p. 173-196.

Marçais G, L’architecture musulmane d’Occident, Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne, Sicile, Paris, 1954.

Modéran Y, « Corippe et l’occupation byzantine de l’Afrique : pour une nouvelle lecture de la Johannide », Ant. Afr., 22, 1986, p. 195-212.

Poinssot L., « Macomades-Iunci », Mémoires Soc. Nationale Antiquaires de France, 81., p. 133-169.

Pringle D., The defence of Byzantine Arica from Justinian to the Arab Conquest, B.A.R., Internat. Ser., 99, 2, 1981.

Saumagne Ch., « Antiquités de la région de Sfax », Bull. Archéol. du Comité des Travaux Historiques, 1934-1935, p. 751-763.

Trousset P., « La vie littorale et les ports dans la Petite Syrte à l’époque romaine », Actes du Ve coll. internat. sur l’Archéologie et l’Histoire de l’Afrique du Nord (Avignon, 1990), Paris, CTHS, 1992, p. 316-332.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La forteresse de Younga. Tour d’angle. Photo D. Pringle.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1455/img-1.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Usine de salaison. Photo P. Trousset.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1455/img-2.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre La forteresse de Younga. Photo D. Pringle.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1455/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Trousset, « Iunci », Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 3806-3812

Référence électronique

P. Trousset, « Iunci », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1455

Haut de page

Auteur

P. Trousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page