Navigation – Plan du site
25 | Iseqqemâren – Juba - Salem Chaker (dir.)
I
I73

Iunam

G. Camps
p. 3806

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Religion
Haut de page

Texte intégral

1Un des sept dieux du panthéon de Vaga (Béja) représentés dans un bas-relief qui surmonte la dédicace. Les sept dieux sont vus de face, séparés d’un jardin par une tenture suspendue à des palmiers. Macurtam et Iunam, à chaque extrémité de la scène, sont des dieux cavaliers. Ils portent le manteau court des cavaliers retenu à l’épaule droite par une fibule. Comme Macurtam, Iunam est placé derrière son cheval qui est de très petite taille. A. Merlin assimilait ces deux divinités équestres aux Dioscures. A. Dunand, s’élevant contre cette interprétation qu’il jugeait trop savante, proposait de lire simplement : Lunam. Contre cette opinion, on peut objecter que la forme accusative n’a pas de raison d’apparaître dans cette dédicace. De plus il s’agit bien d’un dieu et non d’une déesse ; or chez les Grecs et les Latins, la Lune, contrairement aux croyances des Libyens (et des Berbères), est du sexe féminin. Iunam doit donc être considéré comme une divinité africaine, équestre, de sexe masculin. Il fut peut être assimilé, avec son parèdre Macurtam, aux Dioscures dont on sait qu’ils étaient honorés à Musti sous l’appellation de Castores Mauri (Année épigraphique, 1968, n° 590).

2Voir notice D48. « Dieux africains et Dii Mauri » (EbXV, notamment p. 2325).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Iunam », Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 3806

Référence électronique

G. Camps, « Iunam », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1454

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page