Navigation – Plan du site
25 | Iseqqemâren – Juba - Salem Chaker (dir.)
I
I71b

Iseqqemâren

L'organisation sociale
H. Claudot-Hawad
p. 3799-3802

Entrées d’index

Mots clés :

Ahaggar, Algérie, Touareg
Haut de page

Texte intégral

1Les Iseqqemâren, au début du xxe siècle, payaient à l’amenukal de l’Ahaggar une redevance annuelle ; cependant ils refusent d’être assimilés aux tributaires (imγad) et se considèrent d’un statut supérieur.

2Les Iseqqemâren forment une tawsit. Ce terme possède plusieurs significations : il désigne l’articulation de la main ou du pied, la natte, le piège circulaire et le clan (dans son Dictionnaire touareg-français [III : 1533], Foucauld donne à ce terme le sens de « paume de la main » ou « plante du pied », « natte d’afeu » et aussi « tribu, peuple, race », par extension « espèce, catégorie »), acceptions qui ont en commun l’idée d’articuler ou de relier des éléments, que ce soit dans le registre du corps, de la vannerie ou de la parenté.

3Les membres d’une tawsit s’identifient comme les descendants d’un ancêtre éponyme féminin, c’est-à-dire comme un groupe d’utérins dont la généalogie précise a été bien souvent oubliée. Ils constituent autrement dit un matriclan (sans fonction exogamique).

4La tawsit se subdivise, selon son importance, en plusieurs segments qui, de la même façon, ramènent leur origine à une ascendance féminine. On les appelle taqabilt (mot d’origine arabe) ou aγref, quelquefois également tawsit, en les opposant dans ce cas à tawsit ta maqqaret « la grande tawsit ».

5La tawsit des Iseqqemâren compte onze taqabilt (pl. tiqabilén, teqebâl), dont deux (les Kel-Uhet et les Kel-Térûrit) ont été cédées aux ǧehé-Mellet, et deux autres (les Kel-in-Tûnîn et les Ikuṭṭisen) aux Taytoq, lors du partage de la confédération politique (eṭṭebel) des Kel-Ahaggar dans la deuxième moitié du xviiie siècle, par l’amenûkal Sîdi ag Mohammed-Elxir.

6Ce partage politique correspond à la division « parentale » des Iseqqemâren qui, selon la tradition orale, se répartissent en trois branches issues de trois sœurs : d’une part les Kel-Uhet, d’autre part les Kel-Térûrit, Ikuṭṭisen et Kel-in-Tûnîn, enfin les sept taqabilt restant dans l’eṭṭebel Kel-Ahaggar.

7Ce dernier groupe se ramifie encore en deux lignées descendant des sœurs Sukka et Adenek (ou Ult Adenek : fille d’Adenek).

8On raconte que Sukka a engendré les Kel-Téfedest, Kel-Inγer et Kel-Ameǧid ; les Kel-Inγer citent le nom d’un chef qui aurait été commun aux trois groupes : Xaj-γabda ag Xaǰenna. D’autres informations vont dans ce sens : d’abord le paiement collectif d’une partie de la redevance annuelle (tiwsé), ensuite le fait qu’ils aient été liés ensemble par un contrat de protection (temalayt) à un lignage de suzerains, les Ikerremoyen, enfin la présence du sentiment de tamañheq (sorte de jalousie, pudeur, honte) entre eux, alors qu’elle n’est pas de rigueur envers les autres taqabilt d’Iseqqemâren ou les groupes étrangers.

9La deuxième femme, Adenek (ou Ult Adenek : fille d’Adenek ?) est dite mère des Kel-Taulet, Iheyawen-Hâda, Kel-Immîdir, Iselâmâten. Les trois premiers segments versaient une partie de l’impôt annuel (tiwsé) en commun ; les indications concernant les Iselâmâten font défaut ; on sait qu’ils représentaient au début du siècle une petite fraction assez pauvre, pratiquement agrégée aux Kel-Immîdir avec lesquels ils nomadisaient (Benhazera 1908, p. 157). Par ailleurs, il existe de la tamañheq entre ces groupes.

10La confirmation de ces données se trouve dans le Dictionnaire des noms propres du Père de Foucauld (p. 30), qui signale l’existence d’appellations génériques pour désigner ces groupes : Kel-γaris était encore il y a cinquante ans le surnom des Kel-Ameǧid, Kel-Téfedest et Kel-Inγer, tandis que Kel-Adenek servait à dénommer les Kel-Taûlet, Kel-Immîdir et Iheyawen-Hâda.

11On voit que la tawsit, qui délimite la frontière de l’unité parentale la plus large, est segmentée à différents niveaux. Chaque fois, un cercle plus concis de parents utérins se définit par rapport à un ancêtre féminin (ma : « mère ») se rapprochant de la génération d’Ego. Le vocabulaire cependant n’enregistre pas de façon précise ces nuances ; l’emploi même de tawsit et taqabilt reste indécis, ce qui laisse supposer la constante évolution de ces découpages et les fractionnements perpétuels des sections.

12Bien que se reconnaissant comme tawsit, les Iseqqemâren n’ont plus de chef (amγar-n-tawsit) pour représenter l’ensemble.

13Un indice de leur ancienne cohésion réside dans la coutume de payer à tour de rôle, comme partie du tribut annuel (tiwsé), un éseber, paravent de paille, tressé et décoré collectivement par les femmes de chaque sous-groupe, et pour la fabrication duquel tout homme marié est tenu de fournir une part de paille et de cuir.

14Toutes les taqabilt par contre ont chacune à leur tête un amγar dont les successeurs se choisissent, en règle générale, dans la ligne utérine, eddûnet wi n tésa : « gens (ou parents) du ventre, côté maternel ».

15Les concepts de tésa (« le ventre », matrilignée) et tadâbit (descendance matrilinéaire d’un homme) sont systématiquement associés aux notions de tiwsé et de temalayt, qui déterminent des rapports de dépendance entre deux unités d’utérins, l’une suzeraine, l’autre tributaire. Que ce soit entre l’amenûkal et une tawsit d’imγad (contrat de protection : tiwsé), ou bien entre deux familles d’Ihaggâren et d’imγad (temalayt), les liens de suzeraineté, indivisibles et inaliénables, se transmettent chez les deux parties en jeu, en ligne maternelle.

16D’autre part, dans un sens plus général, les Iseqqemâren entendent par tabâdit les ayant droit à l’héritage du commandement et des biens collectifs du matrilignage, dont on a l’usufruit mais qui sont, de même, inaliénables. Chez les Ihaggâren (suzerains), les biens collectifs qui accompagnent la succession à la chefferie consistent essentiellement en droits sur les imγad (tributaires). D’autre part, les biens des personnes mortes sans héritiers constituent une sorte de « trésor public », éhéré-n-eṭṭebel (Dict. touareg-français, p. 1924), dont l’usufruit revient normalement à l’amenûkal, mais que ce dernier laisse en général aux chefs (amγar) de tawsit ; ce fond sert à aider le cas échéant les familles nécessiteuses.

17Enfin, dans le groupe des Kel-Inγer, l’oncle maternel cède au neveu ses armes (épée : takûba, fusil), sa selle de chameau et un sac de cuir (abawn) avec des vêtements neufs, objets de prestige qui marquent la qualité sociale d’un individu.

18Chaque taqabilt est elle-même découpée en groupes agnatiques formant des unités résidentielles patrilocales : amezzay. Ce mot signifie « campement » au sens propre, mais implique la parenté patrilinéaire de ses membres qui sont eddûnet wi n arûri, « parents du dos ».

19Chaque famille nucléaire forme une « tente », éhen*au sens restreint, terme se référant à la fois à l’abri (tente de peau) et à son contenu matériel et humain.

20Sur le plan matrimonial, les Iseqqemâren acceptent de prendre épouse à l’extérieur de leur tawsit à condition que les enfants soient rattachés au groupe du père. Si ce contrat est accepté, ils s’allient avec des clans arabes tels que les Chaamba, considérés comme des alter Ego, plus volontiers qu’avec les imγad (tributaires) qu’ils considèrent de statut inférieur.

21Par contre ils refuseraient l’alliance avec les Ihaggâren (suzerains) car ces derniers sont « supérieurs » et « garderaient les enfants dans leur tawsit ». D’une manière générale, selon Agunana des Iheyawen-Hâda (Iseqqemâren), on ne fait que peu de mariages en dehors du groupe, car les enfants d’une femme étrangère sont toujours considérés comme des étrangers, et ils retournent dans l’aγref auquel ils appartiennent si, par exemple, on répudie la mère.

22Ainsi, on constate qu’en 1976, au moment du recueil de ces données, la logique matrilinéaire structurait fortement les représentations de l’ordre social chez les Iseqqemâren, ce qui n’est peut-être plus le cas aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

benhazera M., Six mois chez les Touaregs de l’Ahaggar, A. Jourdan, 1908.

Bernus E., Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Mémoire ORSTOM n° 94, Paris 1981.

Bernus E., Bonté P., Brock L., Claudot H. (sous la dir. de), Le fils et le neveu, jeux et enjeux de la parenté touarègue, Cambridge Univ. Press, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1986.

Claudot H., La sémantique au service de l’anthropologie, éditions du CNRS, Paris, 1982.

Claudot H., « Étude formelle de la parenté chez les Touaregs de l’Ahaggar, Sahara algérien. L’exemple des Isseqqamarènes », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée n° 24, 1977, p. 125-139.

Delafosse H., Au Sénégal, Niger, 3 vol. , éditions Larose, Paris, 1912.

El Bekri, Description de l’Afrique septentrionale, trad. Mac Guckin, de Slane, A. Jourdan, Alger, 1913.

Florimond (Cne), Rapport annuel 1940, Archives d’Outre-Mer, Aix-en-Provence.

Foucauld P. de, Dictionnaire touareg-français, 4 vol. , Paris, Imprimerie nationale, 1951-1952.

Gardel G., Les Touaregs Ajjer, Institut de recherches sahariennes, éditions Baconnier, 1951.

Gast M., « Les Kel Rela : historique et essai d’analyse du groupe de commandement des Kel Ahaggar », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée n° 21, 1975, p. 45-65.

Gast M., « Pastoralisme nomade et pouvoir ; la société traditionnelle des Kel Ahaggar », Pastoral Production and Society, Maison des Sciences de l’Homme et Cambridge University Press, 1979, p. 201-220.

Gast M., Chaker S., « Sagmara, Saghmara et Isseqqamarènes à travers l’histoire du Sahara central », Recherches sahariennes, Cahier n° 1, 1979, p. 73-79.

Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, 4 vol. , Geuthner, Paris, 1925-1956.

Lhote H., Les Touaregs du Hoggar, Payot, Paris, 1955.

Lhote H., « Contribution à l’étude des Touaregs soudanais », Bull. de l’IFAN XVII B, n° 3-4, 1955.

Nicolaisen J., Ecology and culture of the pastoral tuareg with paticular référence to the tuareg of Ahaggar and Ayr. The National Mueum of Copenhague, 1963.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba, Aix-en-Provence, Edisud, 2003, p. 3799-3802

Référence électronique

H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1450

Haut de page

Auteur

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page