Navigation – Plan du site
K45

Kerkur

« Tas de pierres sacré »
A. El Mountassir et S. Chaker
p. 4176-4178

Entrées d’index

Mots clés :

Croyances, Ethnologie, Rite
Haut de page

Texte intégral

1Ce terme, d’origine berbère mais largement passé en arabe dialectal (surtout au Maroc, avec vélo-pharyngalisation des « r » : [ke]), désigne les tas de pierres constitués par les voyageurs et pèlerins en certains lieux caractéristiques, à forte charge symbolique : cols, croisements de chemins, lieux où a été commis un crime... Le voyageur, pour conjurer le mauvais sort et/ou les forces maléfiques qui habitent le lieu, jette ou dispose un/des caillou(s) supplémentaire (s). Ce rite, déjà précisément décrit par Doutté (1903/1909), se rencontre dans toute l’Afrique du Nord, particulièrement en zone berbère ; il a été interprété par les ethnologues comme un rite d’expulsion/conjuration des forces dangereuses. Des pratiques analogues sont répandues dans les cultures les plus diverses, notamment méditerranéennes (cf. entre autres, le rite de la lapidation de Satan dans le pèlerinage à La Mecque, qui reprend une pratique anté-islamique).

2En berbère, le terme kerkur, généralement attesté avec la voyelle initiale a— (akerkur, au fém. takerkurt), est connu dans de nombreux parlers :
- tachelhit : akrkur, fém. takrkurt, « endroit sec et pierreux », « sol pierreux, dur », takrakart, « terre sèche » ;
- Maroc central : akerkur, pl. ikerkurn, « tas de pierres » ; takerkurt, « petit tas de pierres » (Taïfi, 1991, p. 344).

3Akerkur et takerkurt sont attestés aussi comme toponymes dans le sud du Maroc et en Ahaggar : Takerkurt n Ahaggar « massif montagneux central du pays des Kel-Ahaggar » (Foucauld, II, p. 875). Ces toponymes désignent souvent des lieux et des terrains pierreux, secs et arides.

4Sachant que les consonnes vélaires k, g, γ et qconnaissent de nombreuses alternances dans la phonologie berbère, on peut rapprocher le terme kerkur/akerkur d’autres mots comme aqerqar, aγerγur, tiγerγert, taγarγart... :
-kabyle :
aqerqar
« endroit sec et pierreux » (Dallet 1982, p. 670)
tiγerγert
« sol de maison » (Dallet 1982, p. 623)Voir aussi le toponyme Agergur/Guergour, sommet de Petite Kabylie (Eb XXII, notice H19)
- touareg :
téγerγert
« aire à battre le grain » (Foucauld, IV, p. 1755)
aγerγur
« élargissement de vallée, à sol uni et dur, en plaine » (Foucauld, IV, p. 1755)- touareg de Niger : taγarγart, pl. tiγarγarén « endroit de terre séché et durci par le soleil » (Prasse 1998, p. 121)- Ouargla : tiγerγerin « aire aplanie, plate-forme » (Delheure, 1987, p. 242).

5Sur le plan sémantique, l’ensemble de ces termes évoque les notions de « dureté, sécheresse ». Dans une bonne partie des parlers berbères, le vocabulaire abondant qui désigne un espace dur, aride et sec (lieu sec, terrain pierreux, plaine sèche...) est construit à partir de la base ϒR : il s’agit donc d’une matrice sémantique fondamentale, très productive. A cette base, se rattachent un grand nombre de termes formant un champ vaste lexical, qui compte une centaine de mots appartenant à des aires dialectales diverses. En voici quelques exemples :
qqur/qqar/γar « être dur, sec », sγer/sγar « sécher, durcir », qqerqer « être nu, désert (terrain) », kabyle (Dallet, 1982, p. 670),
iγar « être sec, se sécher », par ext. « être durci, se durcir, être dur (sol, terrain, pain, bois...) », γerγer « rendre sec et dur », aγerγer « fait de rendre sec et dur », asγer « fait de se sécher », touareg (Foucauld, IV, p. 1751, 1753, 1754 ; Prasse 1998, p. 118), qqa« être sec, sécher, être dur, durcir », ssqar « faire sécher », Ouargla (Delheure, 1987, p. 242).

6On peut ajouter à ces exemples les termes pan-berbères taγart/tiγart-téγart « fait d’être sec, terre sèche, sécheresse » et asγar « bois (sec) », ou le terme azγar/azaγar qui signifie, selon les parlers, « plaine, plaine sèche, désert » (El Mountassir, à paraîtee).

7Ces formes akrkur, takrkurt, amqquqr, aqerqar, aγerγur..., présentent un procédé morphologique de redoublement consonantique bien connu dans le lexique berbère (Chaker, 1980 et 1997a ; El Mountassir, 1996 et 2002). Ce mode de formation lexicale est d’origine expressive, avec un sens fréquentatif et augmentatif. Les mots formés à partir de ce modèle traduisent souvent des réalités qui se caractérisent par la multitude, l’extension et l’abondance. Ainsi, le terme akerkur (redoublement des consonnes ket r) « terrain pierreux/tas de pierres » doit être interprété comme « terrain parsemé de pierres/amoncellement de pierres ». Il est important de signaler que dans certains parlers berbères, le mot « pierre, galet, caillou » est formé à partir de la racine KR : ainsi, dans le parler des Ait Hdiddou (Haut Atlas oriental) : akuray, fém. takurayt « petit galet, petite pierre », iεmmr wasif igran s ikurayn « la rivière a recouvert les champs de galets » (Azdoud 1985, p. 124).

8Signalons enfin que le terme takerkurt désigne aussi en touareg le « sommet de la tête, le crâne, la boîte osseuse qui contient le cerveau » (Foucauld, II, p. 875 ; Prasse, I, p. 402). Ce sens est également attesté dans certains parlers kabyles (Melbou, Kabylie maritime extrême orientale, information de K. Naït-Zerrad). Il semble que nous avons ici une évolution expressive qui associe le crâne à l’idée de « dureté ».

9L’analyse lexico-sémantique pourrait donc contribuer à éclairer la signification première du rite d’érection des kerkur, puisqu’on pourrait interpréter cette pratique, le jet d’un caillou, comme un acte de mise à distance/hors de soi de la dureté et de la sécheresse, manifestations typiques du mal et du danger.

Haut de page

Bibliographie

Azdoud D., 1985, Lexique et textes des Aït Hadiddou (Maroc Central), Thèse de 3e cycle, EPHE et Paris III (p. 124)

Chaker S., 1980, « Dérivés de manière en berbère (kabyle) », GLECS, XVII, 1980 (1972-1973)

Chaker S., 1997a, « Expressivité », Encyclopédie. Berbère, XVIII, p. 2711-2713, Aix-en-Provence, Édisud.

Chaker S., 1997b. « Quelques faits de grammaticalisation dans le système verbal berbère », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, n.s., V, 1997 (« Grammaticalisation et reconstruction »), p. 103-121. Paru également dans : Voisinage, Mélanges en hommage à la mémoire de Kaddour Cadi, Université de Fès, 1997, p. 183-210.

DalletJ.-M., 1982. Dictionnaire kabyle-français. Parler des Aït Mangellat, Paris : SELAF. (p. 623, 670)

Delheure J., 1987, Dictionnaire Ouargli-français, Paris, SELAF. (p. 242)

Doutté E., Magie et religion dans l’Afrique du Nord, Alger, 1909/Paris, Geuthner, 1984 (notamment p. 420-435).

Doutté E., « Les tas de pierres sacrés et quelques pratiques connexes dans le Sud du Maroc », Documents sur le Nord-Ouest africain, Alger, 1903, 39 p.

El Mountassir A., 1996, « Étude d’un champ morpho-sémantique en berbère : le cas de l’étymon BR », Awal, 14, 1996, p. 81-87.

El Mountassir A., 2001. Espace, langue et société chez les Ichelhiyn. Sud-ouest du Maroc. Thèse de Doctorat d’État, Université Ibnou Zohr, Agadir (chap. II).

El Mountassir A., 2002, « La notion de « mou, humide, tendre » en berbère : l’étude de la base Lϒ », Articles de linguistique berbère, Mémorial Werner Vycichl, Réunis et édités par K. Naït-Zerrad, 2002, Paris, L’Harmattan, p. 181-196.

El Mountassir A. (à paraître), « Lexique et perception de la réalité en berbère. L’exemple du terme azaγar », A. Mettouchi & A. Lonnet (éds), Faits de langues. Les langues chamito-sémitiques, Paris & Gap, Ophrys.

Foucauld Ch. de : Dictionnaire touareg-français (dialecte de l’Ahaggar), Paris, Imprimerie nationale, 1952, t. II, p. 787.

Prasse K. G., Ghoubeid A., Mohamed Gh., 1998, Lexique touareg-français [2e édition], Copenhague, Muséum Tusculanum/Université de Copenhague (p. 118, 121).

Taifi M., 1991, Dictionnaire tamazight-français. (Parlers du Maroc central). Paris, l’Harmattan-Awal (p. 344).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. El Mountassir et S. Chaker, « Kerkur », Encyclopédie berbère, 27 | Kairouan – Kifan Bel-Ghomari, Aix-en-Provence, Edisud, 2005, p. 4176-4178

Référence électronique

A. El Mountassir et S. Chaker, « Kerkur », in Encyclopédie berbère, 27 | Kairouan – Kifan Bel-Ghomari [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1342

Haut de page

Auteurs

A. El Mountassir

Articles du même auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page