Navigation – Plan du site
K39

Kel (X)

« Les gens de (x) » (touareg)
S. Chaker
p. 4146-4147

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En touareg, unité invariable pré-nominale, particulièrement fréquente dans l’ethnonymie, qui signifie « les gens de » : Kel-Ahaggar, Kel-Ajjer, Kel-Ayr, Kel-Ferwan, etc. Elle est utilisée aussi bien pour dénommer des tribus/clans particuliers (tawsit), que de grands ensembles confédéraux, voire géographiques : Kel-Aagh, Kel-Fransa (« Les gens de France » = « les Français »). En ethnonymie, kel est un collectif qui fonctionne souvent comme pluriel des termes de parenté élémentaires : agg/aw (« fils de »), ult/šêt (« fille/filles de ») et est donc équivalent au classique ayt (« les enfants de »).

2Son emploi est cependant beaucoup plus large que ayt, qui réfère plus directement à la parenté et à la filiation. Kel peut s’employer pour constituer toute collection d’êtres vivants (humains ou animaux) ayant une caractéristique commune, comme l’illustrent les usages suivants, très courants :
- kel temažeq/kel temašeq = « les gens de la tamasheq » = les touarégophones
- kel tefinaγ = « les gens des tifinagh » – les Touaregs
- kel tegulmust « les gens du voile » = Les Touaregs
- kel ulli « les gens des chèvres » = les tributaires (Imghad)
- kel asuf « les gens des solitudes » = les génies
- kel γermân = « les gens des villages » = les cultivateurs sédentaires.

3L’exemple suivant, donné par Charles de Foucauld, montre bien la diversité des emplois de ce terme kel :
Iwllemmeden, kel tsîta d kel iysân ; Kel-Ahaggar, kel tlemîn d kel ulli
« Les Iwellemmeden (sont) des gens des vaches et des chevaux ; les Kel-Ahaggar (sont) des gens des chameaux et du petit bétail (chèvres) »

4Ce terme kel est spécifiquement touareg et apparaît comme un véritable hapax : il est absolument inconnu dans le reste du monde berbère et son origine et sa formation sont obscures. Il existe plusieurs racines berbères KL (KL1 « marcher/fouler », KL2« passer la méridienne/passer la journée/séjourner »...), mais aucune n’autorise une dérivation formellement et sémantiquement acceptable.

5N.B. : en raison de sa haute fréquence, les noms de tribus ou de groupes en Kel ne sont pas classés dans l’Encyclopédie berbère sous ce premier élément et doivent être recherchés sous le second constituant de l’ethnonyme : pour Kel-Ahaggar, voir Ahaggar ; pour Kel-Ayr, voir Aïr/Ayr ; pour Kel Adhagh, voir Adhagh, etc.

Haut de page

Bibliographie

Claudot H., La sémantique au service de l’anthropologie, Paris, Éditions du CNRS, 1982.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français (dialecte de l’Ahaggar), Paris, Imprimerie nationale, 1952, t. II, p. 787.

Prasse K.G, Alojaly Gh, Mohamed Gh, Dictionnaire touareg-français (Niger), Copenhague, Museum Tusculanum Press/University of Copenhague, 2003, t. I, p. 368.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Kel (X) », Encyclopédie berbère, 27 | Kairouan – Kifan Bel-Ghomari, Aix-en-Provence, Edisud, 2005, p. 4146-4147

Référence électronique

S. Chaker, « Kel (X) », in Encyclopédie berbère, 27 | Kairouan – Kifan Bel-Ghomari [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1333

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page