Navigation – Plan du site
K32

Kef

F.-E. Roubet et C. Roubet
p. 4118-4120

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie, Préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Kef ([kef/kifân] pl. Kifane ou Kiféne, dans les graphies françaises) s’applique généralement à une falaise rocheuse escarpée ou abrupte, relativement rectiligne ou présentant des saillies en éperon. Le kef domine un socle ou un talus, aux pentes assez accentuées. L’arête supérieure se trouve à peu près à la hauteur du relief en dôme ou en plateau qui porte la falaise. Il s’agit donc le plus souvent de la partie supérieure d’un flanc de ravinement profond entaillant des roches dures, ou parfois de l’escarpement d’un front de côte (cuesta). Dans le glossaire établi par R. Capot-Rey, A. Cornet et B. Blaudin de Thé (1963), il s’agit d’un « sommet escarpé, d’un promontoire rocheux, d’une berge escarpée, d’une falaise ».

2Le terme kef correspond au terme pan-berbère : aru (azrou) : rocher, muraille rocheuse à pic, et au tamahaq éfenker : massif rocheux escarpé.

Ligne des Kefs dans la région de Tiaret

3Pour se rendre à Tiaret en venant du Nord, on doit franchir le Dj. Guezoul. Avant d’atteindre le col de Guertoufa, on longe... de hautes falaises, orientées... vers le nord et qui s’étendent au loin vers l’est et vers l’ouest. Leur bord supérieur (1 100-1200 m) surplombe les terres cultivées du Tell. La dénivellation est de l’ordre de 100 m. Ces falaises taillées dans une formation gréseuse... (« grès de Tiaret et de Seffalou ») constituent avec les plateaux... la ligne festonnée des kefs. L’ensemble fait partie de la véritable barre de collines qui sépare les Hauts-Plateaux du Tell. La suite des kefs, accidentée et pittoresque, comporte quelques passages naturels franchis par des routes ou des pistes qui la coupent transversalement, à proximité de sources situées vers la base des falaises, au contact des couches imperméables. Il n’est donc par surprenant que ces passages soient jalonnés de vestiges préhistoriques. La zone des kefs est la plus fertile en stations d’âge néolithique et proto-historique.

4Sur la carte n° 1, sept emplacements à gravures rupestres sont signalés, ce sont de gauche à droite :
1. Aïn ben Krima : petit abri portant plusieurs gravures non identifiables et un petit félin.
2. Oued Azouania : station présentant un « combat de buffles antiques » (c’est-à-dire un combat de pelorovis) et deux bassins à sacrifices, creusés dans les dalles calcaires horizontales. Cette station est la plus importante de la région, par le sujet, gravé avec sûreté et précision, et en raison de la conservation de la scène.
3. Oued Seffalou : site portant des gravures anthropomorphes et zoomorphes ainsi que des « traits capsiens ».
4. Beit el Ghaoula : abri ayant des cupules et des « traits capsiens ».
5. Kef Dahmouni : anfractuosité dans la falaise portant des cupules et abri ayant des « traits capsiens ».
6. Kef Bou Beker : station conservant plusieurs emplacements à gravures ; le groupe oriental présente un félin et des animaux peints à l’ocre ; sur un autre panneau on distingue un bovidé, une gazelle, un mouton, un mouflon, un rhinocéros, des autruches, un buffle antique, un personnage, un petit bélier, un oryx, diverses antilopes, des félins et d’autres personnages.
7. Kef Smâr : abri démantelé conservant un félidé gravé et des vestiges de traits non identifiables.

Fig. 1. Carte montrant la ligne des kefs et la zone de concentration des gisements préhistoriques de la région de Tiaret. Les points noirs indiquent les stations à gravures rupestres.

Fig. 1. Carte montrant la ligne des kefs et la zone de concentration des gisements préhistoriques de la région de Tiaret. Les points noirs indiquent les stations à gravures rupestres.

Abréviations : pc = Pliocène continental ; m = Miocène supérieur ; mi = Miocène inférieur ; cm = Crétacé moyen ; ci = Crétacé inférieur ; Js3 et Js2 = Jurassique supérieur (carte géologique au 500 000’) (d’après F.-E. Roubet 1967).

Fig. 2. Situation topographique de la « ligne des kefs » aux environs de Tiaret. Coupe nord-sud passant par le sommet du Dj. Guezoul et par l’extrémité occidentale du Kef Dahmouni (d’après F.-E. Roubet 1967).

Fig. 2. Situation topographique de la « ligne des kefs » aux environs de Tiaret. Coupe nord-sud passant par le sommet du Dj. Guezoul et par l’extrémité occidentale du Kef Dahmouni (d’après F.-E. Roubet 1967).

5L’extension au Maghreb du terme Kef rend compte de conditions topographiques identiques, que les populations ont toujours su exploiter, pour s’abriter et s’installer près des points d’eau. La région de Tiaret n’était qu’un exemple typique.

Haut de page

Bibliographie

Capot-Rey R., Cornet A., Blaudin de Thé B., 1963. Glossaire des principaux termes géographiques et hydrogéologiques sahariens. Institut de recherches sahariennes, p. 52.

Roubet F.-E., 1967. L’extension septentrionale et méridionale de la zone à gravures rupestres du Sud-Oranais (Atlas Saharien). Congrès panafricain de Préhistoire, Dakar, VIe session, éd. par H.-J. Hugot, Chambéry, p. 244-266, (p. 250-256).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte montrant la ligne des kefs et la zone de concentration des gisements préhistoriques de la région de Tiaret. Les points noirs indiquent les stations à gravures rupestres.
Légende Abréviations : pc = Pliocène continental ; m = Miocène supérieur ; mi = Miocène inférieur ; cm = Crétacé moyen ; ci = Crétacé inférieur ; Js3 et Js2 = Jurassique supérieur (carte géologique au 500 000’) (d’après F.-E. Roubet 1967).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1322/img-1.png
Fichier image/png, 426k
Titre Fig. 2. Situation topographique de la « ligne des kefs » aux environs de Tiaret. Coupe nord-sud passant par le sommet du Dj. Guezoul et par l’extrémité occidentale du Kef Dahmouni (d’après F.-E. Roubet 1967).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1322/img-2.png
Fichier image/png, 422k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

F.-E. Roubet et C. Roubet, « Kef », Encyclopédie berbère, 27 | Kairouan – Kifan Bel-Ghomari, Aix-en-Provence, Edisud, 2005, p. 4118-4120

Référence électronique

F.-E. Roubet et C. Roubet, « Kef », in Encyclopédie berbère, 27 | Kairouan – Kifan Bel-Ghomari [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1322

Haut de page

Auteurs

F.-E. Roubet

C. Roubet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page