Navigation – Plan du site
9 | Baal – Ben Yasla - Gabriel Camps (dir.)
B20

Baléares

(Berbères aux îles)
M. Barceló
p. 1318-1322

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

1L’île de Majorque fut conquise en 209/902-903 par ῾Iṣām al Khawlānī sous l’émirat de l’omeyyade ῾Abd Allāh de Cordoue. Nous ignorons quand les autres îles de l’archipel furent occupées. Plusieurs Khawlānī furent wālī aux Iles jusqu’en 350/960-961 moment où ῾Abd al Raḥmān al-Nāṣir nomma à ce poste son mawla Muwaffaq.

2Aucun chronique, aucun texte géographique ne permet de savoir s’il y eut des migrations dans les îles dès après la conquête, venant de la Péninle ou du Maghreb. L’analyse toponymique entreprise par P. Guichard au sharq al-Andalus fut suivie de recherches semblables aux îles Baléares. Les premiers résultats semblent indiquer que le flux des arrivées fut assez constant sans qu’on puisse déterminer des phases plus importantes que les autres. Il ne semble pas que ces arrivées furent massives, il s’agissait plutôt de petits groupes d’origine clanique ou tribale. Contrairement à ce qu’on croyait auparavant, l’immigration almoravide ne donna pas naissance à d’importants établissements ruraux et semble s’être limitée à l’occupation des cités. On en déduit que le flux migratoire le plus important se produisit avant la conquête almoravide (509/1115-1116) sous le commandement d’Ibn Tiqartāt. Tout indique que les Almoravides trouvèrent un espace socio-politique solidement organisé autour d’établissements patriarcaux qu’il était difficile de contrôler à partir de la ville, Madīna Mayūrqa, d’où leur tentative de la transplanter à l’intérieur des terres.

Établissements tribaux berbères à Majorque (d’après A. Poveda, 1987).

Établissements tribaux berbères à Majorque (d’après A. Poveda, 1987).

Pourcentage des établissements claniques berbères à Majorque (d’après A. Poveda, 1987).

Pourcentage des établissements claniques berbères à Majorque (d’après A. Poveda, 1987).

3Les dernières analyses du Llibre del Repartiment (inventaire établi en 1232 par les conquérants catalans pour distribuer les terres indigènes) et d’autres documents d’archives montrent que les toponymes d’origine clanique tournent autour de 20% de l’ensemble. Mais ces toponymes en Bǎnī suivi d’un anthroponyme, présentent d’importantes variations régionales (35,58% dans le Yartān, 4,54% dans le Jibāl, 30,17% à Manūrqa, 43,80% à Yābisa).. Les analyses montrent que l’alqueria (qarya) portant un nom tribal ou clanique est la principale forme d’exploitation insulaire.

4L’identification des grands groupes tribaux berbères fut facile. On trouve des établissements portant les noms des Gumāra, Marnīza, Maṭgara, Madyūna, Hawwāra, Maīlla, Haskūra, Maṣmūda, Yuriken, Andara, Mazāta, Sumāta. Tous ces établissements sont, en général, des alqueria auxquelles les documents catalans attribuent une superficie en jovades (1 jovada = 11,16 ha). Ainsi l’alqueria était en moyenne de 85,5 ha et le rafal (raḥl) de 49,61 ha. Les conquérants catalans ne créèrent pas un nouveau cadastre constitués de lots homogènes, ils se contentèrent de conserver l’espace indigène antérieur en utilisant des unités de mesure nouvelles. La prospection archéologique permet de se rendre compte que les alquerias et rafals n’étaient pas seulement des terres de culture, mais des domaines politiques, au sens le plus large, assurant le contrôle de toutes les ressources.

5Parmi les noms d’origine tribale cités ci-dessus, seuls les Haskūra et les Yuirken pourraient être mis en rapport avec les Almoravides et pourraient être arrivés dans les Iles à cette époque. De même les Maṣmūda qui sont cités dans le haẉz de Madīna Mayūrqa (« les jardins potagers d’al Maṣamīda ») doivent être issus d’une migration de l’époque almohade ; puisque ce pluriel Maṣamīda s’applique à des groupes qui occupaient le Haut Atlas et constituaient le centre originel du mouvement almohade.

6L’identification des clans et fractions mineures a été beaucoup plus difficile et les résultats sont moins sûrs. Par précaution, il n’a été retenu que les toponymes dans la construction desquels intervient le nom d’une faction mentionnée au Maghreb dans les textes d’Ibn Ḥawqal, d’Al-Bakrī, d’Ibn Ḥazm, d’Al-Idrīsī et d’Ibn Khaldūn et d’autres textes mineurs. Ce procédé limite sévèrement les possibilités d’identification des groupes d’immigrants mais il permet de reconnaître les aires d’où sont venus ces immigrants. Il subsiste un nombre important de toponymes non identifiés, ils correspondent sans doute à une segmentation effectuées sur place, aux îles mêmes.

7Actuellement, on dénombre 47 toponymes claniques identifiés ; voici quelques exemples :
Beniforani → Banī Furanik Beniamira → Banī ῾Amīra Benisalem → Banī Sālim
Benicassim → Banī Qāsim Benitaref→ Banī Ṭarif Benifarach → Banī al-Faraj
Benugezen → Banū Gezen, Benimarwan → Banū Beniraçkel → Banï ü Ryāgel
Gezenāya Marwāfn
Benurraca(n) → Banū Ra.s.n Huarfan → Wārīf.n Huacner → Wagmar
Huatel → Banī Waṭīl Benicanela → Banī Qanīla Benimarzoc → Banī Marzūq
Beniatron → Banī Itrūn Benifarda → Banī Farda Artana → Iraten Benimarti →
Banī Izmarti Benigaful → Banī Jafual.

8Les toponymes d’origine clanique identifiés sont répartis irrégulièrement, mais cette répartition correspond, comme il était prévisible, à celle des toponymes d’origine tribale. On a pu également établir quelques rapprochements et identifications entre certains toponymes insulaires et ceux du Levante péninsulaire. Étant donné le caractère tardif de l’occupation musulmane des îles, il est vraisemblable que la plupart des immigrations se soient faites à partir du Levante et non directement à partir du Maghreb, sauf quelques cas exceptionnels qui demeurent difficiles à prouver. Ainsi la liste des tribus et fractions ou clans représentés dans les îles se révèle une source de première importance pour la constitution de celle de la Péninsule antérieurement à 902-903/1290. Le procédé suivi a permis en outre de localiser avec quelque précision les zones du Maghreb où ces tribus étaient établies jusqu’à la deuxième moitié du ve-xie siècle. Précisément ces aires de concentration se situent le long de la côte méditerranéenne dans deux zones privilégiées, celle de Tetuan-Nakur et celle de Bejaïa-Annaba. L’étude de ces migrations devrait aussi permettre de suivre avec précision le processus et les causes de segmentation dans les sociétés berbères que certains anthropologues, comme Baléares D. Hart, ont décrit comme une « discontinuité spatiale » et une « reduplication du nom ».

Établissements berbères en Espagne orientale.

Établissements berbères en Espagne orientale.

9Un petit nombre de toponymes berbères des Baléares se rapporte à des migrations sahariennes, qui en principe devraient dater de l’époque almoravide. Yartān et B. Tṛa qui ont donné leur nom à deux districts majorquins sont des tribus mentionnées à Kawkaw (Gao) par Al-῾Umari. Jijnau, nom d’un autre district est une forme catalanisée de ignāwen (pl. agnaw) nom par lesquels on désigne les Sudān (Noirs). Précisément la présence de Noirs est dûment attestée dans les îles. Ainsi à Minorque, en 686/1287 après la conquête par Alphonse III, sur un total de 641 « andalous » vendus comme esclaves, les notaires catalans ont opéré un classement selon la couleur de la peau : 45% furent classés comme « noirs », 23% comme « lauri » (métis) et 32% comme blancs.

10Inkān nom d’un grand district au pied des Monts Tramuntana, au nord de Majorque semble dérivée de la forme n.k.n./n.q.n. de la racine w.n. (côte, élévation...). Des formes zwāwa sont reconnues, ainsi la particule locative In- se retrouve dans indjan ou In kān. D’autres formes berbères sont facilement identifiables, ainsi dans Immalasen (In m-l-asen) et Macsen ou Tantxa/Tanga, on reconnaît la racine mgi qui s’applique à toute sorte de circulation ou mouvement de l’eau, or la Tanga majorquine possède justement une qanāt.

11Il importe de signaler que nombreux sont les clans, ayant laissé une trace dans la toponymie, dont l’ancêtre est une femme : Beniaziza, Beniatzona, Benihalfum, Benicalson, Beniallile, etc. D’autre part, des alquieras et rafah portent des noms de femme : Maria, Maimona, Senobia, etc. On compte 25 établissements de cette sorte.

12Ces résultats sont provisoires, la poursuite des recherches permettra l’établissement de listes toponymiques plus complètes, en relation avec les études linguistiques berbères.

Haut de page

Bibliographie

Barceló M., Sobre Mayürqa, Palma de Mallorca, 1984.

Guichard P., « Le peuplement de la région de Valence aux deux premiers siècles de la domination musulmane », Mélanges de la Casa de Velazquez, V, 1969, p. 102-153 ; Id., Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris, La Haye, 1977.

Hart D., Dadda Atta and his forty grandson. The socio-political organisation of the Ait Atta of Southern Morocco, Cambridge, 1981.

Hart D., « Segmentary Systems and the role of « five fiths » in tribal Morocco », A.-S. Ahmed et D.-M. Hart (éds.), Islam in tribal societies. From the Atlas to the Indus, London, 1984, p. 66-105.

Laoust E., « Contribution à une étude de la toponymie du Haut Atlas, I », Revue des Études Islamiques, 1940, p. 27-77.

Poveda A., « Repertori de toponimia àrabo-musulmana de Mayürqa segons la documentació dels arxius de la Ciutat de Mallorca (1232-1276/1229-1300), Fontes Rerum Balearium, III, 1979-1980, p. 81-119.

Poveda A., « Introducción al estudio de la toponimia árabo-musulmana de Mayūrqa según la documentación de los archivos de la Ciutat de Mallorca », Awrāq, III, 1980, p. 76-101.

Poveda A., Toponίmia àrabo-berber i espai social a les illes orientais d’al-Andalus, thèse de doctorat inédite, Universitat Autònoma de Barcelona, Bellaterra, 1987.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Établissements tribaux berbères à Majorque (d’après A. Poveda, 1987).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1268/img-1.png
Fichier image/png, 337k
Titre Pourcentage des établissements claniques berbères à Majorque (d’après A. Poveda, 1987).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1268/img-2.png
Fichier image/png, 284k
Titre Établissements berbères en Espagne orientale.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1268/img-3.png
Fichier image/png, 233k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Barceló, « Baléares  », Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, p. 1318-1322

Référence électronique

M. Barceló, « Baléares  », in Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1268

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page