Navigation – Plan du site
9 | Baal – Ben Yasla - Gabriel Camps (dir.)
B17

Bakales

J. Desanges
p. 1316-1317

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Tribu de Cyrénaïque mentionnée par les manuscrits d’Hérodote (IV, 171), sauf trois (ABC), sous le nom de Kabales, qui est en réalité celui d’un peuple de la Lycie du Nord. Peu nombreux, les Bakales habitent vers le milieu du territoire des Auskhisae* et touchent la mer aux environs de Taukheira (Tocra). Callimaque (fr. 484, éd. R. Pfeiffer, Oxford, 1949), au début du iiie siècle avant notre ère, en faisait état. A une époque indéterminée de l’âge hellénistique, l’historien Agroitas insère le héros Bakal dans une liste d’éponymes des tribus libyques, qui nous a été conservée par le grammairien Hérodien, au temps de Marc Aurèle (Herodiani Technici reliquiae, éd. A. Lenz, Leipzig, 1870, II, 2, p. 918 = C. Müller, F.H.G., IV, p. 294). Ptolémée (IV, 7, 10, éd. C. Müller, p. 785) signale, pour sa part, « les peuples de la Phazanie (cf. Phazanii*) et de la Bakalitis », à partir de l’Éthiopie subégyptienne et en se dirigeant vers l’ouest, au-delà des déserts. Certains manuscrits de Julius Honorius (B 47, dans A. Riese, Géogr. Lat. Min., p. 53) suggèrent de restituer, dans une énumération de peuplades, Bacca [l] ites ou Bacca [l] ides entre Nasamones et Garamantas (acc. plur.). Enfin, au milieu du ve siècle de notre ère, Nonnos de Panopolis (Dionys., XIII, 376) mentionne, de façon érudite, les Auskhisae et les Bakales.

2Le nom Bakal est répandu dans l’épigraphie de la Cyrénaïque, et on le rencontre même à Théra (Santorin), dans une inscription du vie ou du début du ve siècle avant J.-C. (O. Masson, « Remarques sur deux inscriptions de Cyrène et de Théra », Rev. de Philol, 3e série, XLI, 1967, p. 229-230, avec la liste des occurrences). Faut-il en rapprocher Maccal ou Maccalis, attesté en Césarienne sous la forme d’un supernomen (C.I.L., VIII, 9878 et 9890 ; cf. I. Kajanto, Supernomina, Helsinki, 1967, p. 30).

3A. Laronde (Cyrène et la Libye hellénistique, Paris, 1987, p. 64) a émis l’hypothèse que les Libyens qui capturèrent Thibron en 321 avant notre ère, apparemment non loin de Taukheira (Tocra), étaient des Bakales. Ils auraient donc utilisé des biges et seraient, dès cette époque, très hellénisés. Il n’est pas à exclure, d’autre part, que les Bakales soient les descendants des Libyens, bqn, mentionnés par des inscriptions du Nouvel Empire égyptien, l’alternance *l/*n ne surprenant pas (cf. O. Bates, The Eastern Libyans, Londres, 1914, p. 47-48 ; K. Zibelius, Afrikanische Orts- und Völkernamen in hieroglyphischen und hieratischen Texten, Wiesbaden, 1972, p. 111).

Haut de page

Bibliographie

Masson O., « En marge d’Hérodote : deux peuplades mal connues, les Bacales et les Cabaléens », Museum Helveticum, XLI, 1984, p. 139-142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Bakales », Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, p. 1316-1317

Référence électronique

J. Desanges, « Bakales », in Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1257

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page