Navigation – Plan du site
9 | Baal – Ben Yasla - Gabriel Camps (dir.)
B15

Bagzan

(Monts)
A. Bourgeot
p. 1312-1316

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie, Nomadisme, Sahara
Haut de page

Texte intégral

1Le massif de l’Aïr* (Niger septentrional) constitue un vaste îlot rocheux complexe composé de granit et de shistes cristallins dont la longueur est d’environ 450 km sur une largeur minimum de 100 km au niveau du 17e parallèle, atteignant jusqu’à 200 km entre les 18e et 19e parallèles pour finalement se rétrécir dans l’extrême-sud.

2Les formes actuelles sont conséquentes aux bouleversements du tertiaire, époque de grande activité volcanique.

3L’ensemble apparaît comme un chapelet de massifs, généralement accidentés, qui s’égrènent du nord au sud ; ce sont, le Grebun, les Tamgak, le Gundaï, l’Agalak, les Bagzan et les Tarwadji.

4L’Aïr se prolonge géologiquement au sud par le Damagaram, le Munio et les massifs du Nigeria.

5Les influences climatiques sahéliennes se manifestent par des pluies d’hivernage (de fin juin à début octobre) qui varient de 250 mm dans sa partie la plus méridionale pour tomber jusqu’à 20 mm annuels dans la région la plus septentrionale du massif.

6Dans cet ensemble rocheux bordé à l’est par le désert du Ténéré et à l’ouest par les plaines du Talaq et du Tamesna, les monts Bagzan occupent une place particulière. Sur 600 km2 de superficie, ils forment un haut plateau ovale de 40 km de longueur sur 20 km de largeur orienté N.N.E.-S.S.O.

7Ils présentent la configuration géographique d’un horst, militairement imprenable en cas d’attaque des Toubou ou des Arabes (les uled Suleyman du Tchad) mais qui offre cependant deux accès. L’un à l’est constitué par la faille d’Eγalabelaben, l’autre diamétralement opposé, à l’ouest, par une piste ânière ou chamelière moins escarpée, celle de Zabo.

8Les monts Bagzan furent occupés dès le VIIIe millénaire par des populations ayant déjà inventé la technique céramique (voir Aïr*). C’est dans les Bagzan, à Tagalagal que furent découvertes par J. Roset les plus anciennes poteries connues dans le monde. L’occupation du gisement a été daté entre 9370 ± 30 et 9000 ± 120 BP soit entre 7420 ± 130 et 7050 ± 20 BC.

9Les premiers occupants historiques des Bagzan furent les Itisen et les Kel Geress. Certaines traditions orales distinguent les Itisen des Kel Geress, les autres les confondent. Il semble cependant que l’arrivée des Itisen dont l’aghombulu d’Azodé (village historique de l’Aïr) était le personnage le plus influent, précède celle des Kel Geress. Par la suite, les mariages contribuèrent à une assimilation fondée sur une structure parentale indifférenciée.

10Les Kel Geress vinrent à la fin du xive siècle. Les premiers cités habitaient des maisons entièrement bâties de pierres dont il reste encore quelques vestiges. L’organisation territoriale des Bagzan relevait d’une division spatiale matérialisée par des murettes construites en pierres limitant des « terroirs » dont l’accès était réglé par une prestation autorisant soit le passage soit le pacage des animaux.

11Peu de choses étant connues sur les Itisen et les Kel Geress de cette époque (vers le xie siècle), je me limiterai à procurer quelques données historiques et légendaires puisées dans la littérature orale recueillies sur le terrain. La profondeur historique évolue entre la fin du xive siècle et le xviiie siècle.

12Au début du xive siècle, les Kel Ewey, dont les Kel Bagzan, étaient placés sous la dépendance de l’empire du Bornou. Chaque année, dit-on, le sultan envoyait son généralissime (le galadima) en Aïr aux fins d’obtenir cent vierges pour son harem. Lors d’une de ces expéditions, nous disent les traditions orales, un Kel Ewey s’y opposa si fermement qu’il tua le galadima. Les Kel Ewey se réfugièrent alors sur les Monts Bagzan afin de riposter aux armées bornouanes qui revinrent en force. Le siège dura plus d’un an et la faim commença à se manifester, décimant l’armée du Bornou. Les Kel Bagzan utilisèrent alors un stratagème qui fut concluant et qui contredit la réputation de balourds que leur attribuent les gens de l’ouest.

13Afin de narguer leurs adversaires, les Kel Bagzan envoyèrent quatre chamelles gavées et gorgées l’une de mil, la seconde de blé, la troisième de riz (il n’y a pas de riz sur les Bagzan) et la quatrième de haricots. Arrivés dans la plaine, les Bornouans affamés s’emparèrent de ces quatre chamelles, les égorgèrent et les dépècèrent, stupéfaits de voir une telle abondance de victuailles dans les entrailles de ces animaux. Ils en déduisirent que l’approvisionnement des Bagzan était inépuisable et décidèrent en conséquence de lever le siège.

14Certains ne purent se déplacer tant ils étaient repus : ceux-là furent faits prisonniers sur place tandis que les autres furent capturés au puits d’Achegour sur la piste chamelière qui conduit au Kawar. L’armée bornouane fut entièrement défaite et les Kel Ewey incluant les Kel Bagzan poursuivirent leur conquête, s’emparant des salines de Kalala au Kawar (Bilma) et en y installant leurs prisonniers. Victorieux, les Kel Ewey réintégrèrent leurs montagnes.

15Ce n’est qu’à partir de 1917, après la défaite de Kaosen, que les Kel Bagzan, d’abord réprimés puis protégés par les troupes françaises contre les incursions Toubous, commencèrent à descendre des Bagzan pour occuper les kori des vallées. Ils étendent alors considérablement leurs terrains de parcours, ouvrant de nombreux pâturages, défrichant et créant de nouveaux jardins qui n’ont cessé de proliférer jusqu’à nos jours sous l’effet des programmes de développement.

16La réputation quelque peu mythique des Bagzan (abondance de vivres et de pâturage, résidence des diables, refuge militaire) a des résonnances politiques actuelles. Ainsi, lors de l’attaque du commando touareg sur l’usine d’extraction de l’uranium à Arlit en avril 1982, certaines populations de la région agadézienne ont soupçonné les membres de ce commando de s’être réfugiés... sur les Bagzan, alors que ces monts sont facilement visités par les touristes européens...

17Le cheval des Bagzan contribue sensiblement au renom quasiment national de ces Monts où il n’existe plus de chevaux...

18Jean (1909, p. 147) présente ce cheval comme « petit, en général bien roulé, fin et musclé. Il est vendu jusqu’à trente chameaux, soit six à sept mille francs si on donne un chiffre moyen à la valeur du chameau ». Quant à Nicolaïsen (1963, p. 113) « le cheval aurait été introduit en Égypte en 1700 avant l’ère chrétienne à la suite des invasions des Hyksos ». D’Égypte, le cheval aurait pénétré l’Afrique par la Libye actuelle sous le règne de Ramsès III (soit vers 1200 av. J.-C). Selon Doutresoulle (1947, p. 238) cité par Nicolaïsen, le cheval des Bagzan appartiendrait au type aryen et aurait été introduit par Tripoli. Ce même type de cheval se retrouve dans l’Adrar des Ifoγas et dans le Hodh mauritanien.

19Actuellement, les Kel Geress du Gober, de la région de Madawa détiennent beaucoup de chevaux de ce type.

20Les Monts Bagzan présentent un grand nombre de gravures et de peintures rupestres qui sont actuellement en cours d’inventaire et d’étude.

21Les traditions agricoles sur les Bagzan semblent très anciennes. Le procédé d’arrosage le plus courant des jardins se fait à partir de sources perennes (čitt, pl. čittawin) tandis que dans les plaines environnantes, les jardins sont irrigués à partir de puits surmontés d’un édifice en bois (la takarkar, pl. tikarkarin) au milieu duquel se trouve une poulie (feïfeï, pl. feifeiyan). La traction est assurée par un bœuf, un chameau et très rarement par un âne, ou, le cas échéant par l’énergie humaine quand le bétail meurt comme pendant la sécheresse de 1969-1974.

22A l’époque des conflits entre Kel Geress et Kel Ewey au xviiie siècle, les sources des Monts Bagzan constituent des enjeux majeurs. En effet, sous les poussées guerrières des Kel Ewey, les Kel Geress quittèrent l’Aïr vers le Gober non sans avoir au préalable bouché les sources qui alimentaient les jardins, notamment celles d’Eghalabelaben et de Kwokay.

23La légende raconte qu’Annur, un Kel Aïr de Timia alla se marier chez les Kel Geress. Lors d’une assemblée (ameni), tout le monde était présent à l’exception d’Annur que l’on attendait pour commencer les débats. Une voix dans l’assemblée s’éleva pour demander ce que l’on attendait pour ouvrir les discussions : « Annur » lui répondit-on ! la même voix rétorqua : « Il est inutile d’attendre un étranger, commençons ! » Annur, qui venait d’arriver, intervint alors et se fâcha. Face à un comportement aussi inhospitalier, Annur décida de retourner en Aïr car il craignait même d’être tué par deux esclaves dépêchés contre lui par les Kel Geress.

24Cependant, l’assemblée lui demanda de rester : il refusa. Alors, un vieillard intervint et lui livra un secret : « Si tu vas en Aïr, il faut aller sur les monts Bagzan, dans un Kori qui s’appelle Eγalabelaben. Il y a là une source bouchée à l’aide d’un énorme caillou par les Kel Geress avant leur fuite vers le Gober. Mais il faudra que tu sacrifies un bœuf en présence de tous les marabouts ». Démuni de tout, Annur se rendit chez Ekabed, un Itegen (fraction des Kel Ewey), à Eγarγar, petit village situé au nord des Bagzan. Ekabed fit réunir tous les captifs et les marabouts à Eyalabelaben et fit égorger un bœuf. Après avoir creusé, l’eau coula. Annur fit connaître à l’auditoire l’existence d’une autre source à Kwokay. Khamid, un Kel Zolan, accompagné d’un Kel Timia, forts de la nouvelle précédèrent tout le monde et ouvrirent un jardin non sans avoir, au préalable, sacrifié un animal. Ces deux hommes se partagèrent donc Kwokay, l’un prenant le nord, l’autre s’appropriant le sud. Depuis cette époque, Annur devint un personnage célèbre tandis que Khamid resta dans la mémoire collective des Kel Bagzan pour avoir transmis une partie de son jardin en biens indivis (akh idderen) dont les effets se manifestent encore aujourd’hui.

25La production agricole actuelle concerne des céréales (maïs, orge, blé), des tomates, oignons, aulx, piments, courges, melons, haricots, figuiers, citrons et bien sûr, des dattiers dont les fruits sont réputés.

26Depuis une dizaine d’années, la production de pommes de terre, intégrée dans les circuits de commercialisation, est en extension.

27Les Kel Bagzan sont également de grands caravaniers qui, comme beaucoup d’autres Kel Ewey, se rendent annuellement en Agram (Fachi), au Kawar (Bilma) ou au Djado pour y chercher du sel et des dattes.

28Les Kel Ewey distinguent en fait trois types de caravanes :
1. taferdé (pl. čiferdawin) ou taghelam, (pl. tighelamiri) qui achemine vers l’Agram (Fachi), le Kawar (Bilma) et le Djado, céréales, arachides, tissus, parfums, produits manufacturés en provenance du pays Hausa ainsi que des légumes séchés, viande séchée et/ou sur pied de l’Aïr afin de les vendre ou des les échanger contre du sel et des dattes. Le désert du Ténéré est sillonné chaque année par des centaines de caravanes du mois de septembre au mois de mars. L’acheminement du sel (moulé dans de petites cuvettes (foci, pl. fociten : « assiettes ») sur les Bagzan se fait par la face est, celle d’Eγalabelaben tandis que le mil est transporté par le versant ouest (Zabo) d’accès plus facilecar moins escarpé.
2. aïran (nom collectif) : après quelques jours de repos en Aïr, les caravaniers de la taferdé se dirigent vers le pays Hausa aux fins de vente ou d’échange de sel et des dattes pour se procurer les produits du sud (mil, épices, étoffes, indigo, pagnes, miel, ustensiles ménagers, etc.). Ils pratiquent aussi le transport pour le compte des commerçants Hausa ou la fumure des champs en échange de nourriture.
3. tekaref (pl. tikerfin) : cette caravane tournée vers l’Ahaggar (Tamanrasset, Amadghor, Tassili-n-Ajjer et Libye) n’existe plus depuis une trentaine d’années.

29Sur le plan religieux, les Kel Bagzan sont les adeptes de la Khalwatiya institutionnalisée par un rituel approprié : le wird. Le rénovateur fut cheikh Musa (ou Mallam Musa) mort à Tabelote en 1959 où il fonda une zawiya. Les Kel Bagzan, tout comme d’ailleurs les autres Kel Ewey, sont accusés par les Kel Tamacheq de l’ouest, de pratiquer la magie noire et la sorcellerie. La croyance aux Kel Essuf (mauvais génies, diablotins) est très prégnante.

30Les Kel Bagzan se parent de nombreuses amulettes destinées à prévenir ou à contrecarrer le mal.

31Les Monts Bagzan sont considérés comme étant le siège où sévissent des diables particulièrement actifs. L’un d’entre eux, non identifié, était singulièrement nocif dans la période qui a précédé l’éclipse totale de soleil du 30 juin 1973. Celle-ci a été doublement et paradoxalement interprétée.

32Un certain nombre de bergères ont accusé les infidèles (akafar, pl. ikufar) de pratiquer la magie par le moyen de l’éclipse tandis que d’autres n’ont reconnu dans ce fait naturel que l’intervention du Dieu Tout Puissant. Quoi qu’il en soit, les deux interprétations se rejoignent car dans le combat entre la magie des « païens » et la puissance de Dieu, c’est bien celui-ci qui est victorieux, c’est lui qui évite le chaos et la fin du monde, puisque l’ordre réapparaît avec le soleil qui avait été razzié pendant 7 minutes. Pour les Kel Timia, les païens « ont fait l’éclipsé » afin de libérer le pays et la population des Bagzan d’un diable dont les méfaits n’ont cessé de tracasser les gens de ce village de Timia, particulièrement encaissé dans des montagnes repères de ces diables.

Haut de page

Bibliographie

Bernus E., « Aïr, les techniques agricoles », Encyclopédie berbère, III, 1986, p. 357-361.

Bisson J., « Éleveurs-caravaniers et vieux sédentaires de l’Aïr sud-oriental », Travaux de l’Institut de Recherches Sahariennes, t. XXIII, 1964.

Bourgeot A., « La razzia du soleil en pays Twareg », in Francillon G. et Menget P., ed : Soleil est mort. L’éclipse totale de soleil du 30 juin 1973, Nanterre Labethno, 1979, 143-167.

Bourgeot A., « Les échanges transsahariens, la Senusiya et les révoltes Twareg de 1916-1917 », Cahiers d’Études Africaines, 69-70, XVIII, 1-2, p. 159-185.

Bourgeot A., Terminologie de parenté et alliances matrimoniales chez les Kel Ewey (Twareg de l’Aïr oriental), 1984.

Gaubert E.-G, Les Kel Ewey. Groupement Touareg de l’Aïr, Mémoires des CHEAM, n° 1315, ronéo.

Jean C, Les Touaregs du sud-est. Leur rôle dans la politique saharienne, Paris, Larose, 1909, 361 p., carte, photo.

Laurent Cl., L’Aïr et ses gens, Mémoires du CHEAM, n° 4236, 1966, 45 p., ronéo.

Morel A., « Villages et oasis des Monts Bagzans », Revue de Géographie alpine, LXI, 1, 1973 : 247-266, fig. biblio, cartes, photos.

Nicolaisen J., Ecology and culture of the Pastoral Twareg, The National Museum of Copenhagen, 1963, 548 p., photo.

Rennel of Rodd Fr., Fond. Rodd : Royal Geographical Society, Londres, document (ni daté, ni signé) intitulé : « Itesan et Kel Geress aux dires du Sultan de Sokoto et d’autres » (traduction libre).

Triaud J.-L., « Hommes de religions et Tariqa dans une société en crise. L’Aïr au xixe et xxe siècle : le cas de la Khalwat-Iyya », Cahiers d’Études Africains, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. Bourgeot, « Bagzan », Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, p. 1312-1316

Référence électronique

A. Bourgeot, « Bagzan », in Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1255

Haut de page

Auteur

A. Bourgeot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page