Navigation – Plan du site
9 | Baal – Ben Yasla - Gabriel Camps (dir.)
B02

Bab Merzouka

(Maroc)
G. Souville
p. 1292-1293

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Maroc, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1A une dizaine de kilomètres de Taza, le long de la route de Fès, près de l’ancien poste militaire aujourd’hui transformé en ferme, s’étalent au moins deux stations néolithiques de surface découvertes en 1915 par X. de Cardaillac. D’autres récoltes ont été faites aux mêmes endroits ou à proximité par le capitaine Lafanechère, le commandant Martinie, P. Biberson et D. Grébenart.

2Ces stations ont livré quelques pièces en silex (racloir, lamelles, surtout éclats), des galets sommairement aménagés, des molettes, des pierres à cupules, de rares tessons de céramique, des fragments de haches et de nombreuses haches polies ou bouchardées ; ces dernières rappellent les haches relativement fréquentes au Maroc (Souville G., « Précisions sur la classification des haches polies du Maghreb », Miscelánea arqueológica, Barcelona, t. 2, 1974, p. 381-387) ; plus de quarante exemplaires sont conservés au musée de Rabat, où l’on peut noter la présence de six erminettes et de trois haches rappelant par leur forme à épaulement les haches en métal.

3L’élément caractéristique de cette industrie est représenté par de gros éclats et des « haches » taillées, de formes variées, mais toujours assez irrégulières ; on peut toutefois reconnaître parmi celles-ci des triangles plus ou moins allongés, des trapèzes, des rectangles. Les tranchants sont soit rectilignes, soit le plus souvent curvilignes ; elles sont toutes taillées à la pierre, à grands éclats, sur les deux faces mais la taille ne s’étend pas toujours à la totalité des deux faces. Notamment dans la partie du tranchant, certains enlèvements ont provoqué un amincissement de la pièce. Les arêtes produites par la taille ont souvent été écrasées, parfois par une sorte de bouchardage que l’on peut retrouver sur le bord des outils. Dans certains cas, deux tranchants ont été utilisés. Des évidements latéraux supposent un emmanchement. La matière première est variée (roches gréseuses, schistes ferrugineux, feldspathiques, microgranits, dolérites, andésites), mais généralement empruntée au djebel Tazzeka voisin. Elles sont très abondantes (171 sont conservées au musée de Rabat).

4L’ensemble a été ramassé à même le sol et sur une aire restreinte. Plusieurs stations de la région ont livré un outillage comparable, en altitude près de la daïa Chiker (Groubé W., « La station préhistorique de la daya Chiker (région de Taza) », Bull. Soc. Préhist. Maroc, t. 11, 1937, p. 31-41) et en plaine, où elles sont particulièrement nombreuses entre Bab Merzouka et l’oued Bou Hellou, affluent de l’Inaouen. C’est dans la même région que se trouve la station de traits polis de l’oued Zireg (Grébenart D. et Pierret B., « Traits polis et cupules de l’oued Zireg (province de Taza, Maroc) », Libyca, t. 14, 1966, p. 329-336).

5Cette industrie semblait très particulière et limitée à la région de Taza ; on ne connaît rien de comparable en Afrique du Nord, même dans le « Mahrouguetien ». Depuis, des outils identiques ont été retrouvés en très grand nombre dans le Sud marocain, dans la région d’Akka (Bensimon Y. et Martineau M., « Le néolithique marocain en 1986 », L’Anthropologie, t. 91, 1987, p. 636) et surtout dans la région de Marrakech, dans plusieurs sites du Haouz où 150 objets ont été considérés, probablement avec raison, comme des houes (Rodrigue A., « Un néolithique agricole dans le Haouz », Bull. Archéol. marocaine, t. 16, 1985-1986, p. 89-98). A Bel Hachmi, dans la même région, un site a fourni près de 6 000 pièces.

6Mais ces outils taillés, recueillis en surface, sont difficiles à situer chronologiquement. Ils peuvent sans doute être attribués à des agriculteurs néolithiques.

Haut de page

Bibliographie

Cardaillac X. de, « La station néolithique de Bab Merzouka », Bull. Soc. Borda, Dax, t. 45, 1921, p. 173-189.

Lafanechère R., « Contribution à la préhistoire de la région de Taza (Maroc) », Bull. Soc. préhist. jr., t. 57, 1960, p. 60-63.

Grébenart D., « Prospection archéologique dans la région de Taza (Maroc). Préhistoire et Protohistoire », Libyca, t. 15, 1967, p. 152-154.

Souville G., « Note préliminaire sur l’industrie de Bab Merzouka (Maroc) », Congrès panafricain Préhist., actes 6e session, Dakar, 1967 (Chambéry, 1972), p. 83-85.

Bensimon Y. et Martineau M., « Les houes néolithiques de la région de Marrakech (Maroc) », L’Anthropologie, t. 91, 1987, p. 689-691.

Bensimon Y. et Martineau M., « Les outils terriens du Maghreb. Les houes de Bel Hachmi (Maroc) », Bull. Musée Anthr. préhist. Monaco, t. 31, 1988, p. 49-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Souville, « Bab Merzouka », Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, p. 1292-1293

Référence électronique

G. Souville, « Bab Merzouka », in Encyclopédie berbère, 9 | Baal – Ben Yasla [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1239

Haut de page

Auteur

G. Souville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page