Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A318

Augila

W. Vycichl et K.-G. Prasse
p. 1050-1055

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Fezzan
Haut de page

Texte intégral

1Augila (Aoudjila, Awgila) est le nom d’une oasis au sud de la Cyrénaïque située approximativement au milieu du quadrilatère Benghazi — Djaghoub — Taïzerbo — Zeila, à une distance de 250 km de la Grande Syrte. Augila n’est que le nom de l’oasis occidentale qui forme, avec celle de Djalo et la petite palmeraie de Djikerra un groupe de trois oasis dans une plaine sablonneuse. Augila se trouve à l’ouest, à 24 km de Djalo. Elle doit sa végétation, surtout ses palmeraies, à une nappe phréatique abondante et peu profonde. Ses nombreux puits permettent la culture de céréales, d’oignons, de fèves, de légumes et de la luzerne. Il y a aussi quelques figuiers et grenadiers. La population, en majeure partie berbérophone, vit dans des maisons en briques crues ou dans des huttes, en partie groupées dans l’agglomération ou disséminées dans les jardins. Les mosquées rappellent le rôle qu’y a joué la confrérie religieuse des Senoussis. La mosquée de Djikerra est construite en bois de palmier.

Sources (W. Vycichl)

2Antiquité. Le premier auteur de l’antiquité qui mentionne Augila est Hérodote (IV, 172) : « Les Nasamones, une peuplade nombreuse, voisins des Auschises et des Psylles, laissent aux bords de la mer leurs troupeaux et montent au lieu dit Augila pour y récolter les dattes qui y poussent en abondance ». Hérodote situe Augila à une distance de 10 jours des Ammoniens (IV, 182), c’est-à-dire de l’oasis de Siwa et à dix jours des Garamantes (IV, 183). Par la suite l’oasis est mentionnée par plusieurs auteurs classiques (Pline V, 226 ; Ptolémée IV, 5, 20, 30 ; Pomponius Mêla, 23, 46). Procope (De aedificiis, 6, 2, 12) y distingue deux villes portant le même nom. Il y avait aussi un temple d’Ammon. Elle rappelait, selon Strabon (XVII, 23), l’oasis d’Ammon (l’oasis de Siwa) par son aspect, ses palmeraies et l’abondance de l’eau).

3Moyen Age. Ibn Hauqal (xe siècle) rattache Augila à la province de Barqa. Al-Bakri (xie siècle) connaît Augila comme nom d’une région. La ville s’appelait Arzaqīya. Elle possédait plusieurs mosquées et bazars. Al-Bakri mentionne aussi les nombreux palmiers-dattiers. Al-Idrīsi (xiie siècle) cite Augila comme petite ville, bien peuplée, dont les habitants s’adonnaient au commerce caravanier. C’est par Augila qu’on passait au pays des Noirs, vers Kawar et Kouba. Il fait également mention des dattes et des légumes qu’on y cultivait. Léon l’Africain (xvie siècle) connaît trois châteaux et plusieurs villages. Il y avait peu de blé et on en importait d’Égypte. Augila était situé à l’intersection de grandes routes caravanières.

4Temps modernes. En 1640 les Turcs s’emparent de l’oasis. Le premier Européen à donner une description d’Augila est Friedrich Hornemann (1798) qui s’y arrête lors de son voyage de Tripoli à Alexandrie. La relation de J.-R. Pacho (1827) présente non seulement une description de l’oasis, mais aussi des gravures ainsi que le vocabulaire berbère recueilli sur place par Frédéric Müller. Nous possédons une autre description par James Hamilton qui visita l’oasis en 1852. Ensuite, ce sont deux Allemands qui nous donnent des renseignements : Von Beurmann en 1862 et G. Rohlfs en 1869 qui précisent que l’oasis n’était peuplée que par des Berbères. Rohlfs étudia la langue. Par la suite l’oasis est occupée par les Senoussis qui empêchent tout étranger de s’y approcher. Seule une Anglaise, J. Rosita Forbes y parvient en 1920, accompagnée d’un Égyptien, Ahmad Muhammad Hasanain Bey. En 1927, le Colonel É. de Agostini publie une étude sur Augila et Gialo (Djalo). En 1928 Augila est occupée par les Italiens qui y restent jusqu’en 1943. C’est à partir de cette période que nous disposons de renseignements plus précis. Nous citons la description que donne Fr. Beguinot dans l’Enciclopedia Italiana en 1930, ainsi que l’étude d’Émilio Scarin, géographe, sur les oasis de la Cyrénaïque parue en 1937.

Population

5A l’époque de Pacho, au début du xixe siècle, le population d’Augila s’élevait à 10 000 personnes dont 3 000 guerriers. Un bey, Abou Zeid Abdallah payait un tribut annuel de 10 000 réaux espagnols au pacha de Tripoli. Le chef-lieu Aoudjelah se trouvait au milieu d’une immense palmeraie entourée d’une plaine de sable rougeâtre. L’oasis était peu fertile et beaucoup des habitants gagnaient leur vie comme guides de caravanes allant à Benghazi, à Siwa, en Égypte, au Soudan et à Tombouktou.

6Par la suite on assiste au déclin de l’oasis. En 1930 il n’y avait que 1 500 personnes à l’oasis, des émigrés au nombre de 800 vivaient à Benghazi, à Koufra et en Égypte. La population berbère comprend 4 groupes : el-Hāti (850 personnes), es-Subxa (900) considérées comme autochtones es-Sarāhna (350) et ez-Zaqāqna (prononciation locale ez-Zagāgna) (200), auxquels s’ajoutent un petit groupe de Madjabra (el-Magābra) arabophones. Le chef-lieu, Djalo, groupait 2 700 habitants divisés en 14 familles, répartis entre El-Lebba et El-Erg (arabe : Al-’Irq). La palmeraie de Šxerra (Žxerra) (Djikerra, en Italien Gicherra), oasis située au nord-ouest d’Augila, n’était habitée que par 400 personnes, si bien que toute la population de l’oasis ne dépassait pas 3 600 personnes. J. Mason a publié une étude historique et ethnographique sur l’oasis. D’après la statistique officielle le nombre des habitants s’élevait en 1964 à 2 906 personnes (714 foyers), Mason donne pour 1971 seulement 1 796 (286 foyers). Son étude sociologique porte sur la répartition des familles, l’Islam, les jardins, les mariages et les fêtes, mais n’apporte rien sur le berbère, langue de l’oasis.

AWJILI, parler berbère d’Augila (K.G. Prasse)

7awjili [žlan n-Awilən ?] « parler berb. des Awjilins », nom berb. des habitants d’Awjila [ašal n-Awilən] « pays des Awjilins ». Le nom usuel de l’oasis, qui semble étranger au parler berbère local, est connu depuis l’antiquité (Augila) et nous a été transmis par les Arabes (Awğila, Awžila, Ožila). Le nom berb. de l’oasis semble avoir pour base (comme celui de Siwa) un nom de tribu : les Awilən. Un individu de la tribu s’appelle Awil « un Awjilin », qui est homonyme de awil « parole, mot, discours » (< awal, cf. § A.8) qui, lui, a pour pluriel local žlan d’étymologie incertaine (racine √ghl ?). Ce pluriel est connu en siwi dans la forme žilan, au moins dans l’expression žilan n-Isiwan « parler des Isiwan ». — Cet article se fonde principalement sur les matériaux d’U. Paradisi, très sûrs et détaillés dans la notation, mais de volume trop insuffisant pour donner un tableau complet du parler.

A. Phonologie :

81. La spirantisation de consonnes occlusives et inconnue. 2. La semi-occlusion de dd et tt géminés est inconnue. 3. La palatalisation sporadique de s, z et parfois de k, g est attestée : əkrəš < əkrəs « lier », ažikər < izikər « corde grosse », ašal < akal « pays », əmžər < əmgər « moissonner ». On note sous ce chef la forme š (ž) très fréquente du préfixe du causatif s, et d’autre part le passage de əns « passer la nuit » et de ənz « ê. en vente » à iš, iž. 4. Les vélaires et uvulaires labialisées sont inconnues, y compris ggw < ww (p. ex. zəwwəɣ « il est rouge »). 5. La labiale spirante sonore β correspond à h ou zéro touareg et à zéro (w, y) du berb. du N. en général ainsi défini est connu aussi dans le parler de Ghadamès), p. ex. : aβəṭ « nuit » (ghad. eβäḍ, tou. ehăḍ, kab. iḍ). L’awjili a pourtant moins de ces β que le ghadamsi (noter aɣ [aḫ] « prendre » ghad. aβəε, tou. ahəɣ). 6. ɣ final est passé à ħ [aħ] « prends » mais yuγa « il prit », uγ« je pris »). 7. Le système vocalique comprend certainement trois voyelles pleines a, i, u phonèmes autonomes. En outre une voyelle ə qui a peut-être aussi le statut de phonème, étant donné qu’elle a une place très stable et alterne peut-être avec zéro. P. ex. : aləmad « apprendre » (tou. alămad, n. verbal de əlməd 3e personne sg./pl. yəlməd/əlmədən ; ərəš « descendre » (ghad. ärəs tou. ərəs). Ce problème, ainsi que celui de certains e dans les pronoms, même dans les meilleures notations, reste irrésolu pour le moment. Il faut enfin envisager la possibilité que la voyelle ə renferme en réalité deux phonèmes distincts ə et ä, tous les deux de timbre central (cp. ghadamsi). Cp. les notations aləmad « apprendre », aräšak « peigner », arăwal « fuir », anaṭar « laisser », pour une forme unique du nom verbal ( ?). La graphie de cet article n’est qu’un essai. ə initial semble réalisé souvent comme [ă] et est difficile à distinguer de a plein. 8. On note une fréquence insolite pour le passage de a > i, p. ex. : awil < awal « parole », dit < dat « devant », imin < aman « eau », etc.

B. Pronoms et adverbes :

91. Le pron. personnel suff. rég. dir. a une série normale et une série particulière employée après verbe à voyelle a finale (qui tombe) : yənγ-it/itən « il le/les tua » ( < yənγa-it), yəqqən-t/tən « il le/les attacha ». Les pron. suffixes ne semblent jamais précéder le verbe ni en prop. relative ni après les particules a et wər. 2. Le pron. pers. suff. rég. ind. est -is/isin < -as/asən selon § A.8. 3. Le pron. pers. possessif simple : double série : -əs/sin « lui/eux » (après prép.) ; -əs/tsin « son/leur » (après nom de parenté). 4. Le pronom d’appui : singulatif : m. wa/wi, f. ta/ti « celui/ceux, celle/celles » + relative ou n prép. du complément possessif, collectif ala [əla ?] <ara, tou. hărăt « ce ». On a relevé aussi wasa (ghad. was) « quiconque ». 5. Les suffixes déictiques de nom primitifs -a et -i sont attestés (p. ex. ašf-a « aujourd’hui », ammud-i « (à) la mosquée » (cf. § C.3.). Pour l’usage courant le parler a cependant créé à base de a, i, semble-t-il, une triple série de suffixes devenue déclinable en nombre : sg./pl. aya (ou e, cf. § A.7)/iya « ce... ci » (proximité) ; iwan/idanin « ce... là » (éloignement) ; idin/ ? « ce... en question » (rappel ? absence ?). On relève aussi -ək (-ek < ayək ?)/iyak qui semble être plus ou moins synonyme de aya/iya, mais qui contient peut-être une particule d’identification à rapprocher de kabyle -gi (agi). 6. Les pronoms démonstratifs simples wa/wi, f. ta/ti ne sont attestés que dans la fonction de pron. d’appui (v. § 4) et comme complément des interrogatifs (§ 8). A base de ceux-ci il s’est formé une triple série de pronoms composés avec les suff. déic. du § 5 : m. waya (ou we, cf. § A.7.)lwiya, f. taya (te)/tiya « celui-ci » (proximité) ; m. wiwan/widanin, f. tiwan/tidanin « celui-là » (éloignement), [widin] ( ?) — à côté de m. wəsk (wek ?)/ ?, f. tək (tek ?)/ ? synonyme de waya ( ?, cp. kab. wagi). 7. Les adverbes de lieu : mal attestés ; triple série ( ?) : dila « ici », diliwan « là », [dilidin]( ?) — à côté de dilak (cf. kab. ðagi) ; avec sens partitif : sila « d’ici », [siliwan, silidin]( ?) ; silak ; on a relevé aussi dəššiwan (< dəs-siwan) « là-bas » et d’autre part tudik « ainsi ». 8. Les pronoms indéfinis : singulatif : m. iwin, f. iwat ou iwinan, f. iwatan « quelqu’un », collectif : kera « quelque chose ». 9. Les termes interrogatifs : di, « quoi ? », mani « qui ? », diwa « quoi, quelle chose ? », magwa/magwi, f. makta/makti « lequel ? », af-a = af-iwa = af-diwa « pourquoi ? », mmin (mmên ? cf. § A.7) « quand ? »

C. Nom :

101. Les états libre et d’annexion ne sont pas distingués. La forme unique du pluriel semble correspondre à l’état d’annexion comme en nefousi : afunas/funasən « bœuf », f. tfunast/tfunastin « vaches », mais le masculin aurait alors perdu son yə- initial par analogie avec le féminin. La forme unique du sg. comporte une voyelle d’état a au m., a ou ə au f. Les noms dont les deux premières radicales forment groupe perdent le plus souvent leur voyelle initiale au m. Ces faits font croire qu’il existe deux types de noms : un qui a une voyelle d’état pleine a au sg. et un qui y a une voyelle abrégée ə ou zéro ([‘ă] en initiale absolue ?), p. ex. : azuwar/zuwarən, f. tazuwart/tzuwarin [dz-] « gros », atrar/trarən, f. tatrart/tətrarin « nouveau », mais : afu-nas [‘ă- ?]/funasən, f. tfunast/tfunastin « bœuf », zwaɣ/zwaɣən, f. tzwaɣt/tzwaγin « rouge ». — Il est donc possible que l’awjili appartient au groupe de parlers dit zénètes (rifain, qsours oranais, mzabi, wargli, šwiyya) qui ont une voyelle d’état ə ou zéro (tou. ă obligatoirement bref) dans certains noms à voyelle pleine après la première radicale, p. ex. dans : afus [‘ăfus ?] « main », tɣardimt « scorpion », (les formes əfus et tγardəmt ont été notées par T.F. Mitchell dans le dialecte de Zwara).

112. Les pluriels internes ont parfois la voy. i < a selon § A.8, p. ex. : afus/fissən (< ifassən) « main ». 3. Il y a peut-être lieu d’établir un cas local à suffixe i analogue à celui du ghadamsi, p. ex. : ammud-i « à la mosquée ». S’agit-il du suff. déicti-que i connu en touareg ( ? cf. § B.5.). On note en effet que le sens est déterminé (ghad. indéterminé).

D. Verbe :

121. Les suffixes personnels du système normal présentent : 1. sg./pl. -ḫ/nə-, 2. sg./pl. tə-ət/tə-əm, 3. sg./pl. yə-, f. tə-/-ən. 2. Le parfait particulier des verbes de qualité a conservé le système primitif qui implique : 1. sg. -aḫ, 2. sg. -at, 3. m.sg. -(zéro), 3. f.sg. -ət/pl.c. -it. 3. Le participe a pour tous les verbes, semble-t-il, la forme voulue pour les verbes de qualité, c.-à-d. sans préfixes, mais avec les désinences : m. -ən, f. -ət/pl.c. [-nin]( ?), p.ex. : wasa ammudan « quiconque fait la prière ». 4. Le parfait négatif à voy. -i- devant la dern. radicale semble inconnu. La négation est normalement -ka postposé, mais wər [ur] ou wəl [ul] est attesté. 5. Un parfait intensif tout à fait particulier à l’awjili (et au siwi) est en revanche à enregistrer. Il se forme par adjonction d’une désinence -a (ya après voyelle) au parfait normal, qui reçoit en outre une voyelle -i- devant la dernière consonne si la place n’est pas occupée par une voyelle pleine déjà. P. ex. : yəffud-a « il a soif », yəttif-a « il a saisi », (< yəṭṭef), yəfka-ya « il a donné ». Les lre pers. sont əffudiḫ-a, əṭṭifḫ-a, əfkiḫ-a, donc, si possible, avec une voyelle i additionnelle devant la désinence quand le thème comprend déjà une voyelle pleine à la place devant la dernière radicale. Cette forme est donc légèrement plus archaïque que son pendant siwi et permet encore mieux d’envisager qu’elle s’est développée à partir de celle dite du parfait négatif ailleurs, et dont on connaît également des emplois sans négation. 6. L’imparfait a la particule a- (< ad et sporadiquement notée avec gémination du préf. personnel). Celle-ci s’ajoute au thème du parfait, semble-t-il, comme on le connaît aussi pour le futur particulier du ghadamsi, p.ex. : a-yurəβ « il écrira » (< arəβ), a-yəffud, « il aura soif ». Mais comme en ghadamsi, les parfaits de certains verbes faibles perdent alors leur voy. finale : a-yəfk(< yəfka) « il donnera ». — On ne sait pas si le thème de l’impf. proprement dit peut s’employer sans particule a-, comme en ghadamsi (mais en tous cas celui-ci est à la base de l’impératif et de l’imparfait intensif : arəβ « écris », itarəβ « il écrit »). 7. L’imparfait intensif a la forme normale en berb. du nord et semble demander le préf. pers. i- (non pas yə-) : iləmməd « il apprend », itarəβ, « il écrit », isəlla « il entend » (avec a final conservé). 8. Les verbes dont l’impf. se termine en -u semblent disparus (passés à la conjugaison sans voyelle finale à l’impf. ?).

E. Vocabulaire :

131. Les noms de nombre sont mal connus. « Un » se dit iwin, f. iwat ( < *yīwān selon § A.8), forme assez archaïque à comparer avec kab. yiwən ( < *yīwān) et d’autre part tach. yan (< yiyan < *yīwān). On a relevé aussi la forme élargie iwinan, iwa-tan. 2. On note la particule de proposition nominale d « il est, il y a ».

Haut de page

Bibliographie

Les sources antiques

Voir l’article « Augila » dans Pauly-Wissowa, Real-Encyclopaedie des classischen Altertums, vol. II, col. 2 423, Stuttgart, 1896.

Leclant J., Per Africae sitienta, témoignages des sources classiques sur les pistes menant à l’oasis d’Ammon, Le Caire, 1950.

Desanges J., Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962.

Rebuffat R., « Routes d’Égypte de la Libye intérieure », Studi Magrebini, III, 1970, p. 1-20.

Rebuffat R., « Zella et les routes d’Égypte », Libya antiqua, VI-VII, 1969-1970, p. 181-187.

Moyen Age

Ibn Hawqal, éd. de Slane, Journal asiatique, 3e série, XIII, p. 163.

El Bekri, Description de l’Afrique septentrionale, éd. de Slane, p. 32.

El Idrisi, Géographie, éd. Jaubert, I, p. 248.

Léon J., L’Africain, Description de l’Afrique, éd. Ch. Epaulard, Paris, 1956, p. 456.

Voyageurs contemporains

Hornemann C., Voyage dans l’Afrique septentrionale, 1798, traduit de l’anglais (The Journal of Frederich Hornemann’s travels, from Cairo to Mourzouk, London, 1802). 2 vol. , Paris 1803.

Pacho J.-R., Voyage dans la Marmarique et la Cyrénaïque et les oasis d’Aoudjelah et de Mara-deh et dans plusieurs oasis au sud de ces contrées fait dans les années 1824 et 1825, 2 vol. , Paris, 1827.

Hamilton J., Wanderings in North Africa, London, 1856.

Beurmann M., Von Reise von Bengazi nach Udschila und von Udschila narch Murzuk.

Petermann’s Mitteilungen, Ergänzungsband, II, Gotha, 1863. Rohlfs G., Von Tripolis nach Kufra, Bremen, 1871.

Rohlfs G., Kufra, Reise von Tripolis nach der Oase Kufra. Ausgeführt im Auftrage der Afrikanischen Gesellschaft in Deutschland, Leipzig, 1881.

Forbes J.-R., The secret of the Sahara, London, 1921.

Hasanain Bey, Ahmad Muhammad, The lost travels in the Libyan desert, London, 1925.

Agostini E. de, Notizie di Augila, Gialo, Studi e monografie coloniali, Governo della Cirenaica, Ufficio Studi, Bengazi 1927.

Étude de la langue

Basset A., « Siwa et Aoudjila, problème verbal berbère », Mélanges Gaudefroy-Demombynes, Le Caire, 1935-45, p. 279-300.

Basset A., « Siwa, Aoudjila et Imeghran », Annales de l’Institut des Etudes orientales d’Alger, t. 2, 1936, p. 119-27.

Beguinot F., « Gli studi berberi dal 1919 al maggio 1922 », Rivista degli Studi Orientali, IX, 1922, p. 382-408.

Beguinot F., « Sul trattamento delle consonanti b, v, f, in berbero », Rendiconti della R. Accademia dei Lincei, vol. 33, Roma, 1924, p. 186-99.

Beguinot F., « Augila », Enciclopedia italiana, vol. V, Roma, 1930, p. 335-6.

Beurmann von « Brief an Professor Fleischer », ZDMG, 16, 1862, p. 563-5.

Muller F., « Vocabulaire du langage des habitants d’Audjelah », in Pacho : Relation d’un voyage dans la Marmarique, Paris, 1827, p. 319-52.

Paradisi U., « Il berbero di Augila : materiale lessicale », Rivista degli Studi Orientali, XXXV, 1960, p. 157-77.

Paradisi U., « Testi berberi di Augila (Cirenaica), Ann. Istit. Univ. Orient. Napoli, X, 1961, p. 79-91.

Scarin E., « Le oasi cirenaiche del 29° parallelo », Ricerche ed osservazioni di geografia umana, Firenze, 1937.

Vycichl W., « Augila, Studien zur nordafrikanischen Toponomie », Museon 84, 1973.

Zanon F., « Contributo alla conoscenza linguistico-etnografica dell’oasi di Augila », Africa Italiana, Roma, 1933, p. 270-6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

W. Vycichl et K.-G. Prasse, « Augila », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 1050-1055

Référence électronique

W. Vycichl et K.-G. Prasse, « Augila », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1220

Haut de page

Auteurs

W. Vycichl

Articles du même auteur

K.-G. Prasse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page