Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A316

Attitudes (Touaregs)

H. Claudot-Hawad
p. 1046-1050

Entrées d’index

Mots clés :

Ethnologie, Touareg
Haut de page

Texte intégral

Systèmes des attitudes chez les Touaregs

1Les manières d’être et de se comporter s’expriment en touareg par le terme général de taγara.

2Dans le champ de la parenté, ces attitudes fixées par les normes sociales ont été classiquement analysées comme un ensemble structuré (cf. M. Gast, 1976, p. 50. H. Claudot, 1982, p. 196-200).

3Si la relation entre parents « croisés » est généralement détendue, celle qui prévaut entre parents « parallèles » est au contraire fondée sur la réserve et le contrôle de soi.

4Ainsi, le comportement mutuel des cousins croisés est très libre, se déroulant sur le mode de la plaisanterie (ezebubez en tamajaq ou ezebubeh en tamahaq signifie à la fois le fait de se taquiner et d’être cousins croisés). De même, entre les neveux utérins et leur oncle maternel se manifestent des comportements d’affection et de familiarité, doublés d’une solidarité économique ostentatoire. En effet, le fils de la sœur est libre de puiser dans le bien de son oncle sans que ce dernier ne puisse s’en offusquer.

Attitude féminine (photo P. Echard).

Attitude féminine (photo P. Echard).

5Au contraire, la relation officielle entre frères et sœurs apparaît tendue et dissymétrique. Le cadet (amadray) éprouve de la gêne, de la pudeur (keruked) et une crainte ou timidité respectueuse (samγar) à l’égard de son aîné (amaqqar) qui lui oppose réserve et autorité.

6Ce type d’attitude s’apparente à celle qui s’instaure, toujours dans une situation protocolaire, entre les enfants et les parents. En présence d’un aîné, par exemple, les hommes qui ne peuvent physiquement s’éloigner, parviennent à s’effacer littéralement de l’assemblée en adoptant une attitude éteinte et impassible, le voile relevé jusqu’aux yeux, immobiles et muets, restant parfois prostrés pendant des heures (cf Textes Touaregs en Prose, 1984, p. 69).

7L’attitude de respect, ainsi, exige de masquer sa bouche et de s’interdire toute action « matérialiste » qui lui est associée comme boire ou manger. Les hommes relèvent leur voile haut sur le visage, tandis que les femmes peuvent rabattre sur les lèvres un pan de leur voile de tête ou encore les dissimuler sous les doigts repliés de la main, l’index prenant appui sur le nez, posture très fréquente.

8Si « la relation entre oncle maternel et neveu est à la relation entre frère et sœur comme la relation entre père et fils est à la relation entre mari et femme » (Lévi-Strauss, 1974, p. 51), on peut immédiatement déduire les corollaires des comportements déjà décrits et bâtir le système des attitudes dans l’atome et parenté comme suit :

9Bien que la relation entre époux soit « empreinte de dignité et de discrétion » (Gast, 1974, p. 194), sa manifestation publique, à l’inverse des rapports entre aîné et cadet ou père et enfants, ne fait pas l’objet d’un évitement. Ibn Battuta, voyageant dans le Sahara, relevait déjà les relations détendues entre époux, s’étonnant que le mari tolère que sa femme et son ami, assis côte à côte, s’entretiennent et plaisantent en sa présence.

10En fait, dans une assemblée de gens d’« honneur », avec lesquels il s’agit de tenir son rang, la position maritale des individus s’efface devant le rôle qu’ils endossent de représentants de leur groupe d’origine.

Attitude masculine (photo M. Gast). Attitude de réserve.

Attitude masculine (photo M. Gast). Attitude de réserve.

11Avec les parents de l’époux ou de l’épouse, enfin, ce sont les relations d’évitement et de honte qui dominent. Par contre, les alliés de même génération peuvent plaisanter entre eux (eselegges désigne à la fois le fait d’être beaux-frères et la relation détendue qui les lie) à la manière des cousins croisés.

12A l’échelle des divers groupements (tribus, fractions de tribus) qui constituent les confédérations touarègues, se retrouvent des modèles d’attitudes stéréotypées comparables à ceux qui existent entre parents. L’histoire orale, du reste, interprète souvent sur le mode parental les liens qui unissent ces unités. Les différences hiérarchiques entre groupements sont dans ce cas ramenées aux positions généalogiques distinctes de leurs ancêtres fondateurs (cf H. Claudot, 1982, p. 56-65). Par exemple, dans un contexte matrilinéaire, l’équivalence de deux tribus (tawsit), vues comme des groupes de descendance utérine, se traduit par une parenté reconnue entre leurs aïeules qui sont « sœurs », tandis que la « descendance d’un frère » est toujours placée au second plan, celui des parents qui n’héritent pas. De même, l’écart de naissance entre ascendants marque toujours la subordination des uns par rapport aux autres. Par exemple, chez les Kel Ahaggar, le groupe suzerain Kel γela a pour ancêtre Ti-n-Hinan alors que les tributaires seraient issus de sa sœur cadette Takama (parfois décrite également comme sa servante).

Aparté entre deux chefs de tribus de rangs différents (Kel γela et Iregenaten, photo M. Gast).

Aparté entre deux chefs de tribus de rangs différents (Kel γela et Iregenaten, photo M. Gast).

13Entre unités équivalentes et donc rivales, appartenant à la même confédération, existe un comportement appelé tamenjaq en tamajaq (tamañhaq en tamahaq) ou encore éhennemu chez les Touaregs du sud-ouest (Kel Tademekkat), qui est basé sur la compétition d’honneur. Nulle négligence, nul abandon de soi ne doivent être exposés à l’autre qui profiterait de toute faiblesse pour assurer sa supériorité. Ce rapport exige donc une attitude très stricte et tendue, justifiant à chaque instant le rang des personnes en jeu (cf H. Claudot et M. Hawad, 1982).

14Par contre, des attitudes de plaisanterie assimilées au comportement des cousins croisés peuvent lier des groupes de rangs différents.

15De nombreuses formes de coopération comme teneblega qui associe des personnes non apparentées ou à un autre degré tenemulla, rapport de parenté fictive entre esclaves d’un même maître, correspondent également à des attitudes détendues qui rappellent la relation entre cousins croisés et sont désignées dans certains cas (teneblega) par le même terme (ezebubez).

Haut de page

Bibliographie

Claudot H., « Techniques du corps en milieu touareg », Cahiers du G.I.S., n° 2, CNRS, 1980, p. 17-27.

Claudot H., « Le geste fait social total ? », Geste et Image, n° 1, SERDAV, 1980, p. 17-20.

Claudot H., La sémantique au service de l’anthropologie, Recherche méthodologique et application à l’étude de la parenté chez les Touaregs de l’Ahaggar, CNRS, Paris, 1982, p. 273.

Claudot H., Hawad M., « Coups et contre-coups : l’honneur en jeu chez les Touaregs », Annuaire d’Afrique du nord, CNRS, 1982, p. 793-808.

Drouin J., « De quelques postures usuelles et rituelles (Note d’ethnolinguistique touarègue) », Geste et Image, n° 5, 1985, éd. Quatre Vents, p. 67-89.

Duveyrier H., Les Touaregs du nord, Challamel, Paris, 1864, p. 499.

Gast M., « Matériaux pour une étude de l’organisation sociale chez les Kel Ahaggar », ROMM, 1974, n° 13-14, p. 395-400.

Gast M., « Les Kel Rela : historique et essai d’analyse du groupe de commandement des Kel Ahaggar », ROMM, 1976, n° 21, p. 47-66.

Lévi-Strauss C., Les structures élémentaires de la parenté, Paris/La Haye, Mouton, 1967, p. 591, (Ie éd. 1949, Paris, PUF).

Morel Dr. M.H., « Remarques sur la vie mentale et les gestes des Touaregs de l’Ahaggar », Trav. de l’I.R.S., t. IV, 1947, p. 127-144.

Nicolaisen J., Ecology and culture of the pastoral Tuareg — with particular reference to the Tuareg of Ahaggar and Ayr, 1963, National Museum, Copenhagen, p. 548. Textes Touaregs en prose de Foucauld Ch. de. et Calassanti-Motylinski A. de., édition critique avec traduction par Chaker S., Claudot H. et Gast M., Édisud, Aix-en-Provence, 1984, p. 359.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Attitude féminine (photo P. Echard).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1219/img-1.png
Fichier image/png, 713k
Titre Attitude masculine (photo M. Gast). Attitude de réserve.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1219/img-2.png
Fichier image/png, 705k
Titre Aparté entre deux chefs de tribus de rangs différents (Kel γela et Iregenaten, photo M. Gast).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1219/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Claudot-Hawad, « Attitudes (Touaregs) », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 1046-1050

Référence électronique

H. Claudot-Hawad, « Attitudes (Touaregs) », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1219

Haut de page

Auteur

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page