Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A313

Attawari

E. Bernus
p. 1032-1034

Entrées d’index

Mots clés :

Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Les Attawari, loin d’avoir « pratiquement disparu » (Attaouri, in Lhote 1980), constituent le 8e groupe de l’Arrondissement de Tchin Tabaraden (Niger), composé de cinq tribus comprenant 3 496 personnes en 1974.

2Dans l’Azawagh on prononce Attawari, déformation de Ayt Awari : c’est un des rares groupes touaregs nigériens dont le nom est formé de Ayt, fils de (pluriel de aw), alors que cet usage est courant chez les Berbères du nord (Ayt ῾Atta, par exemple). Ce sont des religieux (à titre collectif), qui portent les armes et qui se désignent eux-mêmes comme « guerriers-lettrés » (sous-entendu en arabe) (Ghubayd 1975, p. 9-10). D’après Urvoy (1936, p. 200), le droit de porter les armes leur fut concédé, par Attaferiš, lors de la scission des Iullemmeden entre Kel Dinnik et Kel Ataram, pour se concilier les tribus religieuses, à la fin du xviie siècle.

3Dans plusieurs traditions, le pays d’origine des Attawari est évoqué. Deux versions très proches, l’une se référant à des sources orales (Norris, 1975, p. 119-120), l’autre à un Tarikh (Boubou Hama, 1967, p. 102-106) donnent une origine médinoise aux Attawari, avec un homme Jafar, venu de Médine à Agadez où le premier sultan lui donna une épée en reconnaissance de sa valeur. Son fils se rendit au Touat et son petit-fils créa la ville d’In Teduq, lieu de pèlerinage situé à 60 km au nord de Tassara au Niger.

4Une tradition orale concernant les Attawari provient des habitants de Koloma dans l’Ader, près de Tahoua (Echard, 1975, p. 114) : elle évoque une migration commune de ces Aznas (population ancienne, souvent réputée païenne, adeptes de la religion de la nature : population aujourd’hui de culture haoussa) avec les Attawari, depuis Awari « un faubourg situé au nord de le Mecque ». De là, après un long voyage ils arrivèrent dans l’Aïr, à Anuankara (anu wa-n-karad signifiant « le troisième puits » en touareg), lieu situé au sud de Tegidda-n-Adrar et déjà habité par des Touaregs et des Aznas ; d’où le nom d’Anuankarawa donné aux habitants de Koloma. Ils poursuivirent en commun leur voyage vers l’ouest jusqu’à Birni Intodock (In Teduq), avant de prendre par étapes la place qu’ils occupent actuellement : c’est une des rares traditions qui associe deux groupes aux caractères antithétiques et qui ne les oppose pas comme c’est souvent le cas avec des nomades clairs refoulant des sédentaires noirs installés avant eux. Ce caractère original, de source paysanne noire, mérite d’être souligné. La tradition des habitants d’In Gall rapporte une même migration commune entre Isawaγan (noirs) et Išerifen (blancs) (Bernus E. et S., 1972, p. 18).

5Un Tarikh des Attawari a été recueilli par Djibo Hamani (1985, p. 41 et 148) qui situe au Fezzan leur origine : ils durent quitter ce pays après un affrontement avec des arabes ; ils séjournèrent ensuite longtemps dans la région de Djanet, puis dans la vallée d’Iferwan au nord de l’Aïr, avant de gagner Agadez.

6Dans les « Chroniques d’Agadez » (Urvoy, 1934, p. 156), les Attawari ne sont pas mentionnés en tant que tels, mais sous le terme collectif d’Iberkoreyan qui désigne aujourd’hui les Kel Eγlal, les Išerifan et les Attawari (du Songhay boro kworey, homme blanc comme l’avait suggéré P.F. Lacroix ; hypothèse reprise, bore kwore, en Djerma, par Ghubayd (1975, p. 20). Ces Iberkoreyan ou Balkoray sont cités comme une des cinq tribus de la confédération Sandal (Itesan) partie à la recherche d’un Sultan pour l’Aïr au début du xve siècle. Les Iberkoreyan arrivés dans l’Aïr, avec les premiers groupes nomades berbérophones, furent refoulés à l’ouest du massif à In Teduq où ils fondèrent une cité ; ils en furent chassés au milieu du xviie siècle par un chef d’origine Dahusahak nommé Khadakhada (Ghubayd, 1975, p. 19-22). Les Iberkoreyan précédèrent les Kel Nan et les grandes tribus nobles des Iullemmeden Kel Dinnik, au début du xviiie siècle selon leur propre tradition. Dès lors, l’amenokal, détenteur de l’eṭṭebel, chef politique et guerrier, est choisi dans la tribu noble des Kel Nan, alors que l’imam, chef religieux, appartient aux Iberkoreyan.

7Ce partage du pouvoir est rompu au début du xixe siècle par la révolte des Iberkoreyan, conduite par El Jelani, qui réduit à merci les imajeγan de l’aristocratie (1809-1915). El Jelani appartient à une famille des Attawari d’après de nombreux auteurs (Urvoy, 1936, p. 204-207 ; Nicolas, 1950, p. 57 ; Norris, 1975, p. 34) ; seul Ghubayd (1975, p. 147) dit qu’El Jelani appartenait aux Kel Eγlal mais avait été élevé chez les Attawari. Pendant cette brève période il concentre entre ses mains les deux pouvoirs : les Iberkoreyan le font figurer dans la liste des amenokal, alors que les Kel Nan refusent cet inter-règne : « l’épisode d’El Jelani, bien que reconnu et sa victoire admise, n’interrompt pas pour autant le règne de Yamenokal légitime, Khatutu, dont la fonction, même dépourvue de tout pouvoir, n’est pas pour autant supprimée » (Bernus, 1981, p. 345).

8Les Iberkoreyan aujourd’hui sont formés de cinq tribus Attawari, dix Kel Eγlal et dix Išerifan. Les Attawari constituent un groupe indépendant formé par l’administration coloniale en 1945 pour démanteler l’organisation traditionnelle, en punissant un chef qui s’était opposé à elle par scission de son groupe.

9Les Attawari nomadisent actuellement aux environs du puits d’Asos (sud d’Abalak) et de la station de pompage d’Akarana (au sud-est de Tchin Tabaraden).

Notes sur les Iberkoreyan

101. La marque de propriété (éjwel) des Attawari est appelée mim et est portée derrière l’oreille des chameaux sur le côté droit. Le grand érudit des Kel Eghlal, Khamed Ibrahim, nous a fait remarquer que les marques des Attawari (mim) des Isherifan (taγamimt) et des Kel Eghlal (dal) représentent les caractères arabes (M + HM + D) formant le nom du Prophète : il s’agit de trois groupes constitutifs des Iberkoreyan.

112. Dans l’Azawagh aujourd’hui le terme d’aberkorey (pluriel iberkoreyan) se définit selon deux critères distincts et presque contradictoires. Le premier fait référence à un groupe social de la hiérarchie touarègue comprenant des tribus précises d’une nomenclature établie par les Iberkoreyan eux-mêmes. Le second est chargé seulement d’un jugement de valeur négatif par rapport à l’Islam (« mauvais musulmans », « peu instruits », etc.), pouvant être attribué à n’importe quel groupe ou n’importe quel homme à titre collectif ou individuel. Certains Kel Eghlal pensent que cette connotation péjorative vient des Imajeghan de l’aristocratie guerrière : ceux-ci dénient toute valeur à ceux qui font ou ont fait ombre à leur gloire ou à leur pouvoir ; la valeur guerrière, bien sûr, que les Iberkoreyan s’accordent eux-mêmes, mais aussi la valeur religieuse sur laquelle se fonde leur réputation. L’épisode d’El Jelani n’est pas oublié.

Haut de page

Bibliographie

Bernus E., Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Mém. Orstom, n° 94, 1981, p. 509, cartes h.t., biblio, index.

Bernus E. et S., Du sel et des dattes. Introduction à l’étude de la communauté d’In Gall et de Tegidda-n-Tesemt, Études Nigériennes, n° 31, 1972, Niamey, p. 128.

Echard N., L’expérience du passé. Histoire de la société paysanne hausa de l’Ader, Études Nigériennes, n° 36, 1975, Niamey, p. 232.

Ghubayd – Agg-Alawjeli, Histoire des Kel Denneg avant l’arrivée des Français, publié par K.-G. Prasse, Akademisk Forlag, Copenhague, 1975, p. 289.

Hama B., Recherche sur l’histoire des Touaregs sahariens et soudanais, Paris, Présence Africaine, 1967, p. 556.

Hamani D.-M., Au carrefour du Soudan et de la Berbérie. Le sultanat touareg de l’Ayar, thèse de Doctorat d’État, Univ. Paris, I, 1985, vol. 2, p. 1 037.

Lhote H., Tribus touarègues (dont le nom commence par A), Encyclopédie berbère, éd. provisoire, cahier n° 26, 1980, p. 4.

Nicolas F., Tamesna. Les Ioullemmeden de l’est ou Touareg Kel Dinnik, Paris, Imprimerie Nationale, 1950, p. 279.

Norris H.T., The Tuaregs. Their islamic legacy and its diffusion in the Sahel, Aris and Phillips Ldt, 1975, Angleterre, p. 234.

Urvoy Y., Histoire des populations du Soudan central (Colonie du Niger), Paris, Larose, 1936, p. 350.

Urvoy Y., « Chroniques d’Agadès », Journ. de la Soc. des African, Paris, 1934, t. IV, 2, p. 145-177.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E. Bernus, « Attawari », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 1032-1034

Référence électronique

E. Bernus, « Attawari », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1215

Haut de page

Auteur

E. Bernus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page