Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A305

Atar

E.B.
p. 1007-1008

Entrées d’index

Mots clés :

Ville, Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

1Principal centre de l’Adrar* mauritanien, à 230 m d’altitude, Atar est situé sur la piste transsaharienne Tindouf-Saint-Louis. A 1300 km de Tindouf, Atar est la première oasis qu’on rencontre en venant du Nord ; ceci explique l’importance de son rôle commercial dès le moment de sa fondation. Le ksar fut fondé au xvie ou au xviie siècle à la suite de dissensions chez les habitants de Chinguetti*. Traditionnellement c’était aux Simacides qu’il revenait de fournir l’imam du pèlerinage à La Mekke. Cette primauté ayant été contestée, les Simacides sortirent de Chinguetti et se rendirent près d’une ancienne ville forte almoravide, Azougui, centre commercial suffisamment important pour que les Portugais aient, au xve siècle, établi un comptoir. C’est à proximité de cette ville abandonnée que les Simacides fondèrent Atar.

2Atar, héritière d’Azougui, supplanta Chinguetti et devint, dès le xviiie siècle, le principal centre de peuplement de l’Adrar. Place de commerce la plus importante de l’Ouest saharien, elle recevait les produits du Maroc qu’elle redistribuait dans l’Adrar et vers le fleuve ; ces importations alimentaient en outre un artisanat réputé. Au moment de la constitution de l’émirat de l’Adrar, Atar devint naturellement la capitale de cet embryon d’État. La prise de possession de la ville par le colonel Gouraud en janvier 1909 ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire d’Atar. Centre administratif et commercial, elle connaît un nouveau développement. En 1960 la palmeraie compte 50 000 palmiers et la ville 6 000 habitants. Mais les deux dernières décennies furent moins favorables : Atar subit la concurrence de Nouakchott, ville nouvelle, capitale de la Mauritanie moderne, et même celle de Nouadhibou (ex Port-Etienne) qui assurent désormais, l’un et l’autre, le rôle de redistributeur des produits importés d’Europe. Le commerce est donc en déclin, l’artisanat disparaît, l’agriculture, peu rentable malgré la multiplication des moto-pompes, périclite : artisans et cultivateurs sont devenus mineurs à Idjil et Zouérate ou maçons à Nouakchott.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., « Atar », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 1007-1008

Référence électronique

E.B., « Atar », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1206

Haut de page

Auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page