Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A291

Asfel

D. Abrous
p. 961-962

Entrées d’index

Mots clés :

Ethnologie
Haut de page

Texte intégral

1Dérivé nominal d’une racine pan-berbère F L, attestée en touareg (Foucauld, I, p. 135-136) et en kabyle (Dall t, p. 203), qui signifie : « passer par dessus, dépasser, franchir, déborder, disparaître, partir ». La forme asfel est très probablement un nom d’instrument (à préfixe s-) issu de cette racine : asfel serait donc, étymologiquement : « ce qui fait partir, ce qui fait franchir ».

2Asfel désigne en Kabylie un rite d’expulsion employé pour soigner les maladies les plus diverses (maux de tête, fièvre, panaris...) mais aussi et surtout celles que l’on considère comme résultant d’influences maléfiques (mauvais œil, épilepsie, stérilité...) ; à chacune de ces maladies correspond un asfel déterminé.

3Asfel désigne aussi bien le rite lui-même (dans son ensemble) que l’objet précis qui sert de support au transfert du mal puis à son expulsion.

4Ces objets sont de natures différentes ; il peut s’agir :
- d’un animal domestique (pigeon, poule, chevreau, mouton...) auquel cas l’asfel prend la forme d’un sacrifice sanglant (ṯimezliwṯ).
- d’éléments comestibles (semoule, légume, huile, viande, sel...) il est d’usage de quêter ces aliments de porte en porte (pour la stérilité notamment), l’asfel dans ce cas-là porte le nom d’asfel asemmaḍ : l’asfel froid.
- d’autres objets : fil de laine (ilni), alun (aẓarif), plomb (aldun) etc.

5Les différentes étapes du rite permettent de repérer très clairement la manière dont se fait le transfert du mal puis son expulsion. Le transfert se fait au moyen de :
- la giration (ṯuzzya, ṯunnḍa) : on fait tourner au-dessus de la tête du malade, l’objet de l’asfel 7 fois de droite à gauche et 7 fois en sens inverse en prononçant des formules d’exorcisme.
- la spiration (asuḍu) : le malade souffle dans la bouche ou le bec de l’animal vivant ou sur l’élément utilisé, leur transmettant ainsi le mal.

6Après le transfert du mal, son expulsion passe :
- d’abord par la destruction de l’objet qui a servi de support au transert.
- ensuite par la purification.

7La destruction du support varie en fonction de l’objet choisi : elle se fait par immolation s’il s’agit d’un animal vivant, par manducation pour les éléments comestibles, par inhumation pour les restes de la victime immolée ou par combustion si le support est de l’alun, du plomb, un fil de laine etc.

8La destruction par immolation renvoie au rituel classique du sacrifice sanglant ; les forces maléfiques sont supposées être expulsées par le sang (principe de vie) qui doit couler abondamment.

9L’animal ainsi purifié par la perte de son sang et par l’action du feu (cuisson) peut être alors consommé. Il en est de même pour l’asfel asemmaḍ dont les ingrédients servent à préparer un couscous également purifié par l’action du feu.

10La manducation — à chaque fois qu’elle a lieu — est assortie de certaines précautions : nul ne peut goûter à l’asfel avant le malade lui-même, l’objectif étant de détruire le mal ; par ailleurs ne prennent part au repas que les personnes considérées comme non vulnérables (les hommes et les vieilles femmes), en sont par contre exclus : les jeunes femmes, jeunes filles et les enfants.

11L’expulsion du mal sera parachevée au moyen de la purification ; celle-ci revêt plusieurs formes : ablutions (asebbeє), fumigations (aḇbexxar) ; est rigoureusement purifiée aussi toute la vaisselle qui a servi à la préparation du repas ; dans certains cas, cette vaisselle est purement et simplement abandonnée sur les lieux où s’est déroulé l’asfel.

12Les iseflawen (pluriel de asfel) ; selon leur nature, peuvent avoir lieu chez le malade ou dans un des endroits considérés comme sacrés dans le monde berbère : sources, rochers, arbres, limite séparant les propriétés, tombe d’un étranger etc.

13L’ensemble du rituel de l’asfel est accompli :
- soit par une vieille femme : on connaît les rapports réels et quelquefois supposés de celles-ci avec tout ce qui relève de la sorcellerie.
- soit par un Noir, c’est surtout le cas dans certains sacrifices sanglants.

14Les Noirs (aḵlan) en Kabylie exerçaient surtout les métiers de boucher d’où leur rapport étroit avec tout ce que le sang a de sacré et de tabou (cf. Chaker, EB, III, p. 423).

15Les Noirs tenaient en Kabylie une place prépondérante dans tous les rituels d’exorcisme, d’expulsion, d’où l’expression : akli ḏ ddwa : le Noir, c’est un remède.

16Il faut enfin signaler des expressions telles que nnḍent ḏ asfel : ils l’ont sacrifié en guise de asfel Se dit de celui en qui se concentrent tous les maux d’une famille, qui a donc « servi » de moyen d’expulsion, de celui qui se « sacrifie » en demandant la mort (à Dieu ou aux Gardiens iєessasen) afin que se réalise un vœu dans la famille : naissance d’un garçon, par exemple.

17Ce type d’expression laisse supposer qu’à date relativement ancienne pouvaient avoir existé des sacrifices humains, geste ultime d’invocation de la Nature.

Haut de page

Bibliographie

Chaker S., Akli, EB, III, p. 423-424.

Dallet Jean-Marie, Dictionnaire Kabyle-Français, Selaf, Paris, 1982. Fichier de Documentation berbère, n° 84, 1964, Valeur du sang. n° 100, 1968, Superstitions.

De Foucauld Charles, Dictionnaire Touareg-Français, p. 315, 316.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

D. Abrous, « Asfel », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 961-962

Référence électronique

D. Abrous, « Asfel », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1189

Haut de page

Auteur

D. Abrous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page