Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A288

Asedekkan

G. Barrere et P. Pandolfi
p. 955-956

Entrées d’index

Mots clés :

Artisanat
Haut de page

Texte intégral

G. Barrere

1Ce mot figure dans le Dictionnaire touareg-français de Charles de Foucauld à la page 1805 du tome IV avec son synonyme « tabardé ». Il désigne une courte-pointe, une couverture piquée.

2Les femmes de l’Ahaggar confectionnent généralement ces sortes de couvertures à l’entrée de l’hiver. Sur un petit tertre de sable qui a les dimensions d’un homme couché, elles superposent des morceaux de tissus tels que de vieilles gandouras, des pans de robes usées, de chiffons quelconques, usagés mais propres. Ces couches de cotonnade sont plaquées sur le tertre et tendues par des cailloux placés sur le pourtour. Elles sont unies entre elles par des coutures faites au point devant, en lignes parallèles à la largeur de la couverture et espacées de trois à quatre centimètres.

3Une fois achevé, l’aseddekan ne présente jamais un contour parfaitement rectangulaire ni une surface absolument plane ; il garde toujours la forme incurvée prise lors de sa confection. Son utilité est indéniable car il offre une protection efficace contre le froid des nuits d’hiver. De nos jours il tient bien plus chaud qu’autrefois ; il est en effet constitué d’une couverture manufacturée en bon état qui sert aussi de support à l’assemblage de tous les morceaux d’étoffe à coudre ; en outre il est enjolivé par une enveloppe de tissu neuf cousue en même temps que l’ensemble de l’ouvrage.

Aseddekan personnel. Motif (ciγə) et broderie de couture

Aseddekan personnel. Motif (ciγə) et broderie de couture

Aseddekan : on reconnaît deux parties (tafult), chacune étant l’œuvre d’une couseuse (photo D. Pandolfi).

Aseddekan : on reconnaît deux parties (tafult), chacune étant l’œuvre d’une couseuse (photo D. Pandolfi).

4La couseuse utilise une grosse aiguille au chas duquel elle passe un fil grossier qu’elle fait à partir d’effïlochures humectées de salive et roulées entre les paumes. Pendant qu’elle est à son ouvrage, elle interpelle toute personne qui passe auprès d’elle et lui tend un fil. Le passant lui offre alors une participation au travail concrétisée par du thé, du tissu, du tabac, des dattes, voire un agneau ou de l’argent. S’il ne veut pas faire de cadeau, il peut accepter le fil qui lui a été tendu et faire quelques points de couture pour aider l’ouvrière. Cette interpellation à laquelle il répond obligatoirement est traduite par deux expressions utilisées presque uniquement à cette occasion. Ce sont : aseqqeyu dont le sens propre est « appel par cris » et adux1en qui semble n’avoir rien de commun avec le mort arabe dux1an « fumée, cigarettes ».

5Toute personne qui commande un aseddekan fournit à la couseuse tous les matériaux qui lui sont nécessaires et lui donne un salaire indéterminé pour le travail exécuté. L’ouvrière ne tient d’ailleurs aucun compte de ce salaire car elle tire grand profit de tous les cadeaux offerts par les passants.

P. Pandolfi

6La confection d’un aseddekan est un travail collectif. Même si une seule femme en est la responsable principale (notamment celle à qui a été passée la commande), ce sont toujours plusieurs femmes qui participent à l’ouvrage. Les couseuses se répartissent en nombr égal sur chacun des deux grands côtés de l’aseddekan. De ce fait, il y a toujours un nombre pair de couseuses (8, 10 ou 12 selon les cas) participant à l’ouvrage. Chaque couseuse a à sa charge une partie de l’aseddekan. Ces parties dévolues à chacune des couseuses se reconnaissent au niveau des coutures et des décors brodés une fois l’aseddekan terminé. Chacune de ces parties porte le nom de tafult, terme qui en tamahâq désigne la part (Foucauld, Dictionnaire touareg-français, I, 320).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aseddekan personnel. Motif (ciγə) et broderie de couture
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1184/img-1.png
Fichier image/png, 415k
Titre Aseddekan : on reconnaît deux parties (tafult), chacune étant l’œuvre d’une couseuse (photo D. Pandolfi).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1184/img-2.png
Fichier image/png, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Barrere et P. Pandolfi, « Asedekkan », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 955-956

Référence électronique

G. Barrere et P. Pandolfi, « Asedekkan », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1184

Haut de page

Auteurs

G. Barrere

Articles du même auteur

P. Pandolfi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page