Navigation – Plan du site
7 | Asarakae – Aurès - Gabriel Camps (dir.)
A287

Ascalis

G. Camps
p. 954

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Maroc
Haut de page

Texte intégral

1Prince maure qui, vers 80 av. J.-C. était « roi » dans la région de Tingi. Pour combattre ses sujets révoltés, il reçut le renfort des Syllaniens d’Espagne ; ce qui permet de penser qu’il avait une certaine importance sur le plan international. Sans doute contrôlait-il la rive africaine du Détroit de Gibraltar. Tingi était sa capitale. Plutarque (Sertorius, 9) nous apprend qu’il fut détrôné par Sertorius et rapporte, à cette occasion, l’anecdote de la fouille du tombeau d’Antée (voir Mçora*).

2La brièveté des sources ne permet guère de préciser le statut d’Ascalis. On sait par Plutarque qu’il était le fils d’un certain Iphtas, or Salluste (Hist. II, 20) mentionne un roi en Maurétanie qui se nommait Leptasta ; S. Gsell a proposé la lecture Ieptas-Iephtas, nom propre libyque qui sous des formes diverses (IFTN, Aphthan, Aphter*, Ieptan) s’étend, comme l’a montré O. Masson, à toutes les régions berbérophones. On le trouve depuis Taucheira en Cyrénaïque jusqu’à Tanger. On aurait donc la succession de deux rois qui résidaient à Tanger : Iephtas puis Ascalis.

3Mais s’agit-il de souverains indépendants de la dynastie des Bocchus, maîtres d’une principauté dont Tingi serait la capitale ou bien de rois des Maures, de la famille de Bocchus, qui auraient régné entre Bocchus 1er et Bogud, roi de Maurétanie occidentale (la future Tingitane) au moins dès 49 av. J.-C ? Les deux hypothèses ont été défendues. Gsell et Mazard croient à l’existence d’une seule dynastie en Maurétanie occidentale ; ce qui suppose une scission du royaume de Bocchus 1er dès la mort de celui-ci vers 81 av. J.-C. En revanche, J. Carcopino a vigoureusement soutenu que la « dynastie » d’Iphtas-Ascalis n’était qu’une famille de « grands caïds » du Rif, vassale sinon indépendante du roi de Maurétanie. Une longévité très grande supposée de Bocchus 1er, qui serait mort vers 70 av. J.-C, à qui aurait succédé Bocchus II et Bogud, rendait cette thèse assez fragile. Depuis la mise en lumière du règne de Sosus-Mastanesosus*, père de Bocchus le Jeune et sans doute de Bogud et vraisemblablement fils de Bocchus 1er, permet d’écarter définitivement Ascalis et son père Iephtas de la stemma des rois de Maurétanie qui se présenterait ainsi :

Haut de page

Bibliographie

Gsell S., Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 164 ; t. VII, p. 271-272.

Carcopino J., « L’Afrique au dernier siècle de la République romaine », Rev. hist., t. CLXII, 1929, p. 86-94 ; Id., Le Maroc antique, Paris, 1943, p. 173-175.

Camps G., Massinissa ou les débuts de l’Histoire, Alger 1961, p. 163-164 ; Id., « Les derniers rois numides, Massinissa II et Arabion », B.C.T.H.S. nlle série, fasc. 17, 1984, p. 303-311.

Masson O. « Libyca », Semitica, t. XXV, 1975, p. 75-85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Ascalis », Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 954

Référence électronique

G. Camps, « Ascalis », in Encyclopédie berbère, 7 | Asarakae – Aurès [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1183

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page